Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison, 9 Place du Prieuré (Livré-sur-Changeon)

Dossier IA35049279 inclus dans Le village de Livré-sur-Changeon réalisé en 2011
Dénominations maison
Aire d'étude et canton Pays de Fougères - Liffré
Adresse Commune : Livré-sur-Changeon
Adresse : 9 Place du Prieuré

Ce bâtiment correspond vraisemblablement à l'une des anciennes maisons à porche qui se trouvait au bord de la place du Prieuré jusqu'au 19e siècle. Ainsi, la structure du bâtiment, très visible sur la façade sud, permet de comprendre que seule la partie sur la place, à l'est, était construite en bois et en torchis, toute la partie arrière du bâtiment, à l'ouest, est elle élevée en maçonnerie de moellon de grès et de schiste. La partie sur la place correspond à l'ancien porche, fermé au cours du 19e siècle. Les poteaux qui soutenaient le porche sont en effet encore visibles et le remplissage entre ses poteaux est composé de bois. Sous l'Ancien Régime, neuf maisons à porches s'élevaient sur la place du Prieuré et témoignaient, par leur existence, de l'importance de l'activité commerçante à Livré-sur-Changeon. Il existait des maisons à porches dans plusieurs autres villes situées à proximité de Livré-sur-Changeon, comme par exemple Vitré ou la Guerche-de-Bretagne. Ces maisons correspondent à un type particulier, qui constitue une variante de la maison à pans de bois de la fin du Moyen-Age. Ces maisons à porches étaient en effet particulièrement fréquentes dans les villes dans lesquelles l'activité commerçante était très développée, ce qui était le cas de Vitré ou la Guerche-de-Bretagne et sans doute également de Livré-sur-Changeon. Ces porches permettaient en effet de proposer les marchandises à la vente tout en les protégeant des intempéries. L'existence des porches permettait aussi aux acheteurs d'être à l'abri puisque le commerce de cette époque ne se pratiquait pas de la même manière qu'aujourd´hui. Ainsi, contrairement à l'époque actuelle, où l'acheteur entre dans la boutique pour acheter des marchandises, auparavant, les achats se faisaient depuis l'extérieur, le rez-de-chaussée de la maison étant l'ouvroir de l'artisan, c'est-à-dire son atelier de fabrication. Les maisons à porches ont particulièrement souffert au 19e siècle, encore plus que les autres maisons à pans de bois car elles étaient très consommatrices d'espace. De plus, la propriété de l'espace situé sous le porche n'a jamais été bien défini, cet espace appartenait-il au commerçant ou bien au seigneur du lieu ? Enfin, le fait que les porches soient en général construits en pans de bois contrairement à la partie arrière de la maison, élevée en maçonnerie a également permis dans de nombreux cas, une destruction de la partie en avancée de la maison, tout en conservant la partie arrière, sur laquelle, on s'est souvent contenté à la fin du 19e siècle, de refaire uniquement la façade. On sait par exemple, que dès 1813, Julien Reuzeau, chirurgien, demande à détruire son porche car, d'après ses dires, il n'y a plus de marchés à Livré-sur-Changeon. La maison construite qui a remplacé l'ancien porche se trouve au numéro 13 de la Place du Prieuré. A Livré-sur-Changeon, en 1854, le conseil municipal décide donc de l'alignement des maisons le long de la route principale Dol-Vitré, ce qui implique la démolition de certains porches. La construction des maison à porche de Livré-sur-Changeon datait sans doute principalement du 17e siècle car ce sont les Jésuites qui obtinrent du Roi en 1607 l'établissement d'un marché tous les samedi et de quatre foires annuelles (1er février, 1er juillet, 14 août et 7 décembre) à Livré. On peut donc supposer que les premières maisons à porches furent construites peu après cette autorisation. Bien qu'elle ait été très remaniée, la construction de cette maison est datable de cette époque. La forte pente de toiture, l'existence d'un coyau ou encore le décor des pigeatres en témoignent. Au moment de la réalisation du premier cadastre communal, en 1827, cette maison occupait tout un îlot, elle était implantée sur une parcelle en lanière, étroite et très profonde, et donnait donc à la fois sur la place du Prieuré et sur la rue Alexandre Martin. A la charnière des 19e et 20e siècles, la partie ouest a été remaniée et forme actuellement une autre propriété.

Période(s) Principale : 16e siècle
Principale : 17e siècle

Ce bâtiment est composé de deux parties distinctes, construites avec des matériaux de construction différents. La partie est, donnant sur la place du prieuré est enduite, le rez-de-chaussée, qui était originellement un porche a été fermé par du bois et l'étage est probablement construit en pan de bois (bois et torchis : mélange de terre et de paille tenu par des quenouilles : baguettes en châtaignier). Les poteaux en bois sur lesquels reposait le porche existent encore ; des pigeatres se trouvent sur ces poteaux. La partie arrière du bâtiment, à l'ouest, est quant à elle élevée en moellon de grès. Certaines fenêtres de la façade sud de cette partie possèdent un encadrement en brique. Le toit à croupe témoigne d'une forte pente et possède un coyau (pièce oblique d´un versant de toit adoucissant la pente de toiture dans sa partie basse).

Murs granite
grès
schiste
moellon
pan de bois
Toit ardoise
États conservations bon état
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents figurés
  • Livré-sur-Changeon, une communauté rurale dans l'histoire. Ouvrage collectif, Coutances : Editions Ocep, 1992.

Bibliographie
  • BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • BARDEL, Philippe, MAILLARD Jean-Luc. Architecture de terre en Ille-et-Vilaine. Rennes : Apogée, Ecomusée du Pays de Rennes, 2002.

  • BRAND'HONNEUR, Michel. Les mottes médiévales d'Ille-et-Vilaine. Institut Culturel de Bretagne, SKOL-UHEL AR VRO, Centre Régional d'Archéologie d'Alet, 1990.

  • CHATENET Monique, MIGNOT, Claude (dir.). Le manoir en Bretagne. 1380-1600. Paris, Caisse nationale des monuments historiques et des sites/Editions du patrimoine/Imprimerie nationale Editions, 1999.

  • FROTIER DE LA MESSELIERE, Henri. Le guide de l'Ille-et-Vilaine. Plouagat : GP Impressions-Kervaux, 1994.

  • GASNIER, Marina. Le patrimoine industriel en Ille et Vilaine (19e-20e siècles). De l'inventaire à l'histoire. Thèse : Hist. de l'art : Rennes 2, Université de Haute Bretagne : 2001.

  • GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1884.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA France, BARRIE, Roger, RIOULT, Jean-Jacques. Région Bretagne. Les malouinières - Ille-et-Vilaine. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1997, (Images du patrimoine, n°8).

  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises d'Ille-et-Vilaine. L'architecte Arthur Regnault. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1993, (Itinéraire du patrimoine, n°34).

  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises et Chapelles, Ille-et-Vilaine. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1996, (Indicateurs du patrimoine).

  • OGÉE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Nlle éd. [1778-1780] rev. et augm. Rennes : Molliex, 1845.

  • ORAIN, Adolphe. Petite géographie pittoresque du département d'Ille-et-Vilaine pour servir de guide aux voyageurs dans Rennes et le Département. Rennes : P. Dubois Libraire-éditeur, 1884.

  • PAUTREL, Emile Notions d'histoire et d'archéologie pour la région de Fougères, 1927.

  • PEROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie. Architecture, méthode et vocabulaire. Paris : Inventaire Général des monuments et des richesses artistiques de la France, Centre des monuments nationaux/Editions du patrimoine, 2000.

  • Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic éditions 2000, 2 tomes, (Le patrimoine des communes de France).