Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les maisons et les fermes sur la commune de Vignoc

Dossier IA35039129 réalisé en 2005

Fiche

Voir

Le recensement de l´architecture privée de Vignoc a permis l´établissement d´un corpus de 117 édifices, soit 38 maisons et 79 fermes. Celles-ci ont été appréhendées de manière globale : leurs parties constituantes (puits, fours, étables à vaches, etc.) n´ont pas donné lieu à une étude spécifique. Les maisons et les fermes recensées ont fait l´objet d´une analyse typologique dont les résultats permettent d´esquisser, à grands traits, les caractéristiques de l´architecture privée de la commune. En raison de leur remaniements trop importants, 54 édifices n´ont pas fait l´objet d´une étude individuelle, ils sont traités collectivement dans le dossier « les maisons et les fermes non analysées ».

La chronologie

La datation des fermes et des maisons de la commune s´est fondée sur une analyse typologique des édifices permise par des rapprochements avec les enquêtes antérieures menées dans le département. Elle a, par ailleurs, pu être affinée grâce aux dates relevées sur les bâtiments dont nous donnons la liste ci-après.

Les édifices étudiés se répartissent sur une période s´étendant du 16e siècle, pour les plus anciens, jusqu´aux années 1950, limite chronologique fixée par le protocole de l´enquête.

La commune de Vignoc possède un nombre relativement important d´édifices anciens. En effet, 34 maisons et fermes peuvent être datées, tout ou parties, des 16e et 17e siècles. Si, dans la majorité des cas, les éléments les plus anciens ne sont conservés qu´à l´état fragmentaire, intégrés à des structures plus récentes, quelques édifices semblent n´avoir guère subi de modifications structurelles (du moins, en façade) depuis leur fondation (ill. 1).

Un nombre non négligeable d´édifices peuvent être datés du 18e siècle (ill. 3). Toutefois, ce sont les constructions du 19e siècle qui représentent la part la plus importante du bâti privé de la commune. Parmi celles-ci, on distinguera les constructions de la première moitié du siècle (11 édifices), celle de la seconde moitié (37) et les réaménagements ou agrandissements des noyaux antérieurs (34 cas recensés). Enfin, dix maisons et fermes datant de la première moitié du 20e siècle ont fait l´objet d´un dossier.

Dates portées : 1585 ; 158[6] ; 1621 ; 1651 ; 1661 ; 1671 ; 1671 ; 1732 ; 1774 ; 1800 ; 1875 ; 1880.

Les matériaux employés

Si les ressources géologiques locales ont été utilisées, comme l´atteste la récurrence du grès et, dans une moindre mesure, du quartz, comme matériaux de gros oeuvre, la commune de Vignoc apparaît comme une zone de forte tradition d´habitat en terre. Par ailleurs, l´usage du granite est bien attesté.

L´ardoise est, quant à elle, systématiquement employée comme matériau de couverture.

L´établissement de recoupements entre les datations des édifices et les matériaux employés permet d´avancer les conclusions provisoires suivantes.

Les maisons et les fermes les plus anciennes (16e et 17e siècles) sont très souvent construites en granite et, dans une moindre mesure, en grès (ill. 1). Leur mise en oeuvre variée (moellon avec ou sans chaîne en pierre de taille, moyen appareil, appareil mixte) est systématiquement associée à des maçonneries en pierre de taille de granite.

Bien que l´emploi de la pierre perdure tout au long de la période envisagée, elle tend à se faire plus rare au 18e siècle et dans la première moitié du 19e siècle, période où la terre prédomine. Celle-ci est très tôt attestée à Vignoc, comme en témoigne la ferme de la Longrais, datée de la fin du 16e siècle (ill. 2). Combinée dans un premier temps à la maçonnerie traditionnelle en pierre de taille de granite, elle est rapidement associée à la carrée de bois double.

La seconde moitié du 19e siècle et le 20e siècle marquent le retour de la pierre. Le grès semble être désormais préféré au granite (ill. 7). Par ailleurs, cette tendance est plus accusée dans le village et les gros écarts que dans la campagne, où la terre conserve une certaine prééminence jusqu´à une date avancée dans le 20e siècle.

Typologie des édifices

Sur les 79 fermes recensées, près d´une cinquantaine ont pu faire l´objet d´une analyse typologique. Celle-ci a permis de dégager quelques principes relatifs à leur évolution morphologique. Le type de ferme au corps de logis massé, combinant une salle (souvent seule pièce à vivre) et une étable sous un niveau de grenier, semble prédominer aux périodes les plus hautes (du 16e siècle au début du 19e siècle, voir ill. 2), il est souvent complété d´une ou plusieurs dépendances agricoles isolées. A l´époque contemporaine, le plan en alignement devient de plus en plus fréquent : le logis (souvent constitué d´au moins une pièce chauffée et d´une ou plusieurs chambres) étant dès lors entouré de plusieurs parties agricoles aux fonctions bien spécifiques (étables à vaches, étables à chevaux, granges, cellier, etc.). On remarquera le récurrence du cas de développement de fermes de plan allongé à partir d´un noyau plus ancien. Dans ce cas, bien souvent, l´ancien logis, trop vétuste, perd son usage d´habitation au profit d´un second, plus récent (ill. 4 et 5).

Les maisons les plus anciennes, quant à elles, présentent un aspect relativement semblable aux fermes contemporaines. Seule l´absence de parties agricoles permet de les distinguer de ces dernières. En effet, souvent modestes, elles ne comprennent dans la plupart des cas répertoriés qu´une pièce sous un niveau de grenier. La seconde moitié du 19e siècle semble marquer une rupture : l´influence de l´habitat urbain est désormais sensible dans l´ordonnancement des façades. De plus, la présence d´un étage carré, parfois doté d´une pièce à feu tend à devenir de plus en plus fréquente (ill. 6).

Implantation

Le croisement des données chronologiques et géographiques n´a pas permis de mettre en évidence une évolution claire de l´occupation du territoire communal. Tout au plus remarquera-t-on la forte présence des édifices de la fin du 19e siècle et du 20e siècle de long de l´axe de communication majeure qu´est l´ancienne voie de tramway (actuelle Route Nationale).

Aires d'études Ille-et-Vilaine
Dénominations maison, ferme
Adresse Commune : Vignoc
Période(s) Principale : 17e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle
Décompte des œuvres repérées 113
étudiées 0