Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Manoir du Chênet ou du Chenay (Noyal-Châtillon-sur-Seiche)

Dossier IA35047353 réalisé en 2008

Fiche

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiées puits, étable, écurie, grange
Dénominations manoir
Aire d'étude et canton Ille-et-Vilaine - Bruz
Hydrographies Ruisseau de l'Orson
Adresse Commune : Noyal-Châtillon-sur-Seiche
Lieu-dit : le Chesnay
Manoir à l'état de vestiges, de plan rectangulaire avec tour d'escalier en vis hors oeuvre sur l'élévation postérieure. Conservation d'une belle porte d'entrée. Paul Banéat mentionne dans son dictionnaire que les lucarnes étaient du même type que celles de la Jousselinaye datées de 1573. Intérêt historique.
Période(s) Principale : 16e siècle
Principale : 17e siècle
Principale : 19e siècle

Cour quadrangulaire ceinturée de bâtiments. Au sud de la cour le logis qui est orienté nord. Son élévation a été modifiée et sa distribution intérieure remaniée. Suite à un incendie en 1934, il a été rabaissé et entièrement repris en 1936. Il possède toutefois en façade principale une belle porte à fronton triangulaire en pierre de taille de calcaire. De part et d'autre se situent deux anciennes fenêtres à barreaux dont les grilles conservent encore leurs décors de lances. La façade arrière conserve une partie de la tour d'escalier. Cette dernière, de plan rectangulaire se situe hors oeuvre. Une porte en permettait l´accès depuis le jardin. A l´est de la cour : les écuries ; à l´ouest : les étables ; au nord : des dépendances, grange et remise qui ont été transformées en habitation.

Murs schiste
calcaire
moellon
Toit ardoise
États conservations vestiges, remanié

Données complémentaires architecture IP35

HYPOI sans objet
PHYPO Plan rectangulaire à tour d'escalier. Escalier en vis hors oeuvre sur façade postérieure.
MURS1 schiste ; calcaire ; moellon
SCLE1 16e siècle ; 17e siècle ; 19e siècle
ICHR nsp
SEL sélection possible
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • Extrait de Paul Banéat.

    La construction actuelle date du 16e siècle seulement, mais le Chênet est cité dès le 12e siècle. Sa porte est surmontée d'un fronton triangulaire que remplit un écusson en accolade. Son étage supérieur, récemment démoli, était surmonté de jolies gerbières analogues à celles de la Jousselinaye en Châtillon-sur-Seiche. Il conserve un pavillon rectangulaire à toit autrefois élevé et une tourelle ronde découronnée. Il avait jadis un pigeonnier, car une pièce du premier étage était appelée le Cabinet du Pigeonnier (1). Le pavillon contient un escalier à vis dont les marches sont en bois plein : cet escalier est construit comme ceux de pierre, il ne possède pas un axe central dans lequel viennent s'encastrer les marches ; son axe est, au contraire, formé d'autant de tronçons horizontaux qu'il y a de marches et chaque tronçon fait partie d'une marche. Le Chenêt renferme enfin des serrures et des panneaux de portes anciens. Il était aux de Beaucé en 1427 et 1475, aux de Quebriac en 1513 (2), en 1541 aux Pèlemoine qui le vendirent aux Guyot après 1546. Il passa par alliance aux de Lopriac qui l'avaient en 1580 (3) et le vendirent en 1729 à Marie le Grand de Vergonsé veuve de Hervé des Clos (4). Il passa par alliance aux Martin sieurs du Moulige qui l'avaient en 1759, et était aux d'Andigné seigneurs de Saint-Germain en 1778 et 1786 (5).

    (1). A.D. Min. de Chassé, notaire à Rennes, 4 juillet 1729

    (2). Bibl. de Rennes, registres anc. Des Réformat. De Noblesse, ms

    (3). A.D. Min. de Gohier, notaire à Rennes, 14 juillet 1714

    (4). A.D. Min de Chassé, notaire à Rennes, 4 juillet 1729

    (5). A.D. Cartons du Chan. Guillotin de Corson. Min de Vallée, not. De jurid., 30 mars 1759.

  • 20083506207NUCA : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, Série P.

    20083506259NUC : Inventaire, Région Bretagne

Références documentaires

Documents figurés
  • Le chenêt. Dessin par F. Poulain, d'après Paul Banéat, in : BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929, p. 513.