Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Manoir, la Choltais (Antrain fusionnée en Val-Couesnon en 2019)

Dossier IA35049616 inclus dans Ville d'Antrain (Antrain fusionnée en Val-Couesnon en 2019) réalisé en 2011

Fiche

Á rapprocher de

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiées portail, croix de chemin, dépendance
Dénominations manoir
Aire d'étude et canton Pays de Fougères - Antrain
Adresse Commune : Val-Couesnon
Lieu-dit : la Choltais
Cadastre : 1969 B3 482
Précisions commune fusionnée après inventaire Commune inventoriée sous le nom de Antrain

Époque de construction :

Ce manoir a été construit en 1528 pour G. Le Camus. Ainsi, à l'intérieur, sur une poutre, se trouve l'inscription suivante : "L'an 1528 Me Geoffroy Le Camus fit faire ce logis. Dieu ait son âme".

Le manoir de la Choltais appartenait à la famille Le Camus en 1528, puis aux Boulain en 1635. Durant la seconde moitié du 17e siècle, le manoir est entre les mains de la famille Douart, seigneurs de la Morinaye puis, aux du Bois le Bon en 1700. En 1763, le manoir est vendu par cette famille aux Tuffin, seigneurs de Sesmaisons. Ils en demeurent propriétaires jusqu'à la Révolution française.

Le bâtiment est composé de plusieurs parties qui ne sont pas tout à fait contemporaines les unes des autres.

En effet, la partie la plus ancienne, datée 1528, correspond à la partie sud du bâtiment actuel. Sur cette partie, en façade est, subsistent une porte en anse de panier surmontée d'un décor d'accolade ainsi qu'une fenêtre grillée dont le linteau est lui aussi surmonté d'une accolade. Ce type de baies est caractéristique de l'architecture du début du 16e siècle.

La partie en retour d'équerre, au sud-est, est peut-être un peu plus récente et sa construction pourrait remonter au début du 17e siècle. L'existence d'une porte en plein cintre à double rouleau avec encadrement chanfreiné témoigne de cette époque.

D'après la tradition orale, la partie nord du bâtiment serait plus récente et remonterait au 18e siècle. Pourtant, la présence d'un pignon débordant semble attester une époque plus ancienne.

La croix qui se trouve dans le parc porte l'inscription et la date suivantes : "PLACEE PAR JACQUES BOULAIN S DU PLESSIX 1633 PROPRIETAIRE DE LA CHOLTAIS".

Évolution du bâtiment :

Le bâtiment a été remanié postérieurement à sa construction, notamment en façade est de la partie nord où une porte de garage a été créée.

Le portail d'entrée est un réemploi, il provient en effet de l'ancien manoir du Beauchais, situé dans la commune de Saint-Ouen-la-Rouërie.

Remploi provenant de Commune : Saint-Ouen-la-Rouërie Lieu-dit : Le Beauchais
Période(s) Principale : 1ère moitié 16e siècle
Secondaire : 2e quart 17e siècle
Auteur(s) Personnalité : Le Camus G., auteur commanditaire, attribution par travaux historiques

Ce bâtiment est construit en moellon de schiste et en pierre de taille de granite (encadrements de baies, chainages d'angles...). Les toitures à longs pans sont couvertes d'ardoise.

Cet ancien manoir présente un plan en "L" ; il s'élève sur trois niveaux : niveau de cave, rez-de-chaussée surélevé et combles.

La façade est se divise en trois parties. La partie centrale, la plus ancienne, est percée de portes à encadrements chanfreinés au niveau de la cave. L'une de ces portes possède un arc en anse de panier et le linteau est décoré d'une accolade.

L'accès à l'étage se fait par un perron perpendiculaire à la façade ; la porte de l'étage, en anse de panier, est surmontée d'une accolade. A droite de la porte, se trouve une fenêtre dont le linteau est également décoré d'une accolade ; cette fenêtre possède une grille. Une lucarne à fronton triangulaire éclaire le comble.

La façade nord de la partie sud-est percée d'une porte en plein cintre à double rouleau au rez-de-chaussée, l'étage est percé d'une fenêtre grillé et d'une porte.

La façade est de la partie nord du bâtiment est quant à elle percée de deux grandes baies (porte de grange et de garage) ainsi que d'une fenêtre.

Le niveau de cave est percé de soupiraux ; les baies de l'étage sont quadrangulaires et possèdent des grilles. Quatre lucarnes éclairent le comble.

La façade Est présente des baies quadrangulaires ; certaines fenêtres de l'étage sont protégées par des grilles.

Le niveau d'habitation de ce manoir correspond à l'étage ou au rez-de-chaussée surélevé. Il y existe trois pièces à feu, deux dans la partie sud du bâtiment et une sur le pignon est de la partie en retour d'équerre au sud-est. L'une de ces cheminées porte les armoiries de la famille Tuffin, propriétaire du manoir au cours du 18e siècle.

L'ancienne ferme du manoir se trouve au nord du logis ; il s'agit d'un bâtiment dont la construction remonte à la seconde moitié du 19e siècle. En effet, il ne figure pas encore sur le cadastre de 1823.

D'autres bâtiments annexes se trouvent au sud-est du manoir et une croix datée de 1633 se trouve dans le parc, au sud-ouest du bâtiment.

Murs granite pierre de taille
schiste moellon
Toit ardoise
Étages 1 étage carré
Couvertures toit à longs pans
pignon couvert
noue
Escaliers escalier dans-oeuvre
États conservations bon état
Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre à signaler
Éléments remarquables portail

Annexes

Références documentaires

Bibliographie
  • BADAULT, Dominique. CHEVRINAIS, Jean-Claude. ANTRAIN et son canton. Chronique de la vie quotidienne 1880-1950. Editions Danclau, 1996.

    p. 77
  • BANÉAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine. Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1927 ; reprint, Mayenne : Editions Régionales de l´Ouest, 1994.

    t. 1, p. 45
  • Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic Editions, 2000. (Le patrimoine des communes de France).

    p. 41