Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les maisons et les fermes sur la commune de Bais

Dossier IA35033764 réalisé en 2004

Fiche

Voir

Ce dossier réunit l'ensemble des maisons ou des fermes documentées et illustrées individuellement. Ces édifices sont appréhendés dans une unité fonctionnelle ; le logis de la ferme, par exemple, n'est pas séparable de ses parties constituantes, ainsi, les puits, les fours ou d'autres parties agricoles ne sont pas traités à part.

279 maisons ou fermes ont fait l'objet d'un traitement individuel représenté en vert sur le plan annexé ou projetable sur d'autres fonds cartographiques, comme le tableau d'assemblage du cadastre de 1827 par exemple. Construites de la fin du 16e siècle au milieu du 20e siècle elles représentent près de la moitié des 557 immeubles recensés par l'Insee en 1946. Les demeures restantes, les maisons et fermes simplement cartographiées, sont traitées collectivement, cf. la rubrique Voir Aussi en bas de page.

L'habitat dispersé, souvent réuni au sein de hameaux à la structure très lâche, s'élève presque toujours sur des sites figurés sur le cadastre de 1827. Cependant, pour quasiment les trois-quarts du corpus, il porte la marque d'importants remaniements des 19e siècle et 20e siècle.

Les matériaux de construction sont les pierres d'extraction locale, pour l'essentiel des micro granulites affleurant par filons au sein de schistes de Rennes, voire des grès ou des schistes plus durs notamment dans la partie sud de la commune aux environs du hameau de Grac Sac connu pour ses anciennes carrières de schiste ardoisier ; plus rarement, la maçonnerie en terre peut être privilégiée dans l'habitat élémentaire, à l'instar des Clardières ou partiellement à la Piohaire.

Sur le plan de la typologie architecturale et des critères morpho-fonctionnels, les oeuvres se classent, pour l'essentiel, en deux grandes familles : les logis de fermes qui réunissent habitation et fonctions agricoles dans un même bloc allongé, comme à Grac Sac par exemple dans l'habitat ancien traditionnel ou encore dans un bloc massé comme au Renaudière dans l'habitat renouvelé en limite du 19e siècle et du 20e siècle.

Les logements à seule fonction d'habitation forment un ensemble rassemblé pour l'essentiel dans le village. Toutefois là aussi, compte tenu de l'ancienne prédominance des activités commerciales, les maisons du bourg pourraient être considérées comme à fonctions combinées car disposant d'une ancienne boutique ou atelier dans le volume du logement.

L'architecture traditionnelle compte quelques ouvrages d'exception sur le territoire communal : la Roussière en limite du 16e siècle et du 17e siècle abritait certainement la famille d'un notable rural considérant la qualité de la construction ; la Halarderie dans une moindre mesure, car profondément remaniée, conserve des éléments de confort non négligeables ; la Rochelle présente une composition épargnée des habituelles modifications accompagnant la modernisation des campagnes.

Pour conclure ces observations préliminaires, un fait mérite d'être mentionné à Bais. Jusqu'ici dans l'inventaire préliminaire départemental aucune commune ne réunit autant de dates des années 1500 : 10 sur des demeures allant de 1558 au Clos Gagné à 1583 à Launay. [Seule la commune de Combourg toutefois beaucoup plus vaste approche ce chiffre avec 9 occurrences.] Durant la même période, la deuxième moitié du 16e siècle, l'église paroissiale Saint-Marse faisait l'objet d'un vaste chantier de 1548 à 1582 suivant les dates inscrites.

La carte annexée permet de distinguer les ouvrages documentés (en vert) des édifices non documentés individuellement (en bleu).

Aires d'études Ille-et-Vilaine
Dénominations maison, ferme
Adresse Commune : Bais
Période(s) Principale : Temps modernes
Principale : Epoque contemporaine
Décompte des œuvres repérées 277
étudiées 0