Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Manoir, Le Mottay (Evran)

Dossier IA22017288 réalisé en 2010

Fiche

Dossiers de synthèse

L’ensemble du Mottay a conservé un environnement préservé, avenue, parc, talus plantés d’arbres de haute tige et l’ancien vivier.La façade est du château a globalement conservé l’aspect de l’ancien logis seigneurial du 16e siècle. Ce dernier devait comporter trois pièces par niveau, celles des extrémités, plus petites, encadrant une grande pièce centrale. Au milieu du rez-de-chaussée, surélevé de ce côté du fait de la légère pente du terrain, se trouvait la grande salle du manoir, éclairée par une haute fenêtre à linteau en accolade encadré de pinacles. Cette fenêtre qui a conservé à l’instar des autres baies d’origine ses attaches pour des grilles saillantes, a été transformée en porte vers 1870. De part et d’autre deux autres fenêtres plus récentes ont été percées au 19e siècle lors de la restructuration du logis.Le décor gothique flamboyant des fenêtres et en particulier celui des pinacles latéraux est très proche stylistiquement de celui des églises de Saint-Malo et Saint-Sauveur de Dinan dont les choeurs sont reconstruits à partir de la fin du 15e siècle et réalisés dans les premières décennies du 16e siècle.A la base du pignon sud deux anciens soupiraux montrent que la pièce qui se trouvait derrière était probablement l’ancien cellier du logis. Dans le triangle du pignon nord, une ancienne porte haute, qui ouvrait peut-être sur une coursière de bois, laisse penser qu’il existait un étage de comble éclairé par de hautes lucarnes à pignons aigus comme il est fréquent dan les manoirs de cette époque.

Parties constituantes non étudiées parc, chapelle, communs
Dénominations manoir
Aire d'étude et canton Projet de Parc naturel régional Rance-Côte d'Emeraude
Adresse Commune : Evran
Lieu-dit : le Mottay
Cadastre : 1983 E4 930

Manoir reconstruit au 16e siècle sur un site ancien, probablement une enceinte « emmottée » dont le cadastre ancien a conservé une partie du tracé. La terre appartient au 14e siècle à une famille Bodin, puis dans la seconde moitié du 15e siècle à la famille de Broons. Elle est vendue en 1516 par une famille l´Hôpital, originaire de Guérande, également possessionnée à Saint-Judoce aux Chauchart qui l´ont toujours conservée depuis. Le logis actuel est construit dans les premières décennies du 16e siècle avec sa façade principale à l´est percée de fenêtres sculptées en gothique flamboyant : il a conservé ses rampants de pignon à feuilles retournées et crossettes en forme de lions. Cette façade donnait alors sur la cour du manoir à l´est, à la suite de laquelle se trouvait la basse cour tandis qu´au sud se trouvait une cour pour les communs. La chapelle, actuellement en ruines au nord du logis, a conservé des éléments architecturaux qui remontent au 15e siècle tels que la porte et baie du chevet. A peu de distance se trouvait l´ancien moulin du manoir, disparu alimenté par un important bief formant étang dont la chaussée est encore visible dans les jardins du château. Le logis est prolongé vers le sud au 17e ou 18e siècle. A la suite d´un incendie en 1868, le logis est entièrement restructuré à la fin du 19e siècle. Un avant-corps de deux travées en pierre de taille des faluns et baies en granite du Hinglé, couvert d´un haut toit en pavillon est plaqué au milieu de l´élévation ouest est encadré au nord par l´ancienne tourelle d´escalier postérieure du manoir du 16e siècle et au sud par une nouvelle tourelle formant pendant, les deux tourelles sont alors couronnées par un crénelage de fantaisie. A la même époque de nouveaux communs sont reconstruits au sud sur un plan en angle obtus qui reprend en partie l´implantation des anciens communs.

Période(s) Principale : 1ère moitié 16e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Secondaire : 15e siècle
Secondaire : 18e siècle , (?)

Suite aux travaux de la fin du 19e siècle, le logis présente deux façades radicalement différentes. La façade est qui a conservé l´essentiel de son élévation originelle est édifiée en moellons de schiste enduits avec des baies en granite de Languédias finement sculptées. Le toit est percé de lucarnes en bois inégalement réparties. Sur la façade ouest, le pavillon central est construit en pierre de taille de calcaire des faluns de même que la corniche et les lucarnes sculptées, tandis que les encadrements des baies sont en granite gris bleu du Hinglé.

Murs schiste
granite
falun
enduit partiel
moellon
pierre de taille
Toit ardoise
Étages 1 étage carré
Couvertures toit à longs pans
pignon découvert
croupe
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • 19802203007ZMI : Archives départementales des Côtes-d'Armor