Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Manoir, Bois Le Raut (Bobital)

Dossier IA22018062 réalisé en 2012

Fiche

Le Bois-le-Raut, unique manoir de la paroisse de Bobital est une possession au 15e siècle de la famille du Margoro. Il présente plusieurs caractéristiques de cette période, présence de douves, logis avec grande salle centrale sous charpente. Les logis qui présentent cette disposition font parti des plus anciens manoirs conservés de Bretagne.

Dénominations manoir
Aire d'étude et canton Projet de Parc naturel régional Rance-Côte d'Emeraude
Adresse Commune : Bobital
Lieu-dit : Bois-Le-Rault

Dans la liste des teneurs de fiefs des évêchés de Dol en 1480, comparait Guyon du Margoro avec un revenu moyen de 40 livres. Son fils, Gilles du Margoro, sieur de Boylerault est mentionné lors d’une Réformation de l’évêché de Dol en 1513. Cette famille est également présente au début du 15e siècle dans la paroisse de Sévignac, un certain Guilllaume du Margaro cité en 1416 et 1428 possède la terre du Margaro. Il

fonde en 1416 la léproserie de Saint-Armel de Sévignac. Les Margoro de Bobital sont vraisemblablement une branche cadette de cette famille chevaleresque dont Guillaume de Margoro, noble de la paroisse de Sévignac est distingué comme appartenant à une compagnie d’ordonnance et possède en 1480, 700 livres de revenus. La Maison du Margaro portait pour armes : D’azur à trois coquilles d’argent.

Le manoir du Bois-le-Rault, ou Bois-le-Haut remonte pour ses parties les plus anciennes au 15e siècle (enceinte et logis). Il a subi de nombreuses modifications au 18e siècle (remontage du pignon ouest) et aux époques contemporaines (modification de la distribution et des ouvertures). Toutefois, les dispositions actuelles permettent d’y retrouver un ancien manoir avec grande salle basse sous charpente associé à

un bloc de chambres correspondant aux deux niveaux décalés de la composition du logis. Les ouvertures murées à l’arrière ainsi que le plan masse du cadastre ancien permettent d’y déceler une ancienne aile arrière disparue, probablement à usage de cuisine, selon une disposition ancienne déjà rencontrée.

Le logis, à l’origine entouré de douves était fortifié comme en témoignent plusieurs archères canonnières, près de l’entrée, dans la tour d’enceinte sud ouest et dans la muraille à l’ouest.

Période(s) Principale : 15e siècle
Secondaire : 18e siècle
Secondaire : 19e siècle

Le domaine du Bois-le-Rault

Les états de section du cadastre de 1844 nous permettent de reconstituer une partie de l’environnement du manoir situé au sud du bourg de Bobital, à proximité de la rivière du Guinefort. Le logis implanté en fond de cour et les dépendances qui jouxtent le portail étaient ceinturés de murailles donnant sur des douves appelées vivier et petit vivier. A l’est à proximité du manoir s’étendent des parcelles de tailles moyennes nommées, le verger, les grands vergers. A l’ouest, une forêt de Chênes, « la Chenaie » et de part et d’autre de l’allée

qui mène au logis se dessinent de grandes parcelles rectangulaires : « le petit domaine », « le grand domaine ». Une pièce de terre (B 535)

nommée « les murailles de la Briaudais » indique l’emplacement d’anciens murs détruits.

Le manoir

Le manoir est construit en pierre de taille et en moellons de granite (pour le mur arrière). La mise en œuvre de gros blocs de pierre taillés se perçoit dans la partie basse du pignon ouest, de façon éparse dans la partie centrale, et dans la partie est du logis à étage. Dans son état actuel et en l’absence de visite intérieure, il est difficile de restituer la fonction originelle de chaque pièce. La grande salle, au centre, vraisemblablement à l’origine sous charpente était encadrée de pièces de service et de chambres. Une aile arrière détruite, dès le début du 19e siècle, à usage de cuisine se devine par les percements extérieurs murés, porte et passe-plat.

Murs granite moellon
granite pierre de taille
Toit ardoise, métal en couverture
États conservations remanié

Annexes

  • Bois-le-Rault : état des sections du cadastre de 1844

    Propriétaire : Poirier de Noiseville, veuve

    B534 : le Grand domaine

    B 535 : Murailles de la Briandais

    B 536 : petit domaine

    B 537 : la chenaie

    B 538 : la Chenaie

    B 539 : le vivier

    B 540 : le petit jardin

    B 541 : le petit jardin

    B 542 : maison et bâtiment

    B 543 : jardin de la cour

    B 544 : le petit vivier

    B 545 : le courtil d’ahaut

    B 546 : le verger d’abas

    B 547 : le verger d’ahaut

    B 548 : les grands vergers

    B 549 : verger d’ahaut

    B 550 : le verger d’ahaut.

Références documentaires