Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les fontaines de la ria d'Etel

Dossier IA56007495 réalisé en 2009

Fiche

Voir

77 fontaines, dont 37 fontaines de dévotion, accompagnées ou non de lavoirs ont été repérées sur le canton, parmi lesquelles 31 ont été étudiées. Les plans cadastraux du milieu du 19e siècle mettent en évidence la présence presque systématique de fontaines à proximité des villages. La plupart d'entre elles qui consistaient en simples trous d'eau à peine maçonnés a aujourd'hui disparu dans la végétation, faute d'entretien : ainsi la fontaine de Locmaria à Ploemel (fig.1) ou celle au sud du bourg de Locoal sont aujourd'hui à peine visibles, et pour combien de temps ? Nombreuses encore ont été celles victimes du remembrement.

La plus ancienne des fontaines étudiées, également la plus remarquable, remonte au 16e siècle : elle accompagne la chapelle Saint-Méen à Ploemel. Son type dit à pignon, traditionnel dans l'ouest de la Bretagne, est utilisé dans plusieurs autres fontaines du canton, généralement liées à un édifice religieux. Cependant, la fontaine de Saint-Méen (fig.2), dont les rampants s'ornent de crochets d´inspiration gothique, est la plus imposante en terme de dimensions et de décor et se rapproche plutôt des fontaines de dévotion du nord-ouest morbihannais, comme à Locmaria de Melrand, datée 1574. Les autres fontaines du même type, plus modestes, datent du 17e siècle (Locoal-Mendon, fontaine Sainte-Marguerite) au 19e siècle (Erdeven, fontaine civile de Kergouët). Un trait particulier au territoire s´observe sur plusieurs de ces fontaines : les rampants de pignon saillent sur la bâtière (Landaul, fontaine de Langombrac´h datée 1822, fig.3, Kervignac, fontaines Saint-Antoine et Saint-Adrien, fig. 4, Plouhinec, fontaine du Pontoir). Cette particularité qui semble un emprunt aux fontaines à décor gothique du 16e siècle, comme Saint-Méen à Ploemel, est reprise même dans les fontaines reconstruites au 20e siècle, comme à Kerclément à Belz. Elle se retrouve aussi à la remarquable fontaine de l´île Saint-Cado en Belz (fig. 5) : malgré ses remaniements (ajout de l´enclos au 20e siècle), sa couverture à pans galbés, qui rappellent les toitures savantes des 17e et 18e siècles, en fait un unicum sur le territoire de la ria. Quant à son implantation au bord de la rivière, elle se retrouve à la fontaine Saint-Jean et à la fontaine de Locoal, toutes deux à Locoal-Mendon.

Le type le plus représenté est cependant la fontaine à piliers, type particulier au Morbihan sud, moins spécifique des fontaines de dévotion. Il se caractérise par un bassin carré à couvrement pyramidal en pierre de taille porté par le mur du fond et deux piliers sur le devant (Plouhinec, fontaine Saint-André, fig.6). Particulières au territoire, puisqu´on ne les trouve presque qu´ici, sont les fontaines sont couvertes d'un dôme galbé. Une série des plus anciennes d´entre elles est probablement due au même auteur : il s'agit des fontaines de Saint-Cornély à Plouhinec (fig. 7), datée 1716, fontaine Maria à Merlevenez (fig.8), datée 1729 et Saint-Efflam à Kervignac. Leur couverture galbée est portée par de gros balustres carrés. Plusieurs autres fontaines sur le territoire sont héritées de ce modèle, mais sans les balustres galbés : celle du bourg à Ploemel, la fontaine dite Er Houac'h à Erdeven, la fontaine de Kernours à Belz, ainsi que la fontaine de la Vierge à Locoal-Mendon (fig.9). Hors du territoire, le modèle est beaucoup plus rare, à Hennebont (fontaine Saint-Caradec, 1732), ou à Caudan. On établira un rapprochement avec la fontaine Saint-Cado, précédemment citée, qui, avec sa couverture à pans galbés se rapproche et des fontaines pignon, et des fontaines morbihannaises à dôme.

Ces deux types de fontaines, même s'il s'agit de fontaines de dévotion, peuvent alimenter un lavoir. La plupart des fontaines domestiques pourtant, liées à un lavoir (parfois plusieurs comme au bourg d'Etel) consistent en un simple trou carré maçonné couvert d'une dalle monolithe (Kerlavart, Pont Quéno, Kerihuel à Erdeven, Kerranroué à Etel, Kervily à Locoal-Mendon, Kermaria, fig.10, et Keranhouarn à Kervignac, Kervarlay à Plouhinec, fontaine au nord de Kerven à Sainte-Hélène, fig.11). On mettra en évidence le très beau lavoir de Saint-Sterlin à Kervignac, dont l´encadrement de taille incliné vers le bassin est particulièrement soigné (fig. 12)

Enfin, on signalera la particularité de la fontaine Saint-André au bourg de Ploemel : reconstruite en 1824, elle est constituée d'un bassin en pierre de taille de granite alimenté par deux trous d'eau, bassin au centre duquel est implantée une croix monumentale en granite sur soubassement carré en pierre de taille (fig.13).

Souci patrimonial ou encore utilitaire, plusieurs fontaines du canton ont été reconstruites au milieu du 20e siècle, en adoptant parfois une forme différente (Mendon, fontaine lavoir refaite en 1955, fontaine de Lapaul, Etel, fontaine sur le chemin de Toul er Pry, Belz, Kerclément, fontaine reconstruite en 2001, fig.14).

Aires d'études Ria d'Etel
Dénominations fontaine

Les fontaines de dévotion du territoire sont construites entre le 16e et le 19e siècle. Les fontaines à couvrement galbé datent des 18e et 19e siècles.

Période(s) Principale : 16e siècle
Principale : 17e siècle
Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle
Typologies fontaines morbihannaises
Murs granite
pierre de taille
Décompte des œuvres repérées 77
étudiées 30