Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Manoir, 12 Route Nationale (Saint-Jean-sur-Couesnon fusionnée en Rives-du-Couesnon en 2019)

Dossier IA35049257 inclus dans Le village de Saint-Jean-sur-Couesnon (Saint-Jean-sur-Couesnon fusionnée en Rives-du-Couesnon en 2019) réalisé en 2011

Fiche

Á rapprocher de

Dénominations manoir
Aire d'étude et canton Pays de Fougères - Saint-Aubin-du-Cormier
Adresse Commune : Rives-du-Couesnon
Adresse : 12 Route Nationale
Cadastre : 1833 B2
Précisions commune fusionnée après inventaire Commune inventoriée sous le nom de Saint-Jean-sur-Couesnon

En 1833, lors de la réalisation du premier cadastre communal et avant que la route nationale 12 ne soit percée, cet ensemble était composé de trois bâtiments distincts. Le premier, situé le plus à l'ouest, correspond au bâtiment actuel alors que les deux autres bâtiments, perpendiculaires au premier ont probablement disparu au moment de la déviation de la route nationale qui auparavant passait au sud de l'église. Ces deux bâtiments correspondaient vraisemblablement à des dépendances, peut-être des écuries car ce bâtiment est parfois mentionné comme un ancien relais de poste. Les caractéristiques architecturales de ce bâtiment témoignent d'une construction de la première moitié du 17e siècle. En effet, la forte pente de toiture, la présence d'un coyau, le fait que les appuis des baies d'origine soient saillants ou encore que l'escalier soit logé dans une tour semi hors œuvre témoignent de cette époque de construction du bâtiment. Les baies d'origine de la façade est possédaient des grilles ; les gonds qui existent encore sur les encadrements de ces baies en témoignent. Certaines baies de la façade ont été transformées, en effet, le linteau de la porte a été refait et la fenêtre de la partie nord du rez-de-chaussée a vraisemblablement été agrandie. La porte la plus au sud du rez-de-chaussée a été percée par la suite. Les baies de l'étage de la façade Est ont gardé leur authenticité. La façade ouest a également été quelque peu remaniée, ainsi, une porte en plein cintre a été créée sur cette façade. Au vu de l'emplacement des baies de la façade est, le bâtiment était probablement composé de deux pièces à feu par niveau. L'escalier était un escalier en vis en bois logé dans la tour située en façade ouest. L'accès à l'escalier se faisait par l'intérieur du logis, en effet, il n'existait pas d'accès direct à l'escalier par l'extérieur. Au moment de la réalisation d'une précédente enquête d'inventaire dans la commune en 1969, il existait encore une cheminée dont les corbeaux étaient à doubles ressauts et sous lesquels se trouvait un décor de visages humains. Ce type de décor est tout à fait propre à la première moitié du 17e siècle, ce qui confirme la datation avancée au regard des caractéristiques de l'architecture extérieure. La partie sud-ouest, perpendiculaire au logis principal, semble avoir été modifiée et augmentée au cours de la seconde moitié du 19e siècle. Ainsi, lors de la réalisation du premier cadastre en 1833, cette partie n'était pas aussi développée qu'aujourd'hui. Par ailleurs, il semble que cette partie ne renfermait pas de pièces à feu et qu'elle était uniquement réservée à des dépendances. Peut-être a-t-elle été construite après la démolition des deux dépendances qui existaient à l'est du logis, vraisemblablement détruites par le passage à cet endroit de la route nationale 12.

Période(s) Principale : 1ère moitié 17e siècle
Secondaire : 2e moitié 20e siècle

La maçonnerie de ce bâtiment est composée de moellon de schiste ; le toit à longs pans est couvert d'ardoise. Les encadrements de baies sont réalisés en pierre de taille de granite. Le bâtiment s'élève sur trois niveaux, un rez-de-chaussée, un premier étage et un niveau de combles. Les baies d'origine de la façade est possèdent des appuis saillants. Le bâtiment possède un plan en "L" ; il est composé de deux ailes perpendiculaires l'une par rapport à l'autre et à l'intersection des deux ailes, se trouve une tour d'escalier semi hors œuvre couverte d'un toit en poivrière.

Murs granite
grès
schiste
moellon
Toit ardoise
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • 20113506121NUCA : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine

    20103509078Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, Bande_16.

    20103509080Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, Bande_16.

    20103509079Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, Bande_16.

Références documentaires

Documents figurés
  • Tableau d'assemblage du plan parcellaire de la commune de Saint-Jean-sur-Couesnon, Canton de Saint-Aubin-du-Cormier, Arrondissement de Fougères, Département d'Ille-et-Vilaine. Terminé sur le terrain le 20 juin 1833, sous l'administration de Mr. Cahouet, Préfet, Mr Froc, Maire et sous la direction de Mr Lambert, Directeur des Contributions, Mr Lesné, Géomètre en chef, par Mr Viel, Géomètre de 1ère classe, échelle 1/10000e. (A.D. Ille-et-Vilaine).

Bibliographie
  • BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • BARDEL, Philippe, MAILLARD Jean-Luc. Architecture de terre en Ille-et-Vilaine. Rennes : Apogée, Ecomusée du Pays de Rennes, 2002.

  • BRAND'HONNEUR, Michel. Les mottes médiévales d'Ille-et-Vilaine. Institut Culturel de Bretagne, SKOL-UHEL AR VRO, Centre Régional d'Archéologie d'Alet, 1990.

  • CHATENET Monique, MIGNOT, Claude (dir.). Le manoir en Bretagne. 1380-1600. Paris, Caisse nationale des monuments historiques et des sites/Editions du patrimoine/Imprimerie nationale Editions, 1999.

  • FROTIER DE LA MESSELIERE, Henri. Le guide de l'Ille-et-Vilaine. Plouagat : GP Impressions-Kervaux, 1994.

  • GASNIER, Marina. Le patrimoine industriel en Ille et Vilaine (19e-20e siècles). De l'inventaire à l'histoire. Thèse : Hist. de l'art : Rennes 2, Université de Haute Bretagne : 2001.

  • GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1884.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA France, BARRIE, Roger, RIOULT, Jean-Jacques. Région Bretagne. Les malouinières - Ille-et-Vilaine. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1997, (Images du patrimoine, n°8).

  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises d'Ille-et-Vilaine. L'architecte Arthur Regnault. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1993, (Itinéraire du patrimoine, n°34).

  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises et Chapelles, Ille-et-Vilaine. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1996, (Indicateurs du patrimoine).

  • ORAIN, Adolphe. Petite géographie pittoresque du département d'Ille-et-Vilaine pour servir de guide aux voyageurs dans Rennes et le Département. Rennes : P. Dubois Libraire-éditeur, 1884.

  • OGÉE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Nlle éd. [1778-1780] rev. et augm. Rennes : Molliex, 1845.

  • PAUTREL, Emile Notions d'histoire et d'archéologie pour la région de Fougères, 1927.

  • PEROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie. Architecture, méthode et vocabulaire. Paris : Inventaire Général des monuments et des richesses artistiques de la France, Centre des monuments nationaux/Editions du patrimoine, 2000.

  • Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic éditions 2000, 2 tomes, (Le patrimoine des communes de France).