Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les châteaux et manoirs sur la commune de Bovel

Dossier IA35002441 réalisé en 1999

Fiche

Quatre manoirs sont mentionnés par Paul Banéat ; aucun d'entre eux n'existe aujourd'hui comme tel. La Grand'maison dit aussi le Château de Bovel, situé près de l'église actuelle, a disparu. Le Bois-Denats, situé en bordure des landes d'Anast a laissé place à un château moderne. La Roche-Cotherel n'est plus qu'une ruine qui a servi de carrière pour la construction d'un nouveau château. Quant à La Harelaye (ou Harlais), il est dénaturé et à l'abandon. Deux autres demeures nobles non recensées par cet auteur ont été repérées : le Cormier et Le Boulay. Il faut y ajouter aussi les trois châteaux modernes d'époque Second empire de La Roche-Cotherel, du Bois-Denats et du Cormier dont il n'a pas tenu compte.

La répartition géographique de ces édifices partage le territoire communal en deux zones : au nord du bourg, on ne trouve que l'ancien manoir du Boulay ; toutes les autres demeures nobles sont situées sur la suite des collines qui dominent celui-ci au midi.

Le Bois-Denats, au toponyme évocateur, passe pour le lieu de résidence des mac'htierns d'Anast. La proximité d'une ligne de camps retranchés datant vraisemblablement du Xe siècle et destinés à défendre Maxent, situés sur le territoire de Campel, comme le choix du lieu par les cadets de la famille de Maure comme siège de leur fief d'Anast, démembré de la seigneurie primitive au XIIIe siècle, suggèrent une continuité temporelle, bien qu'aucun vestige archéologique in situ ne vienne donner corps à cette hypothèse.

La Roche-Cotherel fait figure, davantage que le Bois-Denats, de maison seigneuriale de Bovel. Ce grand manoir présente encore tous les éléments constitutifs d'une seigneurie des XVIe-XVIIIe siècles. Juché sur un site défensif où Banéat mentionne un camp retranché appelé le "Châtel de La Roche", le logis ruiné faisait corps avec ses communs et une métairie dans un ensemble au plan classique en U, fortifié de tours et redoutes, tandis qu'un colombier, une chapelle privative, un étang avec chaussée et moulin ainsi qu'un moulin à vent constituaient les dépendances.

A l'instar du Cormier (1579), le plus intéressant et le seul daté, les maisons nobles de La Harlaye et du Boulay semblent appartenir à une strate inférieure de l'habitat nobiliaire, celle des sieurs dotés d'un patrimoine foncier dépourvu des "honneurs" propres aux seigneuries. Précocement déclassés en ferme, ces édifices ont tous été remaniés.

Trois châteaux de plaisance enfin illustrent l'architecture manoriale du XIXe siècle : l'actuel Bois-Denats, édifié sans doute sous la Restauration, emprunte son modèle aux hôtels périurbains de l'époque ; tandis que le Cormier et la Roche-Cotherel, conçus par Arthur Regnault semble t-il, s'inspirent des châteaux des bords de Loire.

Aires d'études Ille-et-Vilaine
Dénominations château, manoir
Adresse Commune : Bovel
Période(s) Principale : 16e siècle
Principale : 17e siècle
Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Décompte des œuvres repérées 7
étudiées 0

Références documentaires

Bibliographie
  • BANÉAT, Paul. Le Département d'Ille-et-Vilaine Histoire Archéologie Monuments Rennes : Librairie Moderne J. Larcher, 1927-1929, 4 vol.

    T.I p.198-199