Logo ={0} - Retour à l'accueil

Les églises et chapelles sur la commune de Melrand

Dossier IA56000790 réalisé en 2001

Fiche

Observations

Melrand est mentionné dans le cartulaire de Redon dès 1125, cependant l´architecture religieuse ne conserve pas de traces des périodes anciennes. Si aucun témoignage ne subsiste de l´époque romane, la période de prédilection que fut pour la Bretagne l´architecture flamboyante est particulièrement bien représentée, avec des édifices de grande qualité, tels Notre-Dame de Locmaria, Saint-Fiacre ou encore des parties de l´église paroissiale Saint-Pierre.

Sur les neuf édifices religieux signalés sur la commune, deux ont été détruits : la chapelle Saint-Laurent à proximité de l´église paroissiale et la chapelle Saint-Samson au village de Locsamzun. Les huit chapelles autrefois implantées sur le territoire de Melrand correspondaient approximativement aux anciennes frairies : Le Guelhouit ; Saint-Fiacre ; Locmaria ; Saint-Samson ; Saint-Rivalain ; Sainte-Prisce ; La Madeleine ; Saint-Laurent.

Importants lieux de pèlerinage, certaines de ces chapelles sont l´émanation de grandes familles aristocratiques, les Rohan tout d´abord, premiers seigneurs prééminenciers à Saint-Fiacre dans la seconde moitié du XVe siècle, à Locmaria au milieu du XVIe siècle. Les Kerveno, originaires de Pluméliau, ont également joué un rôle dans la fondation des édifices religieux de la commune. Un procès verbal de 1690 nous apprend que leurs armes étaient placées en supériorité, au-dessus d´autres blasons, dans le réseau de l'ancienne maîtresse-vitre de l´église paroissiale. Les seigneurs de Kerveno semblent être également les fondateurs de la chapelle Saint-Laurent, dans la première moitié du XVe siècle, comme semble l'indiquer le blason à dix étoiles sculpté sur la fontaine associée. On retrouve leurs armes sur la tour occidentale de la chapelle de Locmaria ainsi que sur le retable.

Le XVIIe siècle, plus pauvre en comparaison, n´est représenté que par la chapelle Notre-Dame du Guelhouit, datée 1680, seul édifice intact de la période sur le canton. Son plan allongé polygonal, couvert d'un toit à croupe brisée semble cependant unique en Bretagne. La voûte en berceau lambrissée et peinte achève d´en faire un édifice très original.

Aires d'étudesBaud
Dénominationséglise, chapelle
AdresseCommune : Melrand
Cadastre : ?

Les édifices religieux sont particulièrement nombreux dans la commune de Melrand. Pas moins de sept chapelles correspondant approximativement aux anciennes frairies occupent le territoire. Melrand comme Bieuzy sont mentionnées en 1125 dans le cartulaire de Redon. Cependant, aucun témoin architectural ne subsiste de l´époque romane. La période de prédilection que fut pour la Bretagne l´architecture flamboyante est particulièrement bien représentée avec des édifices de grande qualité tels que Notre-Dame de Locmaria, Saint-Fiacre ou encore des parties de l´église Saint-Pierre et les vestiges de la chapelle Saint-Laurent. Importants lieux de pèlerinage, ces chapelles sont l´émanation de grandes familles aristocratiques, les Rohan tout d´abord, premiers seigneurs prééminenciers à Saint-Fiacre dans la seconde moitié du XVe siècle, à Locmaria au milieu du XVIe siècle. D´autres familles de la région comme celle des Kerveno, originaire de Pluméliau, ont participé à la construction d´édifices. Le XVIIe siècle est représenté par la très simple mais unique en son genre chapelle du Guelhouit, datée 1680, seul édifice intact de la période sur le canton de Baud.

Période(s)Principale : 15e siècle
Principale : 16e siècle
Principale : 17e siècle
Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Décompte des œuvres repérés 8
étudiés 8

Références documentaires

Bibliographie
  • DANIGO, Joseph. Eglises et chapelles du pays de Baud. Lorient, imprimerie Presse du Morbihan, 1974.

  • LUCO, Abbé.Pouillé historique de l'ancien diocèse de Vannes. Bénéfices séculiers. Vannes : imprimerie Galles, 1884.

  • LE MENE, Joseph-Marie. Histoire archéologique, féodale et religieuse des paroisses du diocèse de Vannes. Vannes : imprimerie Galles, 1891, t. I, reprint 1994.

  • ROSENZWEIG, Louis. Répertoire archéologique du département du Morbihan. Paris, 1863.