Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Manoir, puis ferme dit la Maison Neuve, 92 Route de Redon (Bruz)

Dossier IA35048366 inclus dans Ecart, Pont-Réan (Bruz) réalisé en 2008

Fiche

Appellations dit la Maison Neuve
Destinations maison
Parties constituantes non étudiées puits, communs, fournil, enclos, étable, porcherie
Dénominations manoir, ferme
Aire d'étude et canton Ille-et-Vilaine - Bruz
Adresse Commune : Bruz
Lieu-dit : Pont-Réan
Adresse : 92 Route de Redon
Le logis constitue la partie la plus ancienne de cet ensemble. Les portes jumelées et chanfreinées, les encadrements des fenêtres en gros blocs de schistes chanfreinés, les grilles ainsi que la forte pente du toit (aujourd'hui corrigée) permettent de dater la construction de la fin du 16e siècle ou du début du 17e siècle. Les vestiges d'un conduit de cheminée montrent que ce bâtiment était prolongé par une autre construction mitoyenne. Certains éléments laissent supposer que cette habitation pouvait initialement être une petite maison noble : la typologie du logis, à deux foyers juxtaposés ; son élévation sur deux niveaux, un rez-de-chaussée et un étage, qui pouvait abriter une chambre ; les trous de boulin en corniche qui correspondent à un pigeonnier ; sa situation en bordure de route au nord du pont de Pont-Réan. Les dépendances agricoles sont postérieures et cette maison a pu être transformée en ferme par la suite.
Période(s) Principale : limite 16e siècle 17e siècle
Secondaire : limite 19e siècle 20e siècle
Secondaire : 20e siècle

Le logis s'élève sur trois niveaux : un rez-de-chaussée, un étage carré et un comble. Il est construit en petit appareil irrégulier de schiste et couvert d'un toit à deux versants en ardoise. Deux souches de cheminée enduites sont placées sur chacun des murs pignons. Les boulins d'un pigeonnier sont visibles sous le toit au niveau de la corniche. Les ouvertures sont en gros appareil de schiste. Les deux portes jumelées en plein cintre et les linteaux des fenêtres sont chanfreinées, les linteaux et les appuis des fenêtres sont saillants, les fenêtres du rez-de-chaussée conservent leurs grilles anciennes. Le pignon est présente des vestiges d'un conduit de cheminée correspondant à un second bâtiment, dont subsistent également des morceaux de mur côté rue. Un fournil élevé en appentis latéral a remplacé cette première construction. Les dépendances sont disposées autour de deux cours. Dans la cour d'habitation se trouvent la soue à cochons, reconnaissable à la trappe extérieure qui permettait de les nourrir, un puits et une dépendance. Celle-ci se divise en deux parties : une étable ou une écurie à l'est, une grange à l'ouest, prolongée par un appentis latéral adossé à un mur extérieur qui sépare les deux cours. Une étable et une grange se trouvent dans la cour d'exploitation.

Murs schiste
granite
moellon
Toit ardoise
Étages 1 étage carré
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans
pignon couvert
Escaliers

Données complémentaires architecture IP35

HYPOI sans objet
HYPOE en U
MURS1 schiste ; granite ; moellon
SCLE1 limite 16e siècle 17e siècle
IAUT typicum
ICHR typicum
IESP typicum
ICONTX intégré
SEL sélection possible
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Bibliographie
  • CHEVIRE, Patricia. Escale à Pont-Réan : des cahotiers à la Royale. Dinard : Editions Danclaux, 1998.

    p. 62