Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maquette de bateau Cap-Hornier

Dossier IM22005351 réalisé en 2006

Fiche

Dénominationsmaquette
Aire d'étude et cantonCommunes littorales des Côtes-d'Armor - Plouha
AdresseCommune : Plouha

François Le Merrer a réalisé (avant son décés en 1986) plusieurs maquettes du type "bateau Cap-Hornier", dont celui étudié, semblable au navire Cap-Hornier "Alexandre", qu'il a connu lors de son premier embarquement au Chili en 1915. Il a aussi réalisé la maquette du navire ravitailleur "La Lorraine", qu'il a connu lors de ses premiers voyages sur les bancs de Terre-Neuve en 1914-1915. La maquette étudiée du Cap-Hornier est datée de la 2ème moitié du 20ème siècle. François Le Merrer a restauré plusieurs maquettes pour le Musée de la Marine et des antiquaires parisiens dont une maquette ancienne, datée de 1785, que nous avons pu apprécié à partir de documents photographiques. Ces maquettes représentent la mémoire matérielle des nombreux marins de Plouha et des communs vosines de la côte du Goëlo qui ont participé à l'aventure des Terre-Neuvas et des Cap-Horniers entre la 2ème moitié du 19ème siècle et la 1ère moitié du 20ème siècle. Le patrimoine immmatériel de ces marins nous est apporté par les récits et les témoignages de leurs descendants. Nous avons pu relever grâce au travux de recherche de Brigitte et Yvonnig Le Coat, les noms de plusieurs marins de Plouha, qui ont navigué à la Cie Bordes sur ces longs courriers : Irénée Le Coat, Francis Evenou, Albert Guillou, Yves Nicolas, Yves Blouin.

Période(s)Principale : 2e moitié 20e siècle
Auteur(s)Auteur : Le Merrer François auteur)

La maquette en bois du navire Cap-Hornier est réalisé en bois dans la masse, sans plan de référence. Elle est gréée de 4 mâts (en bois) avec un gréement courant en textile (cordage synthétique et naturel) et des voiles en tissu synthétique. Elle est présentée sur un support en bois, sous globe. Nous avons repéré mais non étudié une autre maquette, représentant un cargo mixte ravitailleur des Terre-Neuvas en 1914 "Le Lorraine".

Catégoriespatrimoine maritime
Matériauxbois
matériau textile
Précision dimensions

l = 50 ; h = 35

États conservationsbon état
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • François Le Merrer, dernier Cap-Hornier de Plouha : récit de vie marine

    Informations recueillies auprès de Marcel Le Merrer, fils de François Le Merrer (témoignage non enregistré en mars 2006).

    François le Merrer est né à Plouha le 12 août 1897 et décédé le 26 juin 1986.

    Dès l'âge de 16 ans, il embarquait à Saint-Malo comme son frère pour la pêche à Terre-Neuve (campagne de 1913-14) à bord du "Sylvana", et l'année suivante en 1915, sur le "Saint-Briac". De retour de cette campagne, il embarqua au mois de décembre pour effectuer son premier voyage au Cap-Horn sur le quatre-mâts "Alexandre", deux voyages au Chili au total. L'"Alexandre" devait ensuite couler, sabordé par un sous-marin allemand au large de Madère le 1er août 1917, en même temps que "Marthe" et "Madeleine", navires longs-courriers de la Cie Bordes. L'équipage mit 20 jours à la rame pour gagner les îles Canaries. Puis le service militaire occupa François Le Merrer pendant 3 ans : il embarqua en mai 1917 à Brest à bord du croiseur "Montcalm", où il obtint son brevet de gabier. Ensuite, il partit comme volontaire pour la 3ème escadrille sur le sous-marin "Le Volta" à La Rochelle, pour la mer Adriatique. Débarqué en 1918, il fut affecté au sous-marin, mouilleur de mines, "L'Amarante" jusqu'à la fin de la guerre. Ce fut ensuite le dernier embarquement à bord du "Curie", pour Corfou et Bizerte, avant d'être démobilisé à Toulon le 28 mai 1920. Au retour, il reprit la navigation à la grande pêche à Terre-Neuve à bord du "Gorille", ensuite sur "L"Erminie" pour un convoyage de 15 jours, mais en 1920 ce navire coula au large de l'île de Batz. François Le Merrer embarqua pour son dernier voyage à bord du "Rouzic" pour Terre-Neuve, avant de choisir une autre carrière dans la police parisienne de 1921 à 1941, date de sa retraite.

    François Le Merrer représente cette lignée de marins au long-cours, originaires de Plouha, comme nombre de ceux cités par Brigitte et Yvonnick Le Coat, dans leur ouvrage sur les grands voiliers de la Cie Bordes : le commandant Irénée Le Coat, le commandant Francis Evenou, Arsène Etienne, François Le Bescond, Yves Blouin, Marcel Fichoux, Albert Gicquel, Albert Guillou, François Hélary, Alain Jouanjean, Yves Nicolas.

    Le premier voyage de François Le Merrer, d'une durée de 8 mois, lui fit connaître les côtes du Chili en 1916 et une terrible tempête au Cap-Horn, le Vendredi Saint (à 10 heures précises), qui cassa la barre du gouvernail, en balayant le pont et les hommes qui ne durent leur salut qu'en grimpant en haut des vergues. Les marins utilisèrent deux palans à chaîne pour faire mouvoir le gouvernail, afin de gouverner le navire. Le navire fut ensuite immobilisé 3 mois à Montevideo, avant de repartir pour le Cap-Horn et le port de destination Iquique. Le bateau mit cependant 8 jours pour passer le Horn.

    Cependant, ces années d'apprentissage de la marine à voile lui donnèrent le goût du maquettisme : lors de son premier voyage, il fit connaissance avec le matelot Cadoret de La Rochelle, qui lui apprit pendant le "quart d'en bas" (entre 8 h et 12 h) à réaliser des bateaux en bouteille. Cette technique rapidement maîtrisée, devint vite une passion, qui se prolongea jusqu'à et pendant la retraite du "marin-policier" qui devait réaliser plusieurs centaines de bateaux sous globe (un millier) et quelques maquettes, représentant toujours un quatre-mâts Cap-Hornier. Son habilité lui fit aussi restaurer des maquettes pour le Musée de la Marine de Paris et pour quelques antiquaires. En 1932, à Paris, il reçut le premier prix lors d'une grande exposition de maquettisme au Grand Palais.

    Informations recueillies auprès de son fils Marcel Le Merrer.

  • Liste non exhaustive des marins Cap-Horniers de Plouha

    Extrait de l'ouvrage de Brigitte et Yvonnick Le Coat "Cap-Horniers français ; T. 1 – Mémoire de marins des voiliers de l'armement Bordes", éditions Le Chasse-Marée-Ouest-France, 2002.

    - François Bescond

    - Arsène Etienne

    - Yves Blouin

    - Marcel Fichoux

    - Albert Gicquel

    - Albert Guillou

    - François Helary

    - Alain Jouanjean

    - François Le Merrer

    - Francis Evenou

    - Irénée Le Coat

    - Yves Nicolas.

Références documentaires

Bibliographie
  • LE COAT, Brigitte et Yvonnick. Cap-Horniers français : mémoire de marins des voiliers de l'armement Bordes. Douarnenez : Le Chasse-Marée- Editions Ouest-France, 2002.