Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Manoir, la Terronnière (Livré-sur-Changeon)

Dossier IA35049296 réalisé en 2011

Fiche

Á rapprocher de

Destinations ferme
Dénominations manoir
Aire d'étude et canton Pays de Fougères - Liffré
Adresse Commune : Livré-sur-Changeon
Lieu-dit : la Terronnière
Cadastre : 1827 D3

Au début du 19e siècle, la Terronnière appartenait à Jean Louis Guérin, neveu de Gilles-Louis Guérin, lieutenant-colonel des volontaires nationaux de Lorient pendant la période révolutionnaire. Jean-Louis Guérin vivait à cette époque chez sa tante à l'Aubriais ; il institua par testament le Bureau de Bienfaisance de la commune. Il céda ses terres de la Terronière, de la Piderie, de la Marouinais, de la Chevallerie et de la Maison Neuve (soit 125 hectares environ) à ce bureau de bienfaisance. Il céda également aux Frères de Ploërmel une maison servant d'école dans le village de Livré-sur-Changeon. En 1827, lorsque le premier cadastre de la commune a été réalisé, il existait à la Terronnière, environ dix propriétés différentes. Il s'agissait donc d'un écart, ce bâtiment correspond au bâtiment le plus au nord. Bien que ce bâtiment ne soit pas mentionné comme un des lieux nobles de la commune, le bâtiment présente certaines caractéristiques propres aux petits manoirs comme par exemple le plan en "L", la hauteur importante du bâtiment, le soin accordé au traitement des encadrements de baies d'origine ou encore l'existence de pièces de vie à l'étage. De plus, la cheminée de la salle possède un linteau sur lequel se trouve un écu lisse. Il recevait peut-être des armoiries peintes à l'origine. Le bâtiment pouvait également appartenir à des propriétaires non nobles, peut-être un des bourgeois de la commune, enrichis par l'activité commerçante importante de Livré-sur-Changeon au 17e siècle. Les caractéristiques architecturales de ce bâtiment permettent d'en faire remonter la construction à la première moitié du 17e siècle : forte pente de toiture, encadrements de baies chanfreinés, décor de la cheminée de la salle... Ce bâtiment a été très remanié, particulièrement en façade où de nombreuses baies ont été créées ou agrandies. Les baies d'origine possèdent un encadrement chanfreiné, c'est le cas de la porte d'entrée dont le linteau est surmonté d'un arc de décharge. Cette porte donnait directement dans la salle du rez-de-chaussée ; la cheminée de cette salle située sur le pignon ouest existe encore. La partie est du rez-de-chaussée, dont l'accès se fait par une porte en arc légèrement cintré composé de claveaux de grès donnait probablement accès à une simple dépendance : cellier ou étable. Ce type de porte existe à d'autres endroits dans la commune, notamment à la Driais ou encore à la Morinais. Certaines fenêtres de l'étage ont conservé leurs encadrements en granite chanfreinés ; la fenêtre la plus à l'ouest possède un linteau et des clés en bois qui permettent de dater sa réalisation du début du 19e siècle.

Période(s) Principale : 1ère moitié 17e siècle
Principale : 1ère moitié 19e siècle
Secondaire : 4e quart 20e siècle

Le gros oeuvre de ce bâtiment est construit en maçonnerie de moellon de grès et de schiste. La toiture à longs pans est couverte d'ardoise. Le bâtiment possède un plan en "L" ; il existe en effet deux corps de bâtiments perpendiculaires l'un par rapport à l'autre. Les encadrements de baies de la façade sud ont été remaniés, toutefois, les baies d'origine possèdent encore aujourd'hui des encadrements en pierre de taille de granite chanfreinés. Il existe deux portes au rez-de-chaussée, celle de la salle, possède un linteau droit surmonté d'un arc de décharge. L'autre porte, plus à l'est, possède un linteau composé de claveaux de grès en arc segmentaire. Les baies d'origine de l'étage possèdent également des encadrements de granite quadrangulaires chanfreinés. La présence de ferrures sur ces encadrements témoigne encore de l'existence de grilles à l'origine devant ces fenêtres. La fenêtre la plus à l'ouest possède un linteau et des clés en bois. La cheminée de la salle existe toujours, elle se trouve sur le pignon ouest. Il s'agit d'une importante cheminée en granite composée de piédroits chanfreinés, de corbeaux à doubles ressauts et possédant un écu lisse sur le linteau. Une seconde cheminée se trouvait dans l'aile nord de la construction ainsi qu'en témoigne la souche qui surmonte le pignon nord.

Murs granite
grès
schiste
moellon
Toit ardoise
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • 20113506145NUCA : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine

Références documentaires

Documents figurés
  • Tableau d'assemblage du plan parcellaire de la commune de Livré-sur-Changeon, Canton de Liffré, Arrondissement de Rennes, Département d'Ille-et-Vilaine. Terminé sur le terrain le 10 avril 1827, sous l'administration de Mr. Le Comte de Vendeuvre, Préfet, Mr Reuzeau, Maire et sous la direction de Mr d'Astis, Directeur des Contributions, Mr Naylies, Géomètre en chef, Mr Bessin, Géomètre, échelle 1/10000e. (A.D. Ille-et-Vilaine).

  • Livré-sur-Changeon, une communauté rurale dans l'histoire. Ouvrage collectif, Coutances : Editions Ocep, 1992.

Bibliographie
  • BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • BARDEL, Philippe, MAILLARD Jean-Luc. Architecture de terre en Ille-et-Vilaine. Rennes : Apogée, Ecomusée du Pays de Rennes, 2002.

  • BRAND'HONNEUR, Michel. Les mottes médiévales d'Ille-et-Vilaine. Institut Culturel de Bretagne, SKOL-UHEL AR VRO, Centre Régional d'Archéologie d'Alet, 1990.

  • CHATENET Monique, MIGNOT, Claude (dir.). Le manoir en Bretagne. 1380-1600. Paris, Caisse nationale des monuments historiques et des sites/Editions du patrimoine/Imprimerie nationale Editions, 1999.

  • FROTIER DE LA MESSELIERE, Henri. Le guide de l'Ille-et-Vilaine. Plouagat : GP Impressions-Kervaux, 1994.

  • GASNIER, Marina. Le patrimoine industriel en Ille et Vilaine (19e-20e siècles). De l'inventaire à l'histoire. Thèse : Hist. de l'art : Rennes 2, Université de Haute Bretagne : 2001.

  • GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1884.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA France, BARRIE, Roger, RIOULT, Jean-Jacques. Région Bretagne. Les malouinières - Ille-et-Vilaine. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1997, (Images du patrimoine, n°8).

  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises d'Ille-et-Vilaine. L'architecte Arthur Regnault. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1993, (Itinéraire du patrimoine, n°34).

  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises et Chapelles, Ille-et-Vilaine. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1996, (Indicateurs du patrimoine).

  • OGÉE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Nlle éd. [1778-1780] rev. et augm. Rennes : Molliex, 1845.

  • ORAIN, Adolphe. Petite géographie pittoresque du département d'Ille-et-Vilaine pour servir de guide aux voyageurs dans Rennes et le Département. Rennes : P. Dubois Libraire-éditeur, 1884.

  • PAUTREL, Emile Notions d'histoire et d'archéologie pour la région de Fougères, 1927.

  • PEROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie. Architecture, méthode et vocabulaire. Paris : Inventaire Général des monuments et des richesses artistiques de la France, Centre des monuments nationaux/Editions du patrimoine, 2000.

  • Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic éditions 2000, 2 tomes, (Le patrimoine des communes de France).