Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Manoir, les Meslinières (Saint-Marc-le-Blanc)

Dossier IA35049087 réalisé en 2010

Fiche

  • Façade sud.
    Façade sud.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • puits
    • dépendance

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiées puits, dépendance
Dénominations manoir
Aire d'étude et canton Pays de Fougères - Saint-Brice-en-Coglès
Adresse Commune : Saint-Marc-le-Blanc
Lieu-dit : les Meslinières

Le manoir des Meslinières est sans aucun doute le plus remarquable de la commune de Saint-Marc-le-Blanc. Remontant à la fin du 15e siècle ou au début du 16e siècle, le logis a conservé son aspect originel. C'est certainement au 17e siècle qu'ont été construites les deux "pavillons" au sud de la cour, il présente en effet un appareillage de pierre de taille typique, même s'ils ont aussi été modifiés à la fin du 19e siècle ou au début du 20e siècle. La construction mitoyenne au logis, également du 17e siècle, a servi de maison avant d'être transformée en étable au 19e siècle ou au début du 20e siècle. On retrouve la même maçonnerie de pierre de taille en façade principale. Des annexes, comme la soue à cochons, ont été construites à la fin du 19e siècle.

Période(s) Principale : limite 15e siècle 16e siècle
Principale : 17e siècle
Principale : limite 19e siècle 20e siècle

L'ensemble se compose du logis, d'une ancienne ferme sur son mur pignon est et de dépendances cantonnant la cour au sud. La cour est close d'un mur en moellon de granite. Le logis, élément central de l'ensemble manorial, a conservé son organisation interne intacte. L'élévation est à un étage carré surmonté de combles à surcroît. La façade sud est construite en pierres de taille de granite, tandis que le reste de l'édifice est élevé en moellons de granite. On compte une fenêtre au rez-de-chaussée éclairant la pièce de vie à l'est et une seconde fenêtre plus modeste éclairant le cellier à l'ouest. La porte centrale est en anse de panier, chanfreinée, moulurée et couronnée d'une archivolte en accolade, surmontée d'un fleuron. Cette porte ouvre sur la pièce de vie, dotée d'une belle cheminée de granite, sculptée d'armoiries (illisibles) sur le claveau central du linteau. On accède à l'étage par un escalier hors-oeuvre en vis, en granite. La porte d'entrée de la chambre est est ornée d'un décor sur le linteau monolithe délardé en anse de panier. Le linteau est sculpté d'une corde en arc de cercle ornée de deux oiseaux à ses extrémités, l'arc est coupé en son milieu par un élément vertical. L'étage compte deux chambres, dotées chacunes d'une cheminée, la chambre orientale possédant la cheminée la plus remarquable. Construite en granite, elle est dotée de piédroits ouvragés et surtout de sommiers cylindriques engagés dans le mur de refend. Les fenêtres, une par chambre, sont ébrasées et à coussiège. La chambre ouest porte encore un décor peint de fausses pierres de taille sur ses murs. La tour d'escalier, rectangulaire, est percée au nord de deux petites fenêtres, dont une est moulurée au rez-de-chaussée. La partie supérieure de la tour, destinée au personnel de maison, comporte une cheminée. L'ensemble est doté d'une toiture à longs pans et coyaux, couverte en ardoise. Les murs pignons, tour d'escalier comprise, sont tous découverts. L'annexe mitoyenne au logis, ancienne ferme, a été fortement modifiée, mais a conservé quelques éléments anciens. On trouve notamment une cheminée sur le pignon ouest et un ancien évier aujourd'hui muré. On y observe encore une cloison en pan de bois à l'étage. La façade sud possède une belle maçonnerie en pierre de taille de granite qui a toutefois été percée d'une grande porte charretière. Deux fenêtres, une par étage, ont été conservées. Les deux annexes sud apparaissent comme deux pavillons cantonnant la partie sud de la cour. Elles abritent les anciennes étables, grange et soue à cochon. La dépendance ouest a même servi de pigeonnier. On trouve aussi un puits au centre de la cour.

Murs granite
pierre de taille
moellon
Toit ardoise
Étages 1 étage carré, comble à surcroît
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans
pignon découvert
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • 20113505026NUCA : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine

    20103508599Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 292_35_74_bande_21.

    20103508600Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 292_35_74_bande_21.

    20103508663Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 292_35_74_bande_34.

    20103508790Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 292_35_79_bande_53.

    20103508791Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 292_35_79_bande_53.

    20103508792Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 292_35_79_bande_53.

    20103508793Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 292_35_79_bande_53.

    20103508794Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 292_35_79_bande_54.

    20103508795Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 292_35_79_bande_54.

    20103508796Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 292_35_79_bande_54.

Références documentaires

Bibliographie
  • PAUTREL, Emile. Notions d'histoire et d'archéologie pour la région de Fougères, 1927.

    p.
  • MAUPILLE, Léon. Notices historiques et archéologiques sur le canton de Saint-Brice, 1879.

    p.
  • Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic éditions 2000, 2 tomes, (Le patrimoine des communes de France).

    p.
  • BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929.

    p. Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1884.

    p. Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)