Logo ={0} - Retour à l'accueil

Maison de villégiature balnéaire dite château de Port Breton, avenue Vicomté ; rue de l' Isle Célée ; 9 avenue de la Libération (Dinard)

Dossier IA35000322 réalisé en 1997

Fiche

Dossiers de synthèse

Précision dénominationdemeure de villégiature balnéaire
Appellationsdite château de Port Breton
Parties constituantes non étudiéesjardin botanique, volière, fabrique de jardin, fabrique de jardin, conciergerie, garage
Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonCôte d'Emeraude - Dinard
AdresseCommune : Dinard
Adresse : avenue, Vicomté, rue de l', Isle Célée, 9 avenue de la
Libération
Cadastre : 1988 AC 61 à 64, 193, 194

Maison construite pour Lady Meyer Sassoon par l'architecte René Aillerie en 1923. Le chantier est suivi par l'entreprise La Fourmi de Dinard. La conception du parc est due à Neveu, architecte paysagiste, et à J.Saudejeau, jardinier en chef. Winston Churchill séjourne dans cette maison entre 1934 et 1939, puis, après la guerre, Marcel Boussac. Décor intérieur essentiellement de style Louis XIV. Vestibule d'entrée à cheminée de style Tudor.

Période(s)Principale : 1er quart 20e siècle
Dates1923, porte la date
Auteur(s)Auteur : Aillerie René architecte signature
Auteur : La Fourmi entrepreneur signature
Auteur : Neveu architecte paysagiste signature
Personnalité : Meyer Sassoon commanditaire attribution par source

Demeure construite au centre d'une grande parcelle sur un promontoire face à la baie du Prieuré. Plan rectangulaire avec décrochements. Façade antérieure sud-ouest donnant sur un jardin à la française. Cette façade ordonnancée est composée de neuf travées. Le rez-de-chaussée est accessible par un escalier à degrés adoucis, bordés par une rampe ornée d'un sphinx. L'entrée est protégée par un porche à trois arcades en plein cintre surmonté d'un balcon. L'étage de soubassement donne sur une courette dite à l'anglaise. La façade sur mer nord-est, de composition semblable, comporte onze travées. Les baies du rez-de-chaussée sont en plein-cintre tandis que celles de l'étage sont rectangulaires. Deux étages de comble sous une toiture à longs pans brisés. Vestibule d'entrée couvert d'une voûte en berceau segmentaire à lunettes. Conciergerie, au nord-est de la parcelle, donnant sur l'avenue de la Vicomté et sur la rue de l'Isle Célée, composée d'un rez-de-chaussée et d'un étage en surcroît. Oculi en façade.

Mursgranite
moellon
Toitardoise
Étagesétage de soubassement, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, 2 étages de comble, étage en surcroît
Couvrementsvoûte en berceau segmentaire
à lunettes
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans brisés
croupe brisée
noue
pignon couvert
Escaliersescalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour
Techniquessculpture
ferronnerie
menuiserie
décor stuqué

Port-Breton, ultime château de bord de mer, construit en 1923 par René Aillerie pour la richissime anglaise, lady Meyer Sassoon, a perdu, depuis la guerre, les volumes contrastés de ses toitures à hauts pavillons et bulbes, accentués d´épis de faîtage et de girouettes. Un écho de son parti architectural original, recherche d´une synthèse franco-anglaise, se retrouve dans la distribution et la décoration intérieure de cette vaste demeure. Une fois franchi un porche de trois travées, un large hall, qui occupe toute la longueur du corps central, commande les différentes pièces du rez-de-Les voûtes surbaissées, le faux appareil de pierre, les colonnes renflées, les entrelacs de fer forgé rehaussés de tôle repoussée de la porte, le sol de marbre rouge du Languedoc, illustrent la tradition classique française ; tandis que le principe du hall et sa cheminée de style Tudor, son usage comme éventuelle pièce de réception, que confirme une photographie d´époque, sont indéniablement empruntés au mode de vie à l´anglaise. L´aménagement des pièces du rez-de-chaussée ne dément pas cette double référence. Le décor de boiseries en chêne ciré de style Louis XIV du grand cheminée au riche décor floral pastiche avec succès les beaux modèles du XVIIè siècle français, intègre trois rayonnages encastrés, cohabitation à l´anglaise d´une pièce de réception, et d´une bibliothèque. Les dimension et la forme particulière de la pièce, ouverte sur l´anse du prieuré par un large avant-corps bombé, ont entraîné ici, plutôt que le remploi d´éléments anciens, la création d´un grand décor spécifique. Sa composition ample et symétrique, à doubles portes surmontées de frontons curvilignes, devait mettre en valeur meubles et objets de collection de grand prix. Là encore, le choix du chêne au naturel, de couleur plus chaude qu´un lambris peint s´avère comme une marque indéniable du goût anglais pour les ambiances dans les pièces latérales, salle à manger et petit salon sur le côté desquelles des annexes, ouvertes par trois baies, combinent le principe de l´échappée et l´intimité d´un sous-espace relié à la pièce principale à l´aide d´une baie libre.Le parc, dont l´ampleur, le tracé et la plantation furent loués dès leur création présente conformément au programme habituel des châteaux français de la fin du XIXe siècle, le double aspect du jardin régulier, ici sur le plateau en contre haut du logis, et celui du jardin paysager, heureusement inscrit dans un ancien vallon naturel débouchant sur l´anse du prieuré. Dans ce contexte général très français, les abords immédiats de la demeure introduisent une référence anglaise par l´importance accordée au traitement des sols et le goût pour les citations archéologiques. Parmi celles-ci on peut reconnaître, en léger contrebas à l´ouest du château, le thème de l´exèdre antique, associé à un pavement en rosace, plus loin, dans la perspective de d´un agencement soigné de dalles de schiste pourpre, combinées avec des briques posées sur champ, n´est pas sans rappeler les créations contemporaines d´Albert Laprade pour les jardins de la villa du minaret à Bénodet près de Quimper.

Statut de la propriétépropriété publique

Annexes

  • Informations complémentaires :