Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maquettes de bateaux Cap-Horniers, sous globe

Dossier IM22005349 réalisé en 2006

Fiche

Dénominations maquette
Aire d'étude et canton Communes littorales des Côtes-d'Armor - Plouha
Adresse Commune : Plouha

François Le Merrer a réalisé des centaines de bateaux en bouteille entre 1916 et 1980 à bord des longs-courriers, puis lorsqu'il mit "sac à terre", selon l'expression figurée, pendant sa retraite. Ces maquettes "en bouteille" sont toutes relativement semblables de facture.

Période(s) Principale : 1ère moitié 20e siècle
Principale : 2e moitié 20e siècle
Auteur(s) Auteur : Le Merrer François, auteur)

Deux maquettes de bateaux sous gobe (dits "bateaux en bouteille"), réalisées en bois, cordage en coton, voiles confectionnées en papier, enfermées dans une bouteille en verre, à culot plat. Ces maquettes "en bouteille" sont toutes relativement semblables de facture.

Catégories patrimoine maritime
Matériaux bois
matériau textile
verre
Précision dimensions

l = 15 ; h = 7. La 1ère maquette mesure 15 cm de long et 7 cm de tirant d'air ; le 2ème bateau mesure 21 cm de long et 9 cm de tirant d'air.

États conservations bon état

Ces maquettes de bateaux en bouteille sont symboliques de l'histoire maritime au long cours des marins de Plouha.

Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre À signaler

Annexes

  • La mise en bouteille des maquettes de bateau

    Témoignage recueillie auprès de Marcel Le Merrer (non enregistré).

    La difficulté majeure de la mise en bouteille réside dans le passage du goulot. Le choix de la bouteille est donc primordial : une verre de couleur claire et un corps de bouteille de diamètre suffisant pour recevoir la maquette gréée et un culot plat. Le bois généralement retenu pour la construction de la coque est du bois rouge ou de l'acajou. Il faut préciser que tout est fait à la main et que les seuls outils utilisés sont quelques petits ciseaux à bois, des pinces et du fil de couture. Dans un premier temps, la coque est fixée sur un pivot. Les mâts doivent présenter une bonne souplesse pour le passage, aussi sont-ils généralement en osier bien flexible. Les traverses sont en bambou et les voiles en papier ordinaire. Quand tout est prêt, on doit disposer d'une maquette complète, achevée sur pivot fixe, équipée de18 fils (et davantage), permettant de plier les mâts et autres parties du gréement, dont la hauteur est supérieure au diamètre du goulot. Il ne faut pas se tromper de fil, c'est pourquoi François Le Merrer préfèrait avoir une couleur différente pour chacun d'eux ou un noeud correspondant au nombre de mât et à sa position. Les mâts sont présentés pliés sur le pont et la coque, "collée" sur un lit de mastic, peint avec du bleu à linge, pour évoquer l'océan. L'ensemble se plie en avançant progressivement dans la bouteille. Ensuite, le gréement est étiré à l'aide de fin crochet en fer. Les fils sont habilement coupés d'un coup sec à un point de rupture initialement prévu. Une réalisation moyenne demande 10 jours de travail dont une demi journée pour le passage de la coque dans la bouteille.