Logo ={0} - Retour à l'accueil

Les puits, les fontaines et les lavoirs sur la commune de Perros-Guirec

Dossier IA22006983 réalisé en 2006

Fiche

Voir

Aires d'étudesCommunes littorales des Côtes-d'Armor
Dénominationspuits, fontaine, lavoir
AdresseCommune : Perros-Guirec
Période(s)Principale : 1ère moitié 17e siècle
Principale : 2e quart 19e siècle
Principale : 2e moitié 19e siècle
Décompte des œuvres repérées 13
étudiée 0

Annexes

  • Liste nominative des fontaines de Perros-Guirec inventoriées par Claude Berger à la fin des années 1990 : (liste proposée par Guy Prigent)

    - Fontaine privée de Min Ru

    - Fontaine de Pors Kamor

    - Feunteun Gwenn

    - Fontaine du Ranolien

    - Fontaine St-Pierre

    - Fontaine de Beg ar Storloc'h

    - Fontaine, rue des Frères Tilly

    - Fontaine de Keroullou Bian (vallée du Petit Traouïero

    - Fontaine ND de la Clarté

    - Fontaine de Kerstéphan

    - Fontaine de Trébuic

    - Fontaine du Presbytère

    - Fontaine de Ranguillégan

    - Fontaine de la Salle

    - Fontaine de Parc Clos

    - Fontaine de Kerabram

    - Fontaine Dour Mad

    - Fontaine de Crec'h Tossen

    - Fontaine du Coz Ty

    - Feunteun Léo

    - Fontaine de Toul Biche

    - Fontaine de Poul Fanc

    - Fontaine Gra An Aele

    - Fontaine de Traou Guirec

    - Fontaine de ND de Pitié

    Par ailleurs, 11 fontaines auraient disparu :

    - Sous le parking de Ploumanac'h : Feunteun ar Placen

    - Rue du Port à Ploumanac'h : Feunteun ar Gludiv

    - Dans la descente de Trestraou : fontaine de Testraou Huellan

    - Autour de l'église Saint-Jacques et rue du Pré : 3 fontaines

    - Rue de Goas an Abat : Feunteun ar Troguirec

    - Deux fontaines à Traou Quiniou et Dour Bian.

  • L'eau dans la vie quotidienne à Perros-Guirec de 1900 à 1930 : (synthèse de Guy Prigent réalisée d'après les travaux de recherche de l'école de la classe de CM2 de l'école du Centre de Perros-Guirec, sous la conduite de Mme Divay)

    Bien que Perros-Guirec soit en bord de mer à une altitude moyenne de 75 m, elle est bâtie sur l'eau. Ces petits cours d'eau, la plupart canalisés, qui descendaient à la mer, servaient d'égout. L'école du Centre Ville était construite sur un terrain dénommé "Crec'h Feunten" (la colline à la fontaine). Dans la cour, il y avait 3 puits. Les fontaines étaient nombreuses. On y puisait l'eau potable et elles alimentaient les abreuvoirs et les lavoirs publics ou privés. Toutes les fermes (102 en 1920) disposaient d'un puits. Ainsi jusqu'en 1920, il était facile de s'approvisionner en eau potable et de se débarrasser des eaux usées. Mais l'eau des fontaines s'est polluée par la suite.

    Le lavoir et les lavandières

    Le lavoir était un endroit privilégié où n'entraient que les lavandières. Elles étaient gaies et bavardes ("klaquen" en breton).

    Le lavoir était un lieu protégé, nettoyé par un employé communal chaque dimanche matin pour qu'il soit propre et plein dés le lundi matin. Cependant, il ressort des archives que des problèmes graves de pollution avaient déjà cours en 1910 dans certains lavoirs. Le lavoir public de "An Dossen" situé près de la gare, malodorant très pollué (un danger pour la salubrité publique), devait être en 1914, fut néanmoins restauré et fréquenté par les lavandières jusqu'en 1927, date à laquelle il fut vendu et comblé.

    Le lavoir de Goas an Abat, qui était l'unique lavoir du bourg, était très fréquenté et il fallait souvent retenir sa place pour y mettre sa caisse. Le lundi était très demandé car on changeait le linge le dimanche. Les laveuses venaient mettre leur caisse la veille pour être sûres d'avoir de la place. Entre-temps, la plupart entreposaient leur caisse remplie de paille à l'abri dans un champ en face du lavoir.

    Pendant la guerre 1914-1918, l'Hôtel des Bains avait été réquisitionné et transformé en hôpital. Mme Briant lavait le linge des soldats. Elle employait 3 laveuses à 45 sous par jour. Le midi, celles-ci avaient droit à la "souben mitoned", une soupe très épaisse.

    Selon la tradition orale, les lavoirs "du haut" étaient toujours propres, pour laver le linge et les légumes ; les lavoirs "d'en bas" étaient pollués. L'eau était remontée des puits à l'aide d'un seau et d'un treuil manuel rustique, à l'aide d'une chaîne à godets à partir de 1930 et plus tard à l'aide d'une pompe. L'eau était utilisée avec parcimonie : la toilette hebdomadaire était prise dans un baquet.

    Une douzaine de lavoirs étaient encore utilisés à la fin du 20ème siècle sur la commune, mais surtout pour laver les voitures.

    Les fontaines

    On pouvait encore dénombrer 20 fontaines à la fin du 20ème siècle. La plus récente était celle de Trebuic, datée de 1930, et la plus ancienne, celle de la vallée du Petit Traouïero, pourrait remonter au 12ème siècle (Kerroullou Bian).

    Les fontaines étaient souvent protégés, avec un petit monument autour de la source. Elles pouvaient aussi être mises sous la protection d'un saint, qui prodiguait à la population ses soins tant symboliques que matériels (fontaine sacrée). Certaines fontaines en 1920 n'étaient pas exemptes de pollution : la fontaine "Notre-Dame-de-La-Clarté" était polluée par le purin des étables de la ferme qui la dominait.

    Quelques fontaines caractéristiques :

    - Trébuic

    - Kerroulou Bian

    - Feunteun Gwen

    - Beg ar Storloch (rue de la Salle)

    - Ranguillegan (les carrières)

    Les dix ruisseaux les plus importants de Perros-Guirec

    Sur le versant de la rade :

    - Le ruisseau de Kerduel, frontière avec la commune de Louannec. Il possède un affluent : le Traou Guirec qui alimente le lavoir du m^me nom et 3 fontaines : Traou Guirec, Kernivinen et Lozuel an Dour.

    - Le ruisseau de Dour Bihan : la station d'épuration de la ville est sur ce cours d'eau. Il alimente la fontaine Leo et 3 lavoirs : Kervasclet, Traou Morgan et Dour Bihan Huellan. Il en alimenterait deux autres dont un rue des Canards.

    - Le ruisseau de Dour Mad : il alimente 3 fontaines : Kerabram, Dour Mad et Crec'h Tossen, et 2 lavoirs Dour Mad et Landerval.

    - Le ruisseau de la Salle, avec la fontaine du même nom.

    - Le ruisseau de Traou Perros ou Goas An Abat : le bourg de Perros s'est construit autour de ce ruisseau. Il alimentait 4 lavoirs qui ont disparu car celui-ci est aujourd'hui entièrement canalisé.

    Sur le versant de Trestraou :

    - Le ruisseau de Kerbiriou : il alimente 2 fontaines : Beg ar Storloch et celle des Frères Tilly et le lavoir de Pont Hele. Il a un affluent le Tréduic qui alimente la fontaine et un lavoir qui porte son nom.

    - Le ruisseau de la grève Saint-Pierre : il alimente la fontaine de m^me nom et le lavoir Feunteun Ber.

    - Le ruisseau du Ranolien : il alimente 2 fontaines Ranolien et Pors Kamor et le lavoir du Ranolien.

    Sur le versant de Ploumanac'h :

    - le ruisseau de Ploumanac'h : il alimente la fontaine Gwen et le lavoir de Ploumanac'h.

    - Le ruisseau du Petit Traouïero : il a 12 affluents qui alimentent entre autre le lavoir de Traou Guiniou et 4 fontaines : Gra An Aele, Keroullou Bian, Ranguillegan et Notre-Dame-De-La-Clarté. Cette dernière était réputée pour soigner les yeux.

    - Le ruisseau du Grand Traouïero, frontière avec la commune de Trégastel (lavoirs et fontaines sur Trégastel).

    Des marécages aux lavoirs

    A Perros-Guirec, on comptait jusqu'à 7 marécages répartis sur tout le territoire de la commune. Sur celui du "Pré, on construisit la poste en 1932 et la mairie en 1934, ainsi que plusieurs commerces et un lotissement. Le bourge de Perros s'était établi à l'origine non loin du ruisseau de Goas An Abat, où se trouve l'église. Ce ruisseau prenait sa source sur la commune de Pleumeur-Bodou. L'Hôtel Régina a été bâti sur une prairie bordant le ruisseau. Des bambous y avaient été plantés. Le ruisseau passait ensuite derrière l'emplacement de l'actuel mairie, traversait le "Pré", descendait vers les anciennes halles, puis s'en allait à la mer par l'actuelle rue qui porte son nom. Entre-temps il alimentait 3 lavoirs privés : le lavoir municipal de Goas An Abat et un rouissoir à lin. Chaque propriétaire riverain avait droit à sa pierre à laver, une simple dalle de granite.

    Actuellement, le ruisseau suit toujours le même lit mais canalisé à 3 m de profondeur, ce qui a permis d'assainir le marécage du Pré.

    Les plus anciennes maisons de Perros ont été construites sur des lignes "dures". Ensuite, pour beaucoup de constructions, on a dû drainer les terrains, faute de quoi les caves étaient toujours inondées lors de grosses pluies.

  • 20062208278NUCB : Collection particulière

    20062208616NUCB : Collection particulière

    20062208873NUCB : Collection particulière

Références documentaires

Bibliographie
  • BERGER, Claude. Fontaines domestiques, fontaines sacrées, entre Lannion et Lézardrieux. Perros-Guirec : Anagrammes, 1998.