Logo ={0} - Retour à l'accueil

Les mottes, châteaux et les manoirs sur la commune de Domloup

Dossier IA35032732 réalisé en 2004

Les mottes féodales :

Les mottes féodales sont des châteaux construits vers le 10e-11e siècle. Il s'agit d'une motte de terre entourée de douves et quelquefois d'une palissade. Les bâtiments construits sur la motte de terre sont en bois. Ceci explique qu'aujourd'hui, il ne subsiste que les sites d'implantation de ces châteaux primitifs.

Deux mottes féodales auraient existées sur le territoire de la commune de Domloup. En effet, elles sont toutes les deux visibles sur le cadastre de 1849. Au Bas Fail, au milieu du 19e siècle, il ne subsiste déjà plus que l'emplacement, les douves ont disparu. Par contre, à la Merceraie, à la même date, les douves entourant la motte existent encore. Le site d'implantation de la motte féodale de la Merceraie est toujours visible, ses douves subsistent. Il s'agit d'une motte de 1, 5 mètres de hauteur et de 10 mètres de diamètre.

Les manoirs :

Sous l'Ancien-Régime, le territoire de la commune de Domloup possédait 15 manoirs. Trois d'entre eux existent encore en quasi totalité. Sept des sites occupés par des manoirs en présentent encore des vestiges : cheminées, pierres de taille remployées, douves... Les cinq derniers sites ne présentent plus aucune trace de l'existence d'un manoir à cet emplacement.

La majorité de ces manoirs de Domloup dataient du 16e siècle. Ces édifices sont implantés dans des sites particuliers, choisis en fonction de certains critères. Ainsi, un manoir peut être implanté sur un site pour des raisons historiques, le choix se porte alors sur le lieu d'un établissement féodal antérieur. C'est le cas du Fail à Domloup où il existait un manoir, cependant ce lieu était très ancien car il avait abrité une motte féodale, tout comme la Merceraie. Le choix du site d'implantation d'un manoir répond souvent à des préocupations d'ordre stratégique. Ainsi, il est fréquent qu'ils soient près d'une rivière (moyen de protection : douves et d'approvisionnement en eau) ou d'une forêt (moyen d'approvisionnement en bois et en gibier). Les manoirs du Bois Hamon, à proximité d'un bois et d'un étang, et de la Haute Vigne, près de l'Yaigne sont implantés dans des sites de ce type.

L'une des prérogatives des nobles possesseurs de manoirs étaient de faire construire une chapelle. La présence d'une chapelle permet de mesurer l'opulence d'un propriétaire de manoir car il s'agit d'un élément onéreux à la construction et qui implique parfois l'entretien d'un chapelain. Il existe encore une chapelle à la Chauvelière et à Maubusson ; elles datent toutes les deux du 17e siècle. De plus, il existait une métairie à proximité du manoir à proprement parler qui dépendait de celui-ci. Ainsi, à la Chauvelière il existe une ferme du même nom, à la Merceraie, le bâtiment portant la date de 1775 est, en réalité, l'ancienne métairie. Les éléments défensifs comme les douves sont aussi caractéristiques des manoirs et permettent souvent de les identifier. En effet, même si les manoirs ne sont pas des forteresses, il existe certains équipements permettant d'éviter le brigandage et la menace des bandes armées. Le droit de haute justice permettait de faire construire certains éléments tels qu'un colombier et de faire creuser des fossés ou des douves. Ces derniers sont donc des éléments de prestige réservés à une seule catégorie de la population. A Domloup, il existait des douves au manoir du Bois Hamon, de Brouaise, au Petit Benazé...Le repli des bâtiments sur une cour quasiment close participe aussi des éléments de défense des manoirs ; on trouve ce type de disposition au manoir des Haies, au Petit Benazé...

Aucun colombier n'a été recensé sur le territoire de la commune ; ces éléments correspondaient pourtant à un élément fort des manoirs car, à l'instar des chapelles, ils résultent d'un droit féodal et sont donc des privilèges exclusifs de la noblesse.

Certains manoirs de cette commune sont représentatifs des grands types de manoirs. Ainsi, le manoir des Haies est un ancien manoir à salle basse sous charpente. Celui ci porte la date de 1588 ; cette date ne correspond pas à la construction du manoir qui remonte certainement à une période plus ancienne, cependant, cette date peut indiquer l'époque où la salle sous charpente a été plafonnée.

Les manoirs de Brouaise et de la Grande Chauvelière correspondent au type des manoirs du 16e-17e siècle. Ils sont dotés de tours postérieures abritant des escaliers, en vis à la Chauvelière, à volées droites à Brouaise. Ils présentent des baies entourées de pierre de tuffeau sculptées, des armes au dessus de la porte à la Chauvelière et un fronton triangulaire au dessus de la porte du manoir de Brouaise. De plus, leur façade antérieure est percée de travées et l'intérieur abrite quatre pièces à feu, deux en rez-de-chaussée (salle et cuisine) et deux à l'étage (chambres).

Les châteaux :

Il n'existe qu'un château à Domloup, contrairement aux manoirs qui y sont ou y étaient très nombreux. Il se situe à la Chauvelière et est accolé à l'ancien manoir du même nom. Il date des années 1830 et présente des façades symétriques percées de travées. A l'intérieur, se trouvent un escalier, des boiseries et des cheminées en marbre d'époque.

Aires d'étudesIlle-et-Vilaine
Dénominationsmotte, château, manoir
AdresseCommune : Domloup
Période(s)Principale : 11e siècle
Principale : 16e siècle
Principale : 19e siècle
Décompte des œuvres repérées 5
étudiées 0

Références documentaires

Documents figurés
  • Château de la Chauvelière (Ille-et-Vilaine) . Carte postale éditée par W. L. à Rennes (A.D. Ille-et-Vilaine 6 Fi).

Bibliographie
  • Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic éditions 2000, 2 tomes, (Le patrimoine des communes de France).

    p. 370-374
  • BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929.

    p. 531-535 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • OGÉE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Nlle éd. [1778-1780] rev. et augm. Rennes : Molliex, 1845.

    p. 254
  • BRAND'HONNEUR, Michel. Les mottes médiévales d'Ille-et-Vilaine. Institut Culturel de Bretagne, SKOL-UHEL AR VRO, Centre Régional d'Archéologie d'Alet, 1990.

  • Le patrimoine religieux. Publication de l'Association historique du pays de Châteaugiron, Passerelle Impressions, Juin 2000, (Mémoires, n°3).

  • Châteaux et manoirs. Publication de l'Association historique du pays de Châteaugiron, décembre 1993, (Mémoires, n°1).