Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les constructions à pans de bois de la commune de Saint-Aubin-du-Cormier

Dossier IA35049245 réalisé en 2011
Aires d'études Pays de Fougères
Dénominations maison, ferme, dépendance
Adresse Commune : Saint-Aubin-du-Cormier

Il existe encore quelques constructions en pans de bois au cœur de la ville médiévale. Ce type de construction est en effet fréquent dans les centres urbains de la fin du Moyen Age en Bretagne. On rencontre encore de nombreuses maisons à pans de bois dans des villes proches de Saint-Aubin-du-Cormier telles que Vitré, Fougères ou encore La Guerche-de-Bretagne. A Saint-Aubin-du-Cormier, même si le pan de bois est dans la majorité des cas enduit ou bien recouvert d'un autre matériau (zinc), certaines maisons construites suivant cette technique (ossature en bois avec remplissage de torchis : mélange de terre et de paille, maintenu par des quenouilles/baguettes en châtaignier) existent encore place Alexandre Veillard. Il est très probable qu'avant le milieu du 19e siècle, les quatre faces de cette place aient été bordées de maisons à pans de bois ; certaines d'entre elles possédaient peut-être un porche. En effet, avant le milieu du 19e siècle et l'application du plan d'alignement (1848), au centre de cette place, s'élevaient les halles de la ville ainsi que l'église. Après la destruction de l'église et des halles, il est très probable que de nombreuses maisons à pans de bois aient été remplacées par des constructions plus récentes (seconde moitié du 19e siècle). La majorité de ces maisons date des 16e et 17e siècles bien que, dans la majorité des cas, les remaniements importants qu'elles ont subis ne permettent plus de les interpréter. Ces maisons abritaient des boutiques au rez-de-chaussée et l'étage était occupé par l'habitation du commerçant. Le rez-de-chaussée abritait un ouvroir, c'est-à-dire la pièce de travail et de fabrication de l'artisan ou du commerçant ; ce dernier habitait à l'étage avec sa famille. Cet étage d'habitation était d'ailleurs souvent un peu plus grand que le rez-de-chaussée grâce à l'encorbellement (avancée du premier étage sur la rue). La plupart des maisons à pans de bois qui subsistent dans la ville de Saint-Aubin-du-Cormier sont des maisons à pignon sur rue, c'est-à-dire que c'est le pignon (mur le moins long) de la construction qui est sur la rue. Cette disposition crée des parcelles étroites et très étirées, en forme de rectangle ; ce parcellaire en lanière est très fréquent dans les villes de la fin du Moyen Age. Cette disposition a donné l'expression "avoir pignon sur rue". Au delà du milieu urbain, en milieu rural, certains batiments sont également construits en pans de bois. Toutefois, l'usage du bois et du torchis se limite dans ces cas à des parties d'édifices : tête de pignon d'un logis ou bien dépendance de ferme.

Période(s) Principale : 16e siècle
Principale : 17e siècle
Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle
Murs bois
terre
pan de bois
Décompte des œuvres repérés 3
étudié 1

Références documentaires

Bibliographie
  • BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • BARDEL, Philippe, MAILLARD Jean-Luc. Architecture de terre en Ille-et-Vilaine. Rennes : Apogée, Ecomusée du Pays de Rennes, 2002.

  • BRAND'HONNEUR, Michel. Les mottes médiévales d'Ille-et-Vilaine. Institut Culturel de Bretagne, SKOL-UHEL AR VRO, Centre Régional d'Archéologie d'Alet, 1990.

  • CHATENET Monique, MIGNOT, Claude (dir.). Le manoir en Bretagne. 1380-1600. Paris, Caisse nationale des monuments historiques et des sites/Editions du patrimoine/Imprimerie nationale Editions, 1999.

  • FROTIER DE LA MESSELIERE, Henri. Le guide de l'Ille-et-Vilaine. Plouagat : GP Impressions-Kervaux, 1994.

  • GASNIER, Marina. Le patrimoine industriel en Ille et Vilaine (19e-20e siècles). De l'inventaire à l'histoire. Thèse : Hist. de l'art : Rennes 2, Université de Haute Bretagne : 2001.

  • GASNIER, Marina, INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE, Comission régionale Bretagne. Patrimoine industriel d'Ille-et-Vilaine. Editions du Patrimoine, 2002, (Indicateurs du patrimoine).

  • GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1884.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA France, BARRIE, Roger, RIOULT, Jean-Jacques. Région Bretagne. Les malouinières - Ille-et-Vilaine. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1997, (Images du patrimoine, n°8).

  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises d'Ille-et-Vilaine. L'architecte Arthur Regnault. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1993, (Itinéraire du patrimoine, n°34).

  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises et Chapelles, Ille-et-Vilaine. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1996, (Indicateurs du patrimoine).

  • OGÉE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Nlle éd. [1778-1780] rev. et augm. Rennes : Molliex, 1845.

  • ORAIN, Adolphe. Petite géographie pittoresque du département d'Ille-et-Vilaine pour servir de guide aux voyageurs dans Rennes et le Département. Rennes : P. Dubois Libraire-éditeur, 1884.

  • PAUTREL, Emile Notions d'histoire et d'archéologie pour la région de Fougères, 1927.

  • PEROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie. Architecture, méthode et vocabulaire. Paris : Inventaire Général des monuments et des richesses artistiques de la France, Centre des monuments nationaux/Editions du patrimoine, 2000.

  • Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic éditions 2000, 2 tomes, (Le patrimoine des communes de France).