Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les dépendances du château de Maison Neuve (Chauvigné)

Dossier IA35049533 inclus dans Château, Maison Neuve (Chauvigné) réalisé en 2012

Fiche

Parties constituantes non étudiées parc, ferme, remise, écurie, étang
Dénominations dépendance
Aire d'étude et canton Pays de Fougères - Antrain
Adresse Commune : Chauvigné
Lieu-dit : Maison Neuve

L´organisation générale de la façade principale de l´écurie ainsi que la typologie des ouvertures montrent que cet édifice est postérieur au milieu du 18e siècle. Les percements coiffés de linteaux droits apparaissent au 18e siècle et perdureront pendant toute la durée du 19e siècle. Une organisation symétrique des façades et des édifices est également une typologie récurrente sur cette période. Cela se traduit ici par un corps principal à plan centré, coiffé de lucarnes à chevalet couvertes de linteaux en bois à arc segmentaire, typologie de lucarne courante au 18e siècle et que l´on retrouve ailleurs sur la commune. Ces éléments nous permettent d´affirmer que cet édifice est antérieur au château. La ferme présente quant à elle différents éléments architecturaux qui permettent de la dater du 19e siècle. La présence de linteaux droits tout d´abord, les oculi en brique par ailleurs, la pente des toits, qui n´est pas aussi forte que sur les bâtis plus anciens, et enfin l´ordonnancement des ouvertures en façade. Les fenêtres sont placées dans l´axe des portes de manière régulière. La taille des différents édifices qui composent cette ferme traduit la richesse du domaine à l´époque. Ainsi le four à deux gueules, typologie assez rare, traduit le besoin de rendement pour approvisionner le château et faire tourner une ferme de cette importance.

Période(s) Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle

Les écuries du château sont élevées en moellon de granite, exceptés les chaînages d´angles et les encadrements de baies. La façade principale est ordonnancée de manière régulière et symétrique. Les fenêtres à linteaux droits sont axées sur les portes du rez-de-chaussée. Au centre de la façade se dessine une porte cochère monumentale coiffée d´un arc en plein cintre. Toutes les ouvertures de la façade se répercutent en toiture par l´apparition de lucarnes à chevalet, surmontées d´un linteau en bois à arc segmentaire. La couverture est en ardoise, le faîtage en tuile et la toiture est à deux versants. On peut également remarquer une souche de cheminée en partie droite du bâtiment. Celle-ci permet de chauffer la pièce basse réservée au personnel en charge de l´écurie. La ferme du château est composée de différents bâtiments agricoles et notamment d´une grange, de soues à cochons, d´un four à pain à deux gueules, d´une étable et de bâtiments d´habitations. Le tout étant également élevé en moellon de granite, exceptés pour les encadrements de baies et les chaînages d´angle, et couvert d´ardoise. La grange conserve sa charpente d´origine et est coiffée d´une toiture à longs pans se terminant par un léger coyau. Sa façade principale est percée d´une porte cochère surmontée d´un grand linteau de bois. Les joints sont à la chaux et les ouvertures ont été remplacées. Un bâtiment de liaison a été construit entre la grange et l´étable. Cette dernière présente une façade principale aux ouvertures régulières dont les encadrements sont en pierre de taille de granite bleu. Sa toiture est également à longs pans et l´on peut voir quelques jours qui viennent ventiler les combles. Les ouvertures ont également été refaites. Le four à pain (aujourd´hui détruit) présentait la particularité de posséder deux gueules, ce qui atteste d´une certaine richesse. Il devait être élevé en moellon de granite et intégré au fournil en façade ouest. Ce dernier est coiffé d´une toiture à deux versants en ardoise qui se termine par un léger coyau. Le bâtiment qui sert aujourd´hui d´habitation aux propriétaires de la ferme devait également être une écurie car il est percé de manière régulière d´oculi en brique. C´est un édifice également monté en moellon de granite sauf pour les encadrements de baie. Ceux-ci sont coiffés de linteaux droits en pierre de taille, exceptée pour une ouverture plus petite qui est couverte d´un linteau en bois. L´intérieur de l´édifice confirme la fonction d´écurie puisque le sol était pavé, selon les sources orales, et que des stalles sont encore en place.

Murs granite
moellon
pierre de taille
Toit ardoise
Couvertures toit à longs pans
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • Archives départementales d'Ille-et-Vilaine

    20123505933NUC : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine

Références documentaires

Documents figurés
  • Extrait de la section A3 des Roiries. Plan cadastral parcellaire de la commune de CHAUVIGNE, Canton d'Antrain, Arrondissement de Fougères, Département d'Ille-et-Vilaine. Terminé sur le terrain le 15 Juillet 1823, sous l'administration de Mr le Comte de la Villegontier, Préfet, Mr Coine, Maire et sous la direction de Mr Levaillant, directeur des contributions, Mr Naylies, Géomètre en chef. Par Maunoury, géomètre du cadastre. Papier, encre, aquarelle, échelle 1 : 10000e. (A.D. Ille-et-Vilaine).