Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les maisons et les fermes sur la commune du Roc Saint-André

Dossier IA00010137 réalisé en 1986

Fiche

Aires d'études Communes riveraines du canal de Nantes à Brest
Dénominations maison, ferme
Adresse Commune : Roc-Saint-André (Le)

Édifices des 17e, 18e et 19e siècles ; chronogrammes : 1638, 1684, 1763.

Période(s) Principale : 17e siècle
Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Typologies logis à pièce unique, logis-étable à porte unique
Toits ardoise
Murs granite
Décompte des œuvres bâti INSEE 325
repérés 9
étudié 0

Annexes

  • Les maisons et les fermes sur la commune du Roc Saint-André selon l’enquête de 1982 réalisée par J. P. Ducouret

    Toponyme

    * = sélection

    Matériaux

    Structure

    Datation

    Observations

    au bourg, route de Sérent

    schiste, granite

    rez-de-chaussée

    17e siècle

    escalier en vis

    Bolin

    schiste, granite

    à surcroît

    1763

    niche en façade

    La Hie de Bas

    schiste, granite

    à surcroît

    1684

    escalier en vis ; inscription : HANGOUËT PR FL DE SERENT

    La Touche Carné

    schiste, granite

    à surcroît

    17e siècle

    fenêtre moulurée

    Le Vauglard 1

    schiste, granite

    à surcroît

    1638, 1811

    IHS . MAR + 2 têtes dans alignement de 3 logis semblables

    Le Vauglard 2

    schiste, granite

    à surcroît

    1638

    Le Vauglard 3

    schiste, granite

    à surcroît

    17e siècle

    dans alignement

    La Ville Bily 1

    schiste, granite

    à surcroît

    18e siècle

    La Ville Bily 2

    schiste, granite

    à surcroît

    18e siècle

    Les paramètres du repérage sont ceux de l’enquête de 1986.

    On a attaché dans ce dossier les photographies prises pendant une campagne de 1969 et une de 2010.

    Toutes n'ont pu être localisées.

  • Les maisons et les fermes sur la commune du Roc Saint-André selon l’enquête de 2010 réalisée par M. D. Menant

    NB : Les lieux-dits sont classés par ordre alphabétique du nom, sans tenir compte de l'article.

    Autant que faire se peut puisque, le plus souvent, il n'y a pas eu de visite intérieure, les édifices sont décrits tels qu'ils devaient être à l'origine ; sauf mention contraire, les façades principales sont orientées vers le sud, les pignons sont couverts et le sommet des murs ne comporte pas de corniche

    Bolin, maison, 1688.

    Logis de plan rectangulaire à pièce unique ; rez-de-chaussée surmonté d’un comble à surcroît à lucarne passante rampante formant travée avec la fenêtre. Encadrement des baies en pierre de taille de granite. La date 1688 est gravée sur la porte cintrée.

    La Hie du Bas, maison, 1685.

    Logis de plan rectangulaire ; rez-de-chaussée surmonté d’un comble à surcroît éclairé par une fenêtre incluse sous le toit, proche de la porte et une seconde, plus petite, à gauche ; entre les deux, une niche à statuette. Encadrement des baies en granite. La date 1685 est gravée sur la porte cintrée. Sur le linteau de la fenêtre de gauche, inscription gravée : . 1685 . / F : P : M : F. / HANGOVET / PR : FL : DE / SERENT. Soit : 1685 / F[ait] P[ar] M. François / Hangouët / Pr[ocureur] F[isca]L de / Sérent.

    La maison a subi des transformations : ouverture d’une fenêtre au rez-de-chaussée, à gauche et à droite ; remplacement de la grande fenêtre incluse sous le toit par une lucarne passante.

    Le Plinet, maison, 17e siècle.

    Logis de plan massé ; rez-de chaussée surmonté d’un comble à surcroît éclairé par une fenêtre incluse sous le toit. Encadrement des baies en pierres de taille de granite ; porte en anse de panier ; fenêtre à appui mouluré et linteau à accolade. Petite soue (?) perpendiculaire en prolongement du logis.

    La Touche Carné, ferme 1, 17e siècle.

    Logis de plan massé ; rez-de-chaussée surmonté d’un comble à surcroît éclairé par une fenêtre incluse sous le toit, légèrement rehaussée comme une lucarne rampante et qui forme travée avec la porte cintrée. Encadrement des baies en pierre de taille de granite, le linteau de la fenêtre du rez-de-chaussée est mouluré. Corniche en quart de rond.

    La Touche Carné, ferme 2, 19e siècle ?

    Logis de plan massé ; rez-de-chaussée surmonté d’un comble à surcroît à lucarne passante rampante qui semble avoir été rehaussée. Piédroits des baies en moellons de granite, linteaux en bois et appuis en lame de schiste ; le vantail de la porte semble d’origine.

    La Touche Carné, maison, 17e siècle.

    Logis de plan massé à pièce unique ; rez-de-chaussée surmonté d’un étage carré qui doit abriter une chambre à cheminée si l’on en juge par les dimensions de la souche. Encadrement des baies en pierres de taille de granite. Important coyau.

    Le Vauglard, maison 1, 1638.

    Logis d’angle de plan massé à pièce unique ; rez-de-chaussée surmonté d’un comble à surcroît éclairé par une fenêtre incluse sous le toit. Encadrement des baies en pierre de taille de granite ; porte cintrée. Sur le linteau du jour, décor en relief sur deux lignes ; à gauche : 1638 ; à droite : MAR surmonté d’une accolade ; IHS surmonté d’une croix et au-dessus d’un cœur, et encadré par les bustes de deux petits personnages.

    Le Vauglard, maison 2, 1ère moitié 17e siècle.

    Logis de plan massé à pièce unique ; rez-de-chaussée surmonté d’un comble à surcroît à lucarne passante. Encadrement des baies en pierre de taille de granite ; porte cintrée ; inscription non déchiffrée sur le montant de la porte.

    Le Vauglard, maison 3, 1ère moitié 17e siècle.

    Logis de plan massé à pièce unique ; rez-de-chaussée surmonté d’un comble à surcroît éclairé par une fenêtre incluse sous le toit. Encadrement des baies en pierre de taille de granite ; porte cintrée.

    Le Vauglard, ferme, 1ère moitié 17e siècle.

    Logis de plan massé à pièce unique ; rez-de-chaussée surmonté d’un comble à surcroît à lucarne passante rampante. Encadrement des baies en pierre de taille de granite ; porte cintrée. Cette ferme et la maison 3 ne forment plus aujourd’hui qu’une maison qui a été restaurée : les baies du surcroît, notamment, ont été agrandies.

    Dans l’écart du Vauglard, dépendances de ferme parmi lesquelles une grange, aujourd’hui transformée en maison.

    Le Vaux, maison 1, 1660.

    Logis de plan massé à pièce unique. Encadrement des baies en pierre de taille de granite ; porte cintrée (partie supérieure refaite ?).

    Le Vaux, maison 2, 1669.

    Date 1669 et calice en relief sur une pierre : maison de prêtre ou remploi d’une pierre gravée ?

    Le Vaux, maison 3, limite 19e – 20e siècles.

    Logis de plan rectangulaire, à pièces symétriques de part et d’autre d’un couloir ; rez-de-chaussée surmonté d’un comble à surcroît dont la lucarne passante présente un fronton triangulaire mouluré. Encadrement des baies en pierre de taille de granite calibrées. Corniche moulurée.

    Le Vaux, maison 4, 18e ou 19e siècle ?

    Logis de plan rectangulaire ou logis jumelés à portes centrales ; rez-de-chaussée surmonté d’un comble à surcroît dont la lucarne passante présente un fronton triangulaire percé de boulins. Encadrement des baies en pierre de taille de granite. Corniche à modillon.

    La Ville Bily, ferme 1, 17e siècle.

    Logis de plan rectangulaire à porte unique ; rez-de-chaussée surmonté d’un comble à surcroît à lucarne passante rampante. Encadrement des baies en pierre de taille de granite ; porte en anse de panier ; fenêtre à linteau à accolade.

    La Ville Bily, ferme 2, 1842.

    Logis de plan rectangulaire ; rez-de-chaussée surmonté d’un comble à surcroît à lucarne passante rampante formant travée avec la porte. Une seconde porte est ouverte sur l’élévation postérieure, qui remploie un linteau à accolade sur lequel on a gravé la date 1842.

    Non localisée : ferme 1, 19e siècle ?

    Logis de plan rectangulaire ; rez-de-chaussée surmonté d’un comble à surcroît à lucarnes passantes rampantes.

    Non localisée : ferme 2

    Non localisée : ferme 3

    Non localisée : ferme 4