Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Manoir de Kerbridou (Plouaret)

Dossier IA22017130 réalisé en 2011

Fiche

Le manoir de Kerbridou à Plouaret

Cet ensemble bâti ancien, à la fois résidence seigneuriale et exploitation agricole, est situé au nord-est du bourg de Plouaret à proximité immédiate d´une source. Le toponyme "Kerbridou Vraz" est formé de "Kêr" qui signifie le lieu habité et "Vraz", grand et du patronyme "Bridou". Le manoir est isolé dans la campagne ; on y accède en 1835 depuis le bourg de Plouaret par la "route de Plounévez à Lannion" puis par un chemin filant vers le sud. Un second chemin existait à l'ouest. Une croix de chemin en granite à bâtière marque l'arrivée au manoir.

Le manoir a été fondé par la famille Prigent, seigneur de Kerbridou. A la Montre de Tréguier en 1481, on note la présence de Guillaume Prigent (avec un revenu confortable de 80 livres) "porteur d´une brigandine" (armure constituée de plaques en fer rivetées sur du cuir ou du tissu), qui comparait "en archer".

L'ensemble manorial est constitué par une chapelle, un puits et des dépendances. Le volume imposant du manoir avec sa tour carrée et son appentis arrière, les éléments stylistiques et la mise en œuvre soignée en pierre de taille de granite permettent de dater l´édifice actuel. Il pourrait remonter au alentour de 1500 avec des éléments mis au goût du jour dans les années 1560-1570. La tour arrière avec ses faux mâchicoulis d'inspiration médiévale et sa pièce haute à laquelle on accède par un escalier à vis secondaire apparaissent très archaïques en comparaison de l'élévation principale inspirée des idées nouvelles. La porte en arc plein cintre surmontée d'une archivolte encadrée de pilastres, les larges baies rectangulaires à traverse moulurées sont inspirées de la seconde Renaissance.

L'ornementation et les motifs géométriques des pilastres – notamment les losanges, rappellent ceux de la partie haute de la tour-clocher de l'église de Plouaret dont la construction est datée de 1554. On pourrait ainsi être tenté d'attribuer la porte de Kerbridou à l'architecte Jean Le Taillanter mais il manque des éléments récurrents qui caractérisent son œuvre, à savoir : l'emploi de colonnes et de chapiteaux corinthiens comme à Guernanchanay. Des armoiries sont visibles au-dessus de la porte. L´oculus semble dater de la 2e moitié du 17e siècle.

Le manoir de Kerbridou – de plan en T, est composé de deux pièces au rez-de-chaussée :

- à l´ouest, cuisine avec cheminée desservant une arrière-cuisine en appentis (servant également de cellier ou souillarde). Cette pièce, éclairée par trois jours recèle un évier. Chose moins fréquente, une auge est continuellement alimentée par une fontaine.

- à l´est, la salle basse avec son imposante cheminée ; un passe-plat (jumelé avec la porte) est percé dans le mur de refend qui sépare la cuisine de la salle. La salle commande la cuisine qui commande elle-même la pièce arrière.

La tour postérieure abrite un escalier en vis. L'étage était vraisemblablement occupé par trois chambres tandis que l´arrière-cuisine supporte une pièce secondaire (garde-robe ?). Du niveau de comble, on accède par un second escalier en vis, à une pièce haute dotée d'une cheminée, de latrines et d'une fenêtre d'angle orientée vers le chemin d'accès nord.

Façades, toitures et souches de cheminées du manoir de Kerbridou ont été inscrites au titre des Monuments historiques en 1964.

Parties constituantes non étudiées dépendance
Dénominations manoir
Aire d'étude et canton Schéma de cohérence territoriale du Trégor - Plouaret
Adresse Commune : Plouaret
Lieu-dit : Kerbridou Vraz
Cadastre : B 34

Cet ensemble bâti ancien, à la fois résidence seigneuriale et exploitation agricole, est situé à 1700 mètres au nord-est du bourg de Plouaret et à 125 mètres d´altitude. Il est situé à proximité immédiate d´une source. Le toponyme est orthographié "Kbridou Blanche" (Kerbridou) sur le cadastre de 1835 et se nomme aujourd´hui "Kerbridou Vraz". Il est formé de "Kêr" qui signifie le village, le lieu habité. Le manoir est isolé dans la campagne ; on y accède depuis le bourg de Plouaret par la "route de Plounévez à Lannion" puis par un chemin filant vers le sud. Un second chemin existait à l´ouest en 1835.

Le manoir de Kerbridou a été fondé par la famille Prigent, (seigneur de Kervézec, paroisse de Plougasnou ; seigneur de Kerbridou, paroisse de Plouaret de Kerdinam) dont les armoiries sont "D´argent an croissant de sable accompagné de trois tourteaux de même". A la montre de Tréguier en 1481, on note la présence de Guillaume Prigent (80 livres de revenu) "porteur d´une brigandine", qui comparait "en archer".

Le volume, les éléments stylistiques et la mise en œuvre soignée en pierre de taille de granite permettent de dater l´édifice du 4e quart du 16e siècle (en façade antérieure : porte en plein cintre moulurée encadrée de pilastres, baies rectangulaires à traverse moulurées, baies à appui saillant à l´étage ; en façade postérieure : tour carrée abritant un escalier en vis, baies étroites à traverse ; latrines en encorbellement). Les deux lucarnes à fronton et l´oculus sont plus tardifs.

Le manoir de Kerbridou a été dessiné en 1935 par Henri Frotier de la Messelière.

Façades, toitures et souches de cheminées ont été inscrites au titre des Monuments historiques en 1964.

Période(s) Principale : 4e quart 16e siècle
Secondaire : 2e moitié 19e siècle
Secondaire : 20e siècle
Statut de la propriété propriété d'une personne privée
Protections inscrit MH, 1964/10/09
Précisions sur la protection

Façades, toitures et souches de cheminées (cad. B 34) : inscription par arrêté du 9 octobre 1964.

Annexes

  • Notice des Monuments Historiques extraite de la base Mérimée (PA00089457 ; 1992)

    "Vers la fin du 16e siècle et le début du 17e siècle, apparaît en Bretagne une architecture nouvelle, composée de porches avec guérites à dômes et à culs de lampes. A la même époque, remontent les hautes gerbières à étages avec accolades et frontons de Kerbridou. Il s'agit d'un manoir rectangulaire avec tour d'escalier carrée saillante. Une porte encadrée de pilastres superposés, soutenant une légère corniche, a son passage circulaire sous une archivolte continuant sur les piedroits. L'espace entre cet arc plein-cintre et la corniche contient des écussons et armes en ses angles. Une fenêtre coupée d'un linteau-meneau se trouve de chaque côté de cette entrée. Des gerbières à fronton décoré ressortent dans la toiture. La tour carrée possède un pan coupé au deuxième, et s'élargit par des mâchicoulis en haut. L'angle rentrant vers le manoir possède une guérite à cul de lampe".

  • 20122205723NUCA : Archives départementales des Côtes-d'Armor, C1.

    20122205724NUCA : Archives départementales des Côtes-d'Armor, C1.

    19802201354ZMI : Archives départementales des Côtes-d'Armor

Liens web