Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les maisons et les fermes documentées sur la commune de Bréal-sous-Montfort

Dossier IA35019020 réalisé en 2002

Fiche

Voir

69 maisons et immeubles, 104 fermes ont fait l´objet d´une fiche de recensement. S´il n´existe par de modèles particuliers en raison de la variété chronologique et morphologique de ce patrimoine se dégagent néanmoins quelques observations. La terre est le matériau majoritairement utilisé pour le gros oeuvres sur un solin de pierre à partir du 17e siècle. Une expérience récente de restauration selon la technique de la bauge a été mise en oeuvre, dans la commune, à la ferme du hameau de Calidan. Cette technique largement utilisée dans la région consistait à monter des levées de terre qui étaient par la suite parées, c´est à dire mise à niveau avant de monter la levée suivante. Cette construction traditionnelle est parfois recouverte d´un enduit.

La pierre utilisée en soubassement ou en gros oeuvre est extraite du sous-sol local. Le schiste pourpre, très friable est mis en œuvre en moellons sans chaînage d´angle en pierre de taille. Cette appareillage très rudimentaire peut-être utilisé de façon décorative comme à la Haute Hautière. Le logis présente une maçonnerie de pierre faite d´un mélange de poudingue et de schiste formant un décor polychrome de maçonnerie. Cet appareillage de pierres alternées se rencontre de façon plus récurrente à Plélan-le-Grand, à Maxent et dans le pays de Brocéliande.

La présence de quelques maisons en pan de bois dans le bourg dont une à fort encorbellement restent un témoignage manifeste de ce type de construction à la période médiévale.

Les maisons du bourg de Bréal-sous-Montfort construites au 19e siècle se distinguent par leur rez-de-chaussée surélevé. Cette disposition courante indique la présence d´une cave en sous-sol pour entreposer le charbon et le cidre produit sur place. Des maisons élevées à proximité du centre et datant pour la plupart du 19e siècle ou du début du 20e siècles sont agencées comme de petits immeubles avec une double porte en façade principale, l´une accédant au logement du rez-de-chaussée, l´autre au logement de l´étage. Cette disposition est utilisée pour les maisons avec une partie commerciale en rez-de-chaussée.

Eloignées du village, quelques maisons de maître sont implantées sur de vastes domaines fonciers comme le logis à pavillon du Clos Couët et la résidence de campagne d´Octave Métayer à la Haye Fossard.

Les fermes mentionnées sur le cadastre de 1824 ont subi pour la plupart de profonds remaniements. Parmi les logis les mieux conservés signalons ceux à fonctions combinées (logis et étables sous un même toit) du Baty et du Four Rouge. Au Baty l´étage, également à usage mixte était partagé entre les fonctions d´habitation et de stockage. Au Four Rouge, malgré le volume important du bâtiment, seule une petite pièce est réservée à l´habitation.

Au 19e siècle, l´organisation des bâtiments de la ferme est variée. Le maintien du haut surcroît à usage d´entrepôt pour les grains semble se maintenir. Le cellier situé sous un appentis arrière est aussi une caractéristique des fermes de cette période. Le décor est quasiment inexistant, seule la ferme de la Petite Vallée possède un traitement de façade particulier. Les deux extrémités du corps principal sont munies de légères avancées dont les pignons sont décorés d´un fronton triangulaire. L´encadrement de ouvertures en brique animent également les façades qui sont pour la plupart assez austères et d´une grande simplicité.

Aires d'études Ille-et-Vilaine
Dénominations maison, ferme
Adresse Commune : Bréal-sous-Montfort
Période(s) Principale : 19e siècle
Décompte des œuvres repérées 175
étudiées 0