Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison de villégiature Ty Jeannic, 14 rue du Philosophe Alain, le Pouldu (Clohars-Carnoët)

Dossier IA29004316 inclus dans Quartiers balnéaires du Pouldu du 20e siècle (Clohars-Carnoët) réalisé en 2008

Fiche

Précision dénomination maison de villégiature
Appellations Ty Jeannic
Dénominations maison
Aire d'étude et canton Bretagne - Quimperlé
Adresse Commune : Clohars-Carnoët
Lieu-dit : le Pouldu
Adresse : 14 rue du Philosophe Alain
Cadastre : AL 144

Le quartier des Grands-Sables commence tout juste à s´urbaniser quand Marie-Jeanne Henry y fait construire une maison. Cette cabaretière des Grands-Sables, avant d´exercer plus tard sa profession dans la commune de Moëlan-sur-Mer, dans le lieu-dit de Biribi, est une figure du Pouldu : sa Buvette de la Plage était fréquentée par les peintres de l´École de Pont-Aven. La villa Ty Jeannic est relativement modeste par rapport aux autres villas du quartier balnéaire mais, au gré des changements de propriétaires, elle ne tarde pas à prendre de l´importance. Elle est une première fois agrandie en 1914, puis en 1923 et en 1940. Ses habitants successifs en feront une habitation à l´année. On ne sait pas à qui la villa Ty Jeannic doit son nom : à Marie-Jeanne Henry, qui l´a faite construire, ou à Jeanne Cochennec, qui en devient propriétaire à partir de 1919 ? C´est sur le folio du cadastre de Jeanne Cochennec qu´apparaît la première mention du nom de la villa. Toutefois, le journal Côte d´Armor, Echo des Plages de Basse-Bretagne relaie en 1910 une petite annonce locative pour une villa Jeanne qui a peut-être un lien avec cette habitation.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Secondaire : 1ère moitié 20e siècle
Dates 1887, daté par source
Auteur(s) Personnalité : Henry Marie-Jeanne, commanditaire, attribution par source

Cette villa de deux étages, dont un sous combles, a des proportions similaires aux autres villas du Pouldu. Elle comporte deux corps de bâtiment qui s´imbriquent. La partie gauche de la façade principale, légèrement avancée, forme pignon coupé (surmonté d´un toit en demi-croupe). La villa, aux murs crépis, se distingue par ses éléments décoratifs alors que l´aspect des autres villas de ce quartier balnéaire est généralement sobre. Des moulures entourent les ouvertures, font apparaître le nom de la villa sur la façade, esquissent quelques dessins décoratifs. Bien qu´éloignée du rivage, la villa Ty Jeannic bénéficiait de la vue sur mer qu´aujourd´hui elle n´a plus. Elle présente de larges ouvertures en façade principale (côté mer) et deux lucarnes rampantes (ou dites en chien couché) s´alignent sur le toit en ardoise. Les pignons, qui ne sont orientés vers aucun paysage remarquable, sont quasiment aveugles. Malgré des proportions somme toute communes au Pouldu, la villa Ty Jeannic se distingue par sa décoration simple et élégante.

États conservations bon état

Données complémentaires architecture PATMAR

REFC CLC35
THPA Activité balnéaire de loisir et de santé
DREC jamais cité
INGP intérêt de mémoire ; intérêt paysager et pittoresque
PING Cette villa, construite par Marie-Jeanne Henry, figure importante du Pouldu, est une des rares villas du Pouldu décorées.
RECO Cette villa est située dans le périmètre de protection de la chapelle Notre-Dame-de-la-Paix, classée aux Monuments Historiques. Elle est donc un peu moins menacée par d´éventuelles transformations que certaines autres villas pourraient l´être. La station balnéaire du Pouldu a longtemps été la station balnéaire des Quimperlois. L´architecture des villas y est modeste, sans ostentation. La station balnéaire est relativement représentative des petites stations balnéaires françaises de la côte Atlantique, où les villas construites avant la Seconde Guerre mondiale ont conservé leurs caractéristiques originelles (y compris la taille de leur jardin) tandis que les hôtels ont été transformés en résidences privées. Il convient de conserver les héritages encore peu modifiés. Seul le trait de côte est pour l´instant un but de promenade. Les touristes déambulent peu dans les quartiers balnéaires. Un projet de réhabilitation de la rue des Grands-Sables est en cours de discussion. La voirie doit être adaptée au cheminement piétonnier. Le quartier balnéaire peut toutefois devenir un but de promenade. La modestie du patrimoine balnéaire a pour l´instant conduit à son dédain. Or cette modestie est caractéristique de la majorité des stations balnéaires françaises de la côte Atlantique. Les villas du Pouldu doivent donc être mises en valeur : il convient de retrouver leur histoire (en utilisant, entre autres, le recensement effectué par l´Observatoire du patrimoine maritime culturel), et par la suite créer une visite guidée au sein du quartier balnéaire, par exemple à partir du syndicat d´initiatives. Cette mise en valeur permettrait de porter un nouveau regard sur la station balnéaire du Pouldu. Afin d´améliorer l´homogénéité de la station balnéaire du Pouldu, il faudrait encourager la rénovation des façades des villas, en tenant compte de leur style d´origine. Le Pouldu est connu internationalement grâce au passage des peintres de l´Ecole de Pont-Aven. Cet aspect pourrait être renforcé. Le Pouldu fait partie de la Route des Peintres. Des bornes indicatives confrontent les paysages peints avec le paysage actuel. De plus, la reconstitution par une association d´une Buvette de la Plage (la buvette originelle a été détruite en 1924) est une des animations touristiques principales de Clohars-Carnoët. La liaison de ces différents éléments permettrait de relancer ce circuit thématique sur les peintres et leurs oeuvres en relation avec ce qui existe aujourd´hui.
Statut de la propriété propriété d'une personne privée
Sites de protection abords d'un monument historique

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales du Finistère. 3 P 34/2 à /8. Matrices cadastrales de Clohars-Carnoët (1823-1957).

  • Archives départementales du Finistère. 222 W 45 à 53. Matrices cadastrales de Clohars-Carnoët (cadastre rénové : 1960-1970).

  • Archives départementales du Finistère. JAL 102/1. Côtes d'Armor. Echo des plages de Basse-Bretagne, 1910-1914.

    du 23 juilllet 1910.