Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les manoirs de Noyal-châtillon-sur-Seiche

Dossier IA35047492 réalisé en 2008

Fiche

Voir

20 manoirs repérés

dont 9 encore en place : Brais, Forêtz, la Grande Porte, la Jousselinais, Launay-Brûlon, la Bézalais, la Malcotais, Mouillemuse, la Rue aux Potiers.

3 remaniés : La Chaîne, La Noë d'Etole, Chaintre.

et 8 à l'état de vestiges : Le Chenêt, Lancé, la Meslée, La Touche Aran, La Boisardière, les Carreaux, les Meriais, la Rivière.

20 manoirs sont encore répertoriés sur le territoire communal, cette concentration importante de logis noble constitue une particularité des communes de la couronne rennaise. Cependant, si plusieurs logis sont attestés dans les sources au 15e siècle, seul le logis de Launay-Brûlon conserve sa silhouette originelle. La façade principale avec sa tour d´escalier hors oeuvre présente toutes les caractéristiques de cette période. Le manoir de la Jousselinaye, daté de 1573, dont la cour était autrefois fermée par un portail est une oeuvre majeure à l´échelon de la municipalité. Son état d´abandon demeure inquiétant et les décors sculptés tendent à disparaître. Il présente entre autre particularité de conserver ses aménagements intérieurs dont une monumentale cheminée Renaissance ornée de deux médaillons en terre cuite qui représentent Henri II et Catherine de Médicis. Ces médaillons produits par les ateliers de poteries de Fontenay, en Chartres-de-Bretagne, constituent de rares exemples, conservés in situ, de cette production locale reconnue. Le maintien des décors, lambris et peintures murales des pièces seigneuriales sont très souvent fragmentaires et ont très peu fait l´objet d´une restauration soignée. Paul Banéat nous en donne parfois une description détaillée comme à la Noë d´Etole, ou la chambre de l´étage conservait des vestiges de peintures murales, un semis de fleurs de lis rouge sur fond blanc et une représentation du roi Louis XIII à cheval sous un dais de parade. Ce décor inhabituel devait vraisemblablement commémorer le passage du roi, lors de son séjour, en 1626 à Fontenay. Le manoir de la Malcotais daté de 1641 est remarquable par le maintien de ses parties constituantes qui évoquent la demeure seigneuriale. La cour est fermée par un portail, la chapelle est attenante au logis et de nombreux trous de boulins pour les pigeons sont percés de façon linéaire sur la façade principale. Aucun colombier isolé n´a été répertorié sur les terres communales. Le manoir de la Grande Porte, également du 17e siècle, illustre quant à lui une demeure seigneuriale transformée en logis de retenue. Le logis de retenue ou le logis réservé aux maîtres des lieux qui n´habitent plus sur place, était situé à l´est de la cour avec une chambre supplémentaire à l´étage au-dessus du logis du métayer. Un jardin privé était également aménagé et clôturé de murs et de haies vives. Le logis du Métayer, situé au nord de la cour, possédait aussi deux jardins, un cellier, deux écuries, une grange et un pressoir. Cette généralisation du système de la retenue tend à s´amplifier aux 17e et 18e siècles et se rattache au phénomène plus large de l´acquisition de fiefs et de terres par les bourgeois de la ville. L'achat d´une terre, noble ou non, était avant tout un objet de placement, une source de revenus fixes, mais aussi un élément de promotion sociale et l´occasion de s´y ménager une villégiature champêtre. Plusieurs formes architecturales ont été observées. Certains logis dit en pavillon avec une chambre à l´étage peuvent avoir été utilisé en logis de retenue à Lourmel, Forêtz et Champagné. A Forêtz, l´étage était distribué par un escalier et une galerie en bois. Ces aménagements sont datables du 18e siècle, époque des lambris, et dénotent un cadre de vie raffiné tel que l´on peut le retrouver en ville. Dans le cas d´une seigneurie au domaine important regroupant plusieurs métairies comme à Mouillemuse, c´est l´ensemble du manoir autour de la cour qui est qualifié de retenue. Cette appellation se maintient au 19e siècle, puisque le contrat de vente de 1882 à Hyacinthe Gaëtan Porteu et Josephine Marie Laure Ramé mentionne la Retenue de Mouillemuse comme étant composée d´une maison de Maitre, d´une écurie et remise, de jardins, une orangerie, d´une pièce d´eau, d´une cour verte, d´une avenue et de bois. Cet ensemble patrimonial n´a pas été morcelé et constitue l´un des joyaux du patrimoine de Noyal-Châtillon-sur-Seiche.

Aires d'études Ille-et-Vilaine
Dénominations manoir
Adresse Commune : Noyal-Châtillon-sur-Seiche
Période(s) Principale : Moyen Age
Principale : Temps modernes
Décompte des œuvres repérées 15
étudiées 0