Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Manoir, l'Angle (Antrain fusionnée en Val-Couesnon en 2019)

Dossier IA35049614 réalisé en 2011

Fiche

Á rapprocher de

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiées puits
Dénominations manoir
Aire d'étude et canton Pays de Fougères - Antrain
Hydrographies Le Couesnon
Adresse Commune : Val-Couesnon
Lieu-dit : L'Angle
Cadastre : 1969 B3 365
Précisions commune fusionnée après inventaire Commune inventoriée sous le nom de Antrain

Époque de construction :

Le manoir de L'Angle correspond à un site très ancien ; après avoir appartenu à la famille de Porcon, il passe aux mains des du Gué en 1506 puis, passe par alliance aux de la Marzelière en 1567. Cette même famille possédait encore le manoir en 1604.

Le manoir a été très remanié et a subi un incendie ce qui rend son interprétation et sa datation précise difficiles. Toutefois, certains éléments d'origine encore en place permettent de faire remonter sa construction au 15e siècle. Il s'agit par exemple de la ferme de charpente qui se trouve en partie ouest du bâtiment ou encore de la fenêtre en arc brisé de la façade nord ou bien encore de la cheminée sur le mur gouttereau sud. Ces trois éléments indiquent que ce manoir était probablement un manoir à salle basse sous charpente. Ainsi, le décor de la ferme de charpente et en particulier du poinçon laisse supposer que cette charpente était apparente. De plus, dans ces salles sous charpente, la cheminée était en général positionnée sur l'un des murs gouttereaux et non sur les murs pignons.

Le type de la charpente Charpente de la partie centraleCharpente de la partie centrale, à poinçon long avec des liens courbes qui unissent les arbalétriers à la partie haute du poinçon, permet de faire remonter la construction du manoir à la première moitié du 15e siècle. En effet, il existe d'autres exemples de ce type au manoir du Boberil à l'Hermitage par exemple. La présence d'étagères latérales Etagère latérale de la cheminée sur mur gouttereauEtagère latérale de la cheminée sur mur gouttereau de part et d'autre de la cheminée située sur le mur gouttereau sud du rez-de-chaussée corrobore cette datation puisque ce type d'équipement, destiné à poser les chandeliers ou lampes à huile, tend à disparaitre vers le milieu du 15e siècle, à cause du développement du mobilier.

Ce type de manoir, à salle basse sous charpente, consistait le plus souvent en une salle directement sous la charpente, équipée d'une cheminée sur un des murs gouttereaux (murs les plus longs), associée à une ou plusieurs chambres latérales en demi-niveau. Ce type de bâtiment était particulièrement fréquent dans le Comté de Rennes au 15e siècle ; dans toute la région, il existe aujourd'hui environ une cinquantaine d'exemples connus de manoirs à salle basse sous charpente. Ils ont principalement été construits avant 1450, après cette date, le modèle commence déjà à "s'essouffler". Ce type de manoir est relativement complexe à identifier car toutes les salles basses sous charpente ont subi des réaménagements. Parfois, peu de temps après leur construction (17e siècle), ces salles sous charpente ont reçu un plancher afin de gagner en confort (éviter les pertes de chaleur).

Évolution du bâtiment :

En 1823, lors de la réalisation du premier cadastre de la commune d'Antain, le site de l'Angle était encore composé du manoir constitué de deux bâtiments perpendiculaires l'un par rapport à l'autre et d'un moulin à eau au nord, qui était implanté sur le Couesnon.

Ce manoir, à l'instar de nombreux autres manoirs à salle basse sous charpente, a été très remanié. Ainsi, les baies de la façade sud ont été très reprises et de nouveaux percements ont été ajoutés au cours du 19e siècle. Par ailleurs, la partie ouest a été réaménagée au début du 20e siècle ; le décor de la cheminée qui se trouve à l'étage de cette partie sur le pignon ouest en témoigne.

Période(s) Principale : 1ère moitié 15e siècle , daté par travaux historiques , (?)
Secondaire : 2e moitié 19e siècle , (?)
Secondaire : 1er quart 20e siècle , (?)
Auteur(s) Personnalité : Porcon de, auteur commanditaire, attribution par travaux historiques

Cet ancien manoir est élevé en moellon de schiste et de granite en ce qui concerne le gros œuvre ; les encadrements de baies sont réalisés en pierre de taille de granite. Les toitures à longs pans sont couvertes d'ardoise.

Le bâtiment possède un plan quadrangulaire allongé ; la partie centrale, la plus élevée, s'élève sur trois niveaux : un rez-de-chaussée, un étage carré et un comble.

La façade sud est percée de baies à encadrements de pierre de taille de granite. La partie est possède une baie en plein cintre au rez-de-chaussée alors que les autres baies de cette partie sont quadrangulaires. Sur cette partie de la façade sud, les corbeaux en granite de la cheminée située sur le mur gouttereau sont visibles ; la hotte de la cheminée qui surmonte cette façade a été refaite en brique. La partie centrale de la façade sud est percée d'une fenêtre quadrangulaire de taille réduite au rez-de-chaussée alors que les deux fenêtres de l'étage présentent des dimensions plus importantes. A l'étage, il existait une fenêtre centrale de taille plus réduite qui a été murée. Un escalier parallèle à la façade a été ajouté sur la partie ouest de cette façade afin de donner accès à la pièce de l'étage de cette partie par une porte qui était originellement une fenêtre.

La façade nord est assez peu visible car des hangars y sont accolés, toutefois, la partie est de cette façade possède encore des fenêtres à encadrements chanfreinés qui possédaient des grilles. La partie centrale, la plus élevée, est percée à l'étage d'une fenêtre en arc brisé à encadrement de granite.

Le rez-de-chaussée est aujourd'hui divisé en quatre volumes, les plus à l'est et à l'ouest ne possèdent pas de cheminée. La partie centrale du bâtiment est divisée en deux espaces ; le premier correspond à une pièce dans laquelle se trouve, au sud, la cheminée sur mur gouttereau. Cette cheminée en granite possède des corbeaux à doubles ressauts, des piédroits en forme de colonnes ainsi que des étagères latérales. Dans cette pièce, il existe encore une poutraison de forte section. Dans l'angle nord-ouest de la pièce se trouve un escalier qui permet de desservir l'étage ; cet escalier n'est pas l'escalier d'origine. Sur le mur de refend ouest de cette pièce, existe une porte en arc segmentaire de communication avec la pièce voisine. La pièce située à l'ouest de la première est équipée d'une cheminée sur le mur de refend ouest ; cette cheminée en granite est beaucoup plus simple que la précédente et ne possède pas de décor. Cette pièce est éclairée au sud par une fenêtre à ébrasement et le mur nord est percé d'une porte qui permet une communication directe avec l'extérieur. La fenêtre et la porte sont surmontées d'arcs segmentaires ; le linteau de la cheminée possède également cette forme.

A l'étage subsiste les traces de deux cheminées en granite, la première sur le pignon est et la seconde sur le mur de refend central. La partie ouest de l'étage possède également une cheminée sur le mur pignon. Sa facture est très différente des autres cheminées du manoir puisqu’elle est beaucoup plus récente. Elle est réalisée en bois et son linteau est orné, outre de motifs végétaux, de deux visages humains, l'un masculin à gauche, l'autre féminin à droite, qui semblent être de réels portraits.

En partie centrale ouest du bâtiment subsiste une exceptionnelle ferme de charpente. Elle possède un poinçon long décoré avec des liens courbes qui unissent les arbalétriers à la partie haute du poinçon.

Murs granite pierre de taille
schiste moellon
Toit ardoise
Étages 1 étage carré
Couvertures toit à longs pans pignon couvert
États conservations vestiges, menacé
Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre à signaler
Éléments remarquables charpente, cheminée

Annexes

Références documentaires

Bibliographie
  • BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929

    p. 48