Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison, rue des Picous (Saint-Christophe-de-Valains)

Dossier IA35049307 inclus dans Le village de Saint-Christophe-de-Valains réalisé en 2011

Fiche

Á rapprocher de

Dénominations maison
Aire d'étude et canton Pays de Fougères - Saint-Aubin-du-Cormier
Adresse Commune : Saint-Christophe-de-Valains
Adresse : Rue des Picous
Cadastre : 1833 A2

La construction de ce bâtiment remonte à 1572 ainsi qu'en témoigne la date portée sur le linteau de la fenêtre de l'étage. Ce linteau porte également des initiales qui sont selon toute vraisemblance celles du commanditaire du bâtiment : H. D. De plus, il existe un très beau cadran solaire en schiste ardoisier sur la façade qui porte la date de 1618 et l'inscription : M. RENE DUROCHER SR DE LAUNAY. Les initiales H. D. portées sur le linteau de la fenêtre sont donc peut-être celles d'un membre de la famille Durocher qui était semble-t-il propriétaire de Launay, lieu situé au sud-ouest du village. Ce bâtiment nous offre une architecture tout à fait particulière et représentative de son époque de construction. Il possède en effet une très forte pente de toiture, des pignons débordants, un décor de modillons sur la corniche et les souches de cheminée. Par ailleurs, les fenêtres de l'étage possèdent des appuis saillants, les encadrements des baies sont chanfreinés et celui de la porte du rez-de-chaussée est mouluré d'un tore ; tous ces éléments sont propres à l'architecture rurale de la fin du 16e siècle et se retrouvent sur d'autres bâtiments du village construits à la même époque (rue des Moulins). Seule la fenêtre de la partie est du rez-de-chaussée a été percée par la suite puisque son linteau témoigne de sa date de réalisation, à savoir 1859. Les baies de la façade sud ont toutefois été modifiées en 1964 (baies de l'étage) afin de créer de la symétrie dans les percements de cette façade. A la même époque, a été créé l'auvent qui précède la porte d'entrée avec la récupération de matériaux provenant de l'escalier en vis (marches). En 1964, une fenêtre a également été percée au rez-de-chaussée dans le pignon ouest et la charpente a été refaite. Même si il a subi quelques transformations, à l'origine, ce bâtiment était composé d'une pièce à feu au rez-de-chaussée à l'ouest et d'un cellier à l'est ; la fenêtre percée en 1859 était donc une porte à l'origine. Un escalier en vis monumental se trouvait en façade nord du bâtiment, il était logé dans une tour circulaire de diamètre important par rapport à la construction ainsi qu'en témoigne le plan au sol du bâtiment sur le premier cadastre communal de 1833. Cet escalier en vis permettait de desservir les deux chambres qui se trouvaient à l'étage, la première au-dessus de la salle et la seconde au-dessus du cellier. La tour d'escalier est aujourd'hui dérasée et seules quelques marches du départ de l'escalier subsistent. D'après la tradition orale, il semble que la tour d'escalier était déjà dérasée au début du 20e siècle. Il subsiste une meurtrière dans la tour d'escalier ; la présence de ce type d'élément de défense est peut-être due au contexte de l'époque, ainsi, à la fin du 16e siècle, les conflits entre catholiques et protestants sont nombreux en France (guerres de religion), ils ne cesseront qu'en 1589 avec la signature de l'édit de Nantes (reconnaissance de la liberté de culte pour les protestants par Henri IV). La cheminée qui se trouve aujourd'hui dans la salle du rez-de-chaussée, sur le pignon ouest, est l'une des cheminées de l'étage qui a été remontée là en remplacement de celle qui s'y trouvait à l'origine. Des vestiges de cette cheminée du rez-de-chaussée ont été réemployés dans la maçonnerie du bâtiment accolé à l'est de celui-ci. Il s'agit des piédroits décorés de visages humains qui sont tout à fait typiques du décor des cheminées de cette époque. La fonction du commanditaire de ce bâtiment demeure énigmatique car il présente les caractéristiques de l'architecte nobiliaire de cette époque. Le bâtiment a été déclassé en ferme, probablement au 19e siècle.

Période(s) Principale : 3e quart 16e siècle
Principale : 1er quart 17e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Secondaire : 4e quart 20e siècle
Dates 1572, porte la date
1618, porte la date
1859, porte la date

A l'instar des autres constructions de la commune, celle-ci est élevée en granite. La façade principale sud est traitée en pierre de taille, ce qui n'est pas le cas des autres murs de la construction. Le bâtiment est couvert d'un toit très pentu, couvert d'un long pan en ardoise et possédant des pignons débordants. Les souches de cheminées ainsi que la corniche sont ornées de modillons. Le plan du bâtiment est un plan quadrangulaire accolé d'une tour circulaire au nord. Cette tour circulaire abrite l'escalier en vis en granite. Les baies de la façade sud sont quadrangulaires ; celles de l'étage possèdent des appuis saillants. Leurs encadrements sont chanfreinés et celui de la porte d'entrée est mouluré d'un tore. L'encadrement de la porte possède encore un husset (ferrure destinée à faire pivoter un panneau en bois que l'on ajoutait devant la porte afin de laisser celle-ci ouverte pour profiter de la lumière du jour tout en évitant l'intrusion des animaux dans la maison). Le linteau de la fenêtre ouest de l'étage témoigne de l'inscription suivante située sous une accolade : H. D. et 1572 séparé par un cœur. La fenêtre est du rez-de-chaussée possède un linteau daté 1859. Un cadran solaire en schiste ardoisier se trouve sur la façade sud, il porte le monogramme du Christ (IHS) ainsi que cette inscription : RENE DUROCHER/ SR DE LAUNAY/ 1618. A l'intérieur, le rez-de-chaussée est divisé en deux espaces, la partie Est est sans feu alors que la partie ouest possède une cheminée en granite à corniche dont les piédroits forment des colonnes. Les corbeaux sont ornés de cannelures. Cette cheminée est l'une des cheminées de l'étage qui a été remontée à cet endroit et qui a remplacé celle qui se trouvait à cet emplacement à l'origine. L'étage possédait la même structure que le rez-de-chaussée : division en deux volumes.

Murs granite
moellon
Toit ardoise
États conservations bon état

Une des plus anciennes constructions datées de la communauté de communes. Bâtiment ayant conservé de nombreux éléments extérieurs d'origine, propres à l'architecture de cette époque : corniche et souches de cheminées à modillons, pignons débordants, appuis saillants des fenêtres.

Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • 20113506146NUCA : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine

    20103507726Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 261_35_69_bande_14.

    20103507725Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 261_35_69_bande_14.

    20103507727Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 261_35_69_bande_15.

    20103507755Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 261_35_69_bande_19.

    20103507728Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 261_35_69_bande_15.

    20103507729Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 261_35_69_bande_15.

    20103507730Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 261_35_69_bande_15.

    20103507732Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 261_35_69_bande_15.

    20103507733Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 261_35_69_bande_16.

    20103507731Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 261_35_69_bande_15.

Références documentaires

Bibliographie
  • BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • BARDEL, Philippe, MAILLARD Jean-Luc. Architecture de terre en Ille-et-Vilaine. Rennes : Apogée, Ecomusée du Pays de Rennes, 2002.

  • BRAND'HONNEUR, Michel. Les mottes médiévales d'Ille-et-Vilaine. Institut Culturel de Bretagne, SKOL-UHEL AR VRO, Centre Régional d'Archéologie d'Alet, 1990.

  • CHATENET Monique, MIGNOT, Claude (dir.). Le manoir en Bretagne. 1380-1600. Paris, Caisse nationale des monuments historiques et des sites/Editions du patrimoine/Imprimerie nationale Editions, 1999.

  • FROTIER DE LA MESSELIERE, Henri. Le guide de l'Ille-et-Vilaine. Plouagat : GP Impressions-Kervaux, 1994.

  • GASNIER, Marina. Le patrimoine industriel en Ille et Vilaine (19e-20e siècles). De l'inventaire à l'histoire. Thèse : Hist. de l'art : Rennes 2, Université de Haute Bretagne : 2001.

  • GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1884.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA France, BARRIE, Roger, RIOULT, Jean-Jacques. Région Bretagne. Les malouinières - Ille-et-Vilaine. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1997, (Images du patrimoine, n°8).

  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises d'Ille-et-Vilaine. L'architecte Arthur Regnault. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1993, (Itinéraire du patrimoine, n°34).

  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises et Chapelles, Ille-et-Vilaine. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1996, (Indicateurs du patrimoine).

  • OGÉE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Nlle éd. [1778-1780] rev. et augm. Rennes : Molliex, 1845.

  • ORAIN, Adolphe. Petite géographie pittoresque du département d'Ille-et-Vilaine pour servir de guide aux voyageurs dans Rennes et le Département. Rennes : P. Dubois Libraire-éditeur, 1884.

  • PAUTREL, Emile Notions d'histoire et d'archéologie pour la région de Fougères, 1927.

  • PEROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie. Architecture, méthode et vocabulaire. Paris : Inventaire Général des monuments et des richesses artistiques de la France, Centre des monuments nationaux/Editions du patrimoine, 2000.

  • Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic éditions 2000, 2 tomes, (Le patrimoine des communes de France).