Logo ={0} - Retour à l'accueil

Les croix monumentales et calvaires de la commune de Berrien

Dossier IA29003653 réalisé en 2008
Aires d'étudesParc Naturel Régional d'Armorique
Dénominationscroix monumentale, calvaire
AdresseCommune : Berrien

Sur le territoire de Berrien, 15 croix et calvaires ont été repérés parmi lesquels 10 ont été sélectionnés. Six autres croix connues ont disparu à des époques indéterminées (Le Crann n°1 et n°2. Croaz-Allen, route de la Feuillée, carrefour Kerraden.Treusquilly. Kernévez, près de la fontaine. Croaz-ar-Bellec, route de Goastand). Ce nombre élevé s'explique, en partie, par la dimension de la commune (plus de 5 600 hectares). La carte de localisation montre une implantation prépondérante des croix sur la bonne moitié ouest de la commune correspondant à l'aire d'influence de l'abbaye du Relec. Eléments historiques Le haut Moyen Age et le 19e siècle n'ont pas laissé de croix, exceptée celle de Kernévez datée 1834. Les croix de Berrien ont été érigées entre la fin du Moyen-Age (14e et 15e siècles) et le 17e siècle. A l'exception des deux calvaires du bourg, l'absence de date et de décor sculpté ne facilite pas la datation. Les stèles christianisées Parmi ces croix, deux ou peut-être trois sont des stèles gauloises christianisées au Moyen Age : - la croix dite de Pulvigny située le long de la route entre Trédudon et Berrien ; - la croix au nord de Cozcastel signalée par l'abbé Castel en 1980 (stèle couchée dans un fossé qui portait une croix). Il est possible que la stèle tronquée de Kerraden ait également porté une croix. Les croix médiévales Les croix de Goashalec, Coasquintin et du sud de Kerraden semblent être parmi les plus anciennes, vers les 14e et 15e siècles. En l'absence de décor sculpté, il est difficile de les dater avec précision mais leur long fût chanfreiné, leurs bras courts et le sommet effilé du croisillon sont des indices de datation en faveur de cette époque. Les croix de Kerampeulven bien qu'à l'état de vestiges sont visiblement des croix médiévales, l'une au nord du village implantée à l'entrée du hameau, l'autre au sud érigée en limite de territoire sur un chaos granitique. La croix située au nord de Restidiou Bihan, à l'entrée du bois, dite Croaz Tord et dont il ne reste que le socle : bloc de granite dans lequel est creusé une encoche. Les croix post-médiévales Les croix de Kermaria et de Lestrézec (croix brisée) d'un type fruste, monolithe, à bras courts et fût légèrement chanfreiné, pourraient dater du 16e siècle comme la croix de la lande au Nord de Quinoualc'h, à la croisée des routes de Trédudon et de Berrien. Celle de Kernon, au centre du hameau, avec son Christ sommairement sculpté, date probablement du 17e siècle. A Kernévez, la croix datée 1834 remploit quelques éléments d'une croix du 16e siècle. Sa base en forme de table d'offrande est caractéristique de la première moitié du 19e siècle. Les vestiges de la croix Spern (dite Croix des trois évêchés), au nord de Trédudon, permettent de la dater du 16e siècle : les trois degrés circulaires, un socle carré plat et le départ du fût à griffes. Située sur la route ancienne qui monte vers le col en direction du Léon, elle doit son nom à sa situation, à la croisée des trois évêchés : celui de Cornouaille, du Léon et du Trégor. Elle est cassée en 1942 par les F.T.P. Les vestiges des croix du Crann sont trop lacunaires pour être datées. Au Crann Braz ne reste qu'un socle et les pierres de l'emmarchement. Au Crann Kreiz, trois blocs de pierre étaient encore visibles en 1980, lors du passage de l'abbé Castel. Typologie Les calvaires sont réservés au bourg, partout ailleurs on ne compte que des croix. Cette différence vaut également pour l'emploi des matériaux : les croix sont entièrement en granite tandis qu'on réserve la kersantite aux éléments décoratifs des calvaires. Les croix sont de deux types : à fût élancé, chanfreiné et croisillon fuselé (Goasquintin, Goassalec, Keraden) ; à fût plus massif et croisillon à branches courtes (Quinoualc'h, Kernévez, Kernon, Lestrézec). Seules les croix de Kernon, Kernévez et de Pulvigny portent un Christ en croix, les autres sont dépourvues de décor.

Période(s)Principale : Moyen Age
Principale : Fin du Moyen Age
Principale : 16e siècle
Principale : 17e siècle
Principale : 2e quart 19e siècle
Décompte des œuvres repérés 15
étudiés 10

Références documentaires

Documents figurés
  • Archives départementales du Finistère, 3 P 10. Tableau d´assemblage et cadastre parcellaire de 1836. Mercier, préfet, Blanchard, maire, Taconnet, géomètre en chef, Petit aîné, Petit jeune, Touzé et Belléguic, géomètres.

  • Archives municipales de Berrien. Copie du cadastre de 1836. Mercier, préfet, Blanchard, maire, Taconnet, géomètre en chef, Petit aîné, Petit jeune, Touzé et Belléguic, géomètres.

Bibliographie
  • CASTEL, Yves-Pascal. Atlas des croix et calvaires du Finistère. Société archéologique du Finistère, 1980, Quimper.

    p. 24-25