Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les usines et moulins sur la commune de Dol-de-Bretagne

Dossier IA35001798 réalisé en 1998

Agglomération parmi les plus considérables de l'évêché de Dol, mentionnée dans les Etrennes bretonnes de 1771, pour son commerce de chanvre, de lin, de blé et fruits et une mine de fer, Ogée décrit cependant Dol comme "une petite ville presque sans commerce et sans industrie, mal bâtie".

L´activité industrielle est cependant attestée par divers documents, en particulier la liste des établissements insalubres établie au 19e siècle et qui mentionne un certain nombre d´entreprises : d´une part celles antérieures à la construction de la voie ferrée et qui sont situées à Carfantin : moulins à huile et à farine (1829), usine de teinturerie (1854), distillerie (1856) et usine de bougies (1857) et au Petit-Gué (moulin) ainsi que dans le faubourg près du pont de l´Archevêque (moulins à blé et à tan (1816) ou encore dans la rue de Dinan : usine d´allumettes (1855) ou à la Lavanderie : briqueterie et usine de chaux (1851), distillerie (1856), moulin à tan (1877).

La position de la voie ferrée va entraîner le développement de l'activité industrielle qui se traduit par l'extension des secteurs existants et la création d´un pôle important rue Pierre Sémard : d´une part avec l´usine Delplace mais aussi avec la minoterie de M. Hirbec, à Carfantin ou encore l´usine de fabrication de métaux de construction de M. Peigné (1919). L'implantation des industries touche le boulevard Deminiac, bordé par de larges parcelles : la brasserie doloise (1924), la route de Rennes : les scieries Rochard (1924) et Level (1921), les fonderies Mehouas (1895), Mercier (1911) et Collin (1921), les tanneries Doloises (1921), enfin la rue de Paris : la tonnellerie Boulager (1924) et la rue de Dinan : l´usine d´engrais Follen (1905) et l´usine de construction mécanique Jourdan (1945). Une carte postale du début du siècle montre la sortie de l'usine de chaussures, installée dans le couvent des Ursulines.

Par ailleurs, dans son "Histoire des Dolois", publiée en 1864, l'abbé Lécarlatte mentionne une usine de briques, four à chaux, fabrique de tuyaux de drainages, poteries exploitées par Alcide Esnoul-Maisonneuve, à la Haute-Folie. Enfin, l'annuaire de 1914 mentionne deux entrepreneurs : Guillaume et Besnard.

Aires d'études Ille-et-Vilaine
Dénominations usine, moulin
Adresse Commune : Dol-de-Bretagne
Période(s) Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle
Décompte des œuvres repérées 9
étudiées 0

Références documentaires

Documents d'archives
  • A. D. Ille-et-Vilaine. Série 5 M 190 (1841-1908). Etablissements insalubres. Liste des établissements insalubres, dangereux ou incommodes.

Périodiques
  • DERENNES, Léon. Petits métiers disparus. L'usine. Le Rouget de Dol, 1977, n° 20.