Logo ={0} - Retour à l'accueil

Les demeures, manoirs ou châteaux sur la commune de Hédé

Dossier IA35039306 réalisé en 2005

Fiche

Voir

Le château de Hédé :

Vers le 12e siècle, une tour carrée en pierre est construite pour remplacer l'ancien château de Hédé qui était composé d'une motte féodale. L'ancien château de Hédé était un château à motte, la "motte Jeuhan". Il était composé d'une motte de terre sur laquelle se trouvait un donjon en bois. Ce premier château fut pris par une troupe anglaise en 1156 ; une nouvelle forteresse fut donc construite peu de temps après, à l'ouest de la ville.

Le château construit au 12e-13e siècle possédait des murs de 3, 8 mètres de large et de 22 à 23 mètres de haut. En 1399, la tour est réparée et les remparts aménagés suite aux dommages de la guerre. Le château a subi d'autres travaux en 1443 et en 1450.

En 1464, le duc de Bretagne, François II ordonne de clore la ville, toutefois, on se contente de l'entourer de douves.

Le 25 mars 1598, Henri IV et Madame de Mercoeur signent, à Angers, la condamnation définitive du Château de Hédé.

Le Papegault était tiré sur la place du château le premier dimanche de mai. Le Papegault était un oiseau artificiel que les archers de la ville devaient atteindre. Au départ, le tir se faisait à l'arc puis à l'arbalète, puis enfin, à l'arquebuse.

En 1778, le terrain intérieur du château sert de terrain de foire. En 1785, les ruines éparses dans la plate-forme intérieure du château sont démolies.

Les châteaux :

Sur le territoire de la commune de Bazouges-sous-Hédé, il existe un ancien château.

Au milieu du 17e siècle, madame Le Mintier, propriétaire de la Crozille, fit bâtir une propriété à Bon Espoir pour remplacer le manoir de la Crozille, en Saint-Symphorien. D'après Paul Banéat, Bon Espoir possédait un colombier, un "dôme" élevé peu avant 1680 et une chapelle reconstruite en 1753. En 1643, ce lieu a été uni à la Crozille en Saint-Symphorien et érigé en châtellenie.

Au 15e siècle, les propriétaires du lieu furent successivement les Le Roux, les Guiho et les de Saint-Jean. Au 16e siècle, ce lieu fut vendu aux de la Bouëxière puis aux de Flandrais. Le château de Bon Espoir était la résidence d'été de M. de la Bourdonnaye de Blossac, premier président du Parlement de Bretagne au 18e siècle.

Il existe également deux châteaux sur le territoire de la commune de Saint-Symphorien.

Le château de la Bretêche a été reconstruit au milieu du 18e siècle ; sa construction s'est achevée en 1747. Auparavant, il existait un manoir à la Grande Bretêche qui appartenait, à la fin du 14e siècle, à la famille de Bintin, seigneurs de Bazouges ; au 17e siècle, le manoir fut vendu aux Bréal, seigneurs du Plessis de Coësmes qui le possédèrent jusqu'à la Révolution. Au 19e siècle, le château appartenait à la famille Hay des Nétumières puis, au début du 20e siècle, à la famille de la Combe. Il existait également un manoir à la Petite Bretêche.

Le château de la Châtière a vraisemblablement été construit à la fin du 19e siècle. Auparavant, il existait déjà un château à la Châtière ; il a été remplacé par le bâtiment actuel. L'ancien château possédait un portail, une fuie et une chapelle. Ces éléments sont visibles sur le cadastre de 1835. Une chapelle avait été construite à la Châtière en 1644 par le seigneur du lieu à l'époque : Jacques Beschart. Plusieurs familles de propriétaires s'y sont succédées ; il appartenait en effet aux Cheminart au début du 15e siècle, à la fin du 16e siècle, il était aux seigneurs de Couësbouc et au début du 20e siècle, il appartenait à la famille Alain des Beauvais.

Les manoirs :

La densité d'anciens manoirs est très forte sur les communes de Bazouges-sous-Hédé et de Saint-Symphorien. Ainsi, outre les châteaux, d'après l'ouvrage de Paul Banéat, à Bazouges-sous-Hédé, il existait 18 manoirs et 10 à Saint-Symphorien.

Il existait un manoir dans le bourg de Bazouges-sous-Hédé, toutefois, il fut rasé lors de l'établissement du canal d'Ille-et-Rance au début du 19e siècle.

Sur les 18 manoirs qui existaient à Bazouges-sous-Hédé, seuls quelques lieux présentent encore des vestiges de ces bâtiments. Ainsi, à la Ville Allée, il subsiste encore des bâtiments qui forment une cour fermée par un logis-porte du 16e siècle. De plus, la Grande Guéhardière a conservé certaines baies remontant aux 15e et 16e siècles. Sur le premier cadastre de 1835, ce lieu est composé de trois corps de logis formant un "U", entourés de douves au nord et à l'ouest ; l'accès se faisait par une rabine au sud-est. Sur le cadastre de 1835, le lieu de la Gouairière présente également certaines caractéristiques propres au manoir. Le lieu était composé d'un seul de corps de bâtiment, entouré de douves sur tous les côtés ; l'accès à la cour se faisait par un passage ou un pont à l'est. Les anciens manoirs sont assez facilement repérables sur le cadastre ancien car le parcellaire des manoirs est beaucoup plus aéré que celui des fermes, en effet, ils disposent de parcelles beaucoup plus grandes.

A Saint-Symphorien, il existait 10 manoirs, toutefois, quatre lieux seulement conservent des vestiges plus ou moins importants de ce type de bâtiment.

Le Téhel a vraisemblablement été construit vers le milieu du 15e siècle. Le décor de la fenêtre principale de la façade ainsi que le plan du bâtiment indiquent cette datation. Originellement, il s'agissait d'une salle basse sous charpente, c'est-à-dire que le bâtiment possédait, au rez-de-chaussée, une grande pièce sans plafond, directement couverte par une charpente lambrissée. De part et d'autre de cette pièce principale, se trouvaient deux pièces superposées. Ce manoir semble avoir subi de nombreuses transformations au cours de la seconde moitié du 17e siècle, époque durant laquelle il appartenait aux Couppé, seigneurs de la Salle. A cette époque, la tour sud-est abritant une fuie a été ajoutée, le vaisselier et le cheminée de la salle ont probablement été installés, la salle sous charpente a été plafonnée, le pignon nord semble également avoir été remonté. Les propriétaires furent, au 15e siècle, les Téhel ; c'est à cette famille que l'on doit la construction du bâtiment. En 1532, le bâtiment appartenait à Jean Hattes, seigneur de la Crozille. En 1652, le Téhel appartient à Guillaume Couppé, seigneur de la Salle.

La Salle est un lieu qui conserve encore quelques traces de l'ancien manoir même si le bâtiment a été modifié par la suite, en effet, il existait une cour close et des restes de douves. Plusieurs familles de propriétaires se sont succédées à la Salle : les Boucher à la fin du 14e siècle, les Couppé à la fin du 16e et au 17e siècle. Les Couppé possédaient également le manoir du Téhel dont nous avons parlé précédemment. C'est Guillaume Couppé qui fit partiellement reconstruire le manoir de la Salle vers le milieu du 17e siècle.

La Crosille est une ancienne maison forte dont la construction est datable du début du 16e siècle. Il s'agissait d'un petit manoir composé d'une pièce à feu unique au rez-de-chaussée. Ce bâtiment était construit sur un promontoire, entouré d'un étang et de trois fossés de 8 à 10 mètres de large et de 4 ou 5 mètres de profondeur. Selon Paul Banéat, la seigneurie de la Crosille fut réunie à celle de Bon Espoir en Bazouges-sous-Hédé et érigée en châtellenie en 1643 par le roi Louis XIII. La Crosille était aux seigneurs du même nom au milieu du 14e siècle puis aux Hattes ; elle fut vendue en 1638 aux de Rollée, seigneurs de Bon Espoir, puis aux de la Bourdonnaye, seigneurs de Blossac en 1695.

A la Tuvelière ou au Clos, deux sites d'anciens manoirs, subsistent quelques vestiges de ces bâtiments. Au Clos, il existe encore une salle très haute de plafond avec une cheminée ancienne et à la Tuvelière également. L'étage et les chambres qu'il contenait ont été détruits lorsque le toit fut abaissé afin de créer un grenier nécessaire aux usages de la ferme. La cheminée de la salle de la Tuvelière peut remonter au 16e siècle, il semble que la date de 1564 était inscrite sur son linteau.

Aires d'étudesIlle-et-Vilaine
Dénominationsmanoir, château, demeure, villa
AdresseCommune : Hédé
Période(s)Principale : Moyen Age
Principale : 16e siècle
Principale : 17e siècle
Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle
Décompte des œuvres repérées 11
étudiées 0

Références documentaires

Documents figurés
  • Château de la Bretèche, près Hédé (I. et V.). Carte postale éditée par E. Mary-Rousselière, édit., Rennes, [s. d.] (A.D. Ille-et-Vilaine 6 Fi).

  • Hédé (I.-et-V.). Château de la Bretèche. L'entrée. Carte postale éditée par J. Sorel, éditeur, Rennes, [s. d.] (A.D. Ille-et-Vilaine 6 Fi).

  • HEDE (I.-et-V.). Le Château de la Brétèche. Carte postale, [s. d.] (A.D. Ille-et-Vilaine 6 Fi).

  • Château de la Bretèche, près Hédé (I. et V.). Carte postale éditée par E. Mary-Rousselière, édit., Rennes, [s. d.] (A.D. Ille-et-Vilaine 6 Fi).

  • HEDE. Ruines du Vieux Château. Carte postale, [s. d.] (A.D. Ille-et-Vilaine 6 Fi).

  • HEDE (I.-et-V.). Une Allée des Remparts. Le Vieux Château. Carte postale, [s. d.] (A.D. Ille-et-Vilaine 6 Fi).

  • HEDE. Vue du Vieux Château. Carte postale, [s. d.] (A.D. Ille-et-Vilaine 6 Fi).

  • Hédé (I.-et-V.). Les ruines du vieux Château. Carte postale, [s. d.] (A.D. Ille-et-Vilaine 6 Fi).

  • HEDE (I.-et-V.). Les Ruines de l'ancienne Forteresse sur un roc escarpé. Carte postale [s. d.] (A.D. Ille-et-Vilaine 6 Fi).

  • HEDE (I.-et-V.). Les Ruines du Vieux Château. Vue prise de l'intérieur. Carte postale [s. d.] (A.D. Ille-et-Vilaine 6 Fi).

Bibliographie
  • Association d'Etudes Historiques du Canton de Hédé (A. E. H. C. H.). A la découverte du canton de Hédé. Combourg : Imprimerie Atimco, 1995.

  • BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • DECENEUX, Marc. Châteaux, manoirs et forteresses en pays de Combourg. Combourg : ATIMCO, 1988.

  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Le manoir en Bretagne. 1380-1600. Paris, Caisse nationale des monuments historiques et des sites/Éditions du patrimoine/Imprimerie nationale Éditions, 1999, (Cahiers du patrimoine).

  • Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic éditions 2000, 2 tomes, (Le patrimoine des communes de France).

  • OGÉE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Nlle éd. [1778-1780] rev. et augm. Rennes : Molliex, 1845.

  • PEROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie. Architecture, méthode et vocabulaire. Paris : Inventaire Général des monuments et des richesses artistiques de la France, Centre des monuments nationaux/Éditions du patrimoine, 2000.

  • ROGER, Claude. HEDE, son histoire, ses environs, ses promenades. Hédé : imprimé par la municipalité, 1994.