Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison de maître, la Foresterie (Léhon fusionnée en Dinan en 2018)

Dossier IA22018098 réalisé en 2013

Fiche

Cette belle maison néoclassique bâtie au 2e quart du 19e siècle reprend des accents de style à l’architecte Louis Richelot qui construit à la même période de grandes maisons bourgeoises sur la Rance. S’y retrouve son goût des élévations ordonnancées et largement ouvertes sur la nature, les baies cintrées et leur regroupement subtil qui participent à l’élégance des façades.

Dénominations maison
Aire d'étude et canton Projet de Parc naturel régional Rance-Côte d'Emeraude - Côtes-d'Armor
Adresse Commune : Dinan
Lieu-dit : Léhon Foresterie (la)
Précisions commune fusionnée après inventaire Commune inventoriée sous le nom de Léhon

Le cadastre napoléonien mentionne comme toponyme, « la Basse Gatinais ». Le parcellaire a été redécoupé entre 1811 et 1843 et le chemin

d’accès a été prolongé vers l’est afin d’accéder à la nouvelle maison. Ce grand logis quadrangulaire de la première moitié du 19e siècle à double

orientation, sud sur le jardin et nord sur la vallée de la Rance, s’est

implanté en retrait du chemin dans un espace paysager, appelé en 1843 : « le jardin anglais ». La vue sur la vallée de la Rance était rendue possible par l’aménagement d’une entrée au nord, avec grille et ahah. Un autre accès, actuellement l’entrée principale a été aménagée à l’est, a côté du pavillon de jardin. La propriété est acquise au milieu du 19e siècle par Charles Larrère, homme politique, natif de Dinan.

Période(s) Principale : 2e quart 19e siècle

Le corps de logis a double orientation sud et nord, est de plan simple rectangulaire, double en profondeur. Il comprend un niveau de soubassement, un rez-de-chaussée, un étage carré et un étage de comble. L'élévation régulière (5 travées en façade) est marquée au sud par un vaste fronton triangulaire.

Le gros-œuvre est en moellon enduit au-dessus d'un soubassement en pierre de taille de granite ; les encadrements de baies, chaînes d'angle et bandeaux horizontaux sont également en pierre de taille ; la corniche est en bois, le toit à croupe est couvert d'ardoise. La rigueur de la façade est adoucie par une majorité de baies en plein cintre.

Murs granite moellon
granite pierre de taille enduit
Toit ardoise
Plans plan rectangulaire régulier
Étages étage de soubassement, 1 étage carré, étage de comble
Couvrements
Élévations extérieures élévation à travées
Escaliers

Annexes

  • Matrices cadastrales, la Basse Gâttinais (Léhon)

    Cadastre 1811, la Basse Gâtinais

    Appartient aux héritiers De Farcy à St-Méen

    A 944 : maison

    A 588 : clos de la croix

    A 703 : clos armur

    A 942 : grandes pâtures

    A 943 : clos de la grange

    A 944 : la basse gâtinais

    A 945 : jardin

    A 946 : pre grande pâture

    A 947 : clos sur le bois

    A 948 : la fanaie

    A 950 : bois langlais

    A 951 : clos d’abas

    A 952 : champs ogomat

    A 953 : clos d’abas

    A 971 : le vieux pré

    A 972 : vallée de la basse gâtinais

    A 973 : le petit verger

    A 974 : la petite vallée

    A 975 : grand verger

    A 979 : noë Riguet

    A 982 : clos des genêts

    A 1025 : pré saint-julien.

    Cadastre 1843, La Basse Gâtinais

    appartient en 1869 à Charles Larrère

    B 298 : sol bat et cour

    B 299 : jardin potager

    B 300 : jardin anglais

    B 301 : maison

    B 302 : le pavillon

    B 303 : les pâtures

    B 304 à 306 : les champs Rigomard

    B 307 : le bois longiers

    B 308 : la pépinière

    B 309 -310 : clos d’en bas.