Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison, 7 rue Dom Morice (Quimperlé)

Dossier IA29000526 réalisé en 2001

Fiche

Appellations Maison des archers
Destinations musée
Parties constituantes non étudiées cour
Dénominations maison
Aire d'étude et canton Quimperlé - Quimperlé
Adresse Commune : Quimperlé
Adresse : 7 rue Dom Morice
Cadastre : 1824 F 333-224 ; 1996 AR 256

Ce grand logis a été érigé dans la première moitié du 16e siècle, à l´exception du corps de bâtiment nord-ouest a été greffé au 17e siècle sur la tourelle d´escalier. A cette période remontent également certains aménagements intérieurs (modifications de cheminées) ; les Gourhael, notaires, sont alors propriétaires. La date de 1738 est gravée sur le linteau d´une fenêtre du corps de bâtiment nord-ouest ; à cette époque semblent remonter le percement (ou l´agrandissement) de certaines baies et la mise en place de lambris (disparus). Le corps de bâtiment sud, à un étage, est peut-être antérieur au 18e siècle comme semblent l´indiquer la porte de communication avec la salle du corps de logis principal et la cheminée de l´étage, à moins qu´il ne s´agisse d´un remploi. Les cloisons en bois qui séparaient, à l´origine, salles et chambres, ont disparu à une époque inconnue. Assurée par des bénévoles, une campagne de restauration s´achève en 1975 et le bâtiment, classé depuis 1972, sert de syndicat d´initiative. Des photos anciennes montrent, pour la façade en pan de bois, des percements d´ouvertures différents. Utilisé actuellement comme lieu d´exposition, l'édifice présente des faiblesses de conservation, notamment au niveau des parois en pan de bois, remaniés lors de la campagne de restauration des années 1970. L'appellation, récente, n´a pas de rapport avec les archers, agents de police sous l´Ancien Régime, mais fait référence aux flèches, symboles du martyre de saint Sébastien dont une chapelle (disparue), dédiée à ce saint, existait à proximité et dont la rue portait le nom jusqu´à la deuxième moitié du 19e siècle.

Période(s) Principale : 1ère moitié 16e siècle
Secondaire : 17e siècle
Secondaire : 2e quart 18e siècle
Dates 1738, porte la date

Le logis principal à deux étages carrés et pignons découverts est coiffé d´un toit à longs pans, lui-même lié par une noue au toit de la tour, à longs pans. Les corps de bâtiments nord-ouest et sud, à un étage, sont respectivement couverts d´un toit à un pan et d´une croupe. L´ensemble est construit en moellon couvert d'enduit, à l´exception de l´élévation sur rue, en pierre de taille ou moellon de granite pour le rez-de-chaussée et en pan de bois pour les étages en encorbellement peu prononcé. Pan de bois avec décharges en chevron et en croix de Saint-André, hourdis en ciment enduit. Sablières de plancher moulurées. Sablière de toit à coyaux.

Murs granite
ciment
enduit
moyen appareil
moellon
pan de bois
Toit ardoise
Étages sous-sol, 1 étage carré, 2 étages carrés
Couvertures toit à longs pans
toit à un pan
croupe
noue
pignon découvert
Escaliers escalier en vis sans jour, en charpente
Typologies hôtel particulier en front de parcelle. Cour fermée. Plan allongé. Entrée centrée. A double orientation.Tour d'escalier postérieure. Encorbellement sur solives
États conservations restauré, inégal suivant les parties
Techniques sculpture
Représentations personnages armoiries
Précision représentations

Une console et un poteau d'angle portent un décor sculpté figurant des personnages présentant des armoiries bûchées.

Le volume général, le plan allongé, la tour d´escalier hors oeuvre située à l´arrière, la superposition de salles et de chambres associées à des garde-robes et des latrines rappellent les caractéristiques architecturales de certains manoirs ruraux de l´époque. Malgré le percement d´ouvertures peu conforme à l´état d´origine de l´élévation en pan de bois, la disparition des cloisons intérieures ou encore des modifications secondaires, ce grand hôtel particulier du 16e siècle compte parmi les témoins majeurs de l´habitat urbain en Finistère.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections classé MH, 1972/12/07

Annexes

  • 20032901342NUCA : Archives départementales du Finistère, 3 P 292.

Références documentaires

Documents d'archives
  • A.D. Finistère, 3 P 292. Cadastre de 1824, section F.

Bibliographie
  • Le Patrimoine des Communes, le Finistère. Charenton-le-Pont : Flohic Editions, 1998 (Collection Le Patrimoine des Communes de France).

    p. 1350-1351
  • INVENTAIRE GENERAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Quimperlé et son canton. Finistère. Collection Images du Patrimoine n° 217, Rennes, 2002.

    p. 69

Liens web