Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les cabanes de carriers sur la commune de Plounéour-Ménez

Dossier IA29003034 réalisé en 2007

Fiche

L´intérêt de ces infraconstructions temporaires et éphémères, jadis liées à l´extraction artisanale du schiste des monts d´Arrée et aujourd´hui en voie de disparition, réside dans leur lien direct avec le bâti traditionnel du secteur. Durant plusieurs siècles, aussi bien dans l´architecture religieuse que domestique, le recours au schiste ardoisier a été une constante lui conférant ses caractéristiques et particularités. L´ardoise a connu des utilisations très diversifiées : dallages des sols, cloisonnements intérieurs des étables et des écuries, auvents protégeant des portes, passages traversant les ruisseaux, éléments constitutifs des édifices destinés au traitement du lin (bassins et repamoirs des buanderies).

Quant à sa mise en oeuvre la plus répandue et la plus visible, celle des couvertures et dont ces cabanes de carriers sont les témoins, le déclin actuel ne cesse d´altérer la qualité d´une grande partie du patrimoine bâti du secteur lorsque restaurations ou mises en valeur doivent être envisagées.

Aires d'études Parc Naturel Régional d'Armorique
Dénominations cabane
Adresse Commune : Plounéour-Ménez

Le sous-sol schisteux des crêtes des monts d´Arrée, au sud et au sud-est de la commune de Plounéour-Ménez, a permis l´exploitation de nombreuses carrières d´ardoise dite « de montagne ». Si l'extraction est probablement antérieure au 19e siècle, ce n´est qu´à partir de la seconde moitié du 19e siècle que l´exploitation se développe de manière importante, en lien avec la vague de constructions et de reconstructions que connaît la région à cette période. Dès lors, tout le haut Léon et une partie de la Cornouaille septentrionale et du Trégor occidental s´approvisionnent dans les carrières de Plounéour-Ménez, mais aussi de Commana, de Sizun et, dans une moindre mesure, du Cloître-Saint-Thégonnec. Après 1950, le recours à ce type d´ardoise tend à devenir minoritaire. La concurrence de l´ardoise d´Angers et d´Espagne, plus fine et plus légère, permet de diminuer de manière significative le calibrage des charpentes et entraîne la fermeture progressive des ardoisières locales. Grâce aux commandes assez régulières des Monuments Historiques et, plus rarement, de particuliers, de couvreurs et d´entrepreneurs, seules quelques-unes subsistent dans les années 1980-1990. Aujourd´hui, aucune carrière n´est en activité. Lors de l´enquête (non exhaustive) de 2007, quatre sites de carrières entourés d´au moins trois cabanes chacune ont été localisés sur le territoire de la commune de Plounéour-Ménez.

Période(s) Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle

L´exploitation rudimentaire, à ciel ouvert, a marqué les crêtes et flancs nord des monts d´Arrée. Les veines d´extraction, en général de dimensions restreintes, sont rapidement épuisées et délaissées. Les déchets (débris de schiste d´extraction) étaient importants et ont façonné le paysage. Aujourd´hui, les crêtes des monts d´Arrée sont parsemées de creux abrupts, souvent remplis d´eau, et de bosses correspondant aux monticules de déchets. Un certain nombre de petits abris construits en moellon de schiste, lorsqu´ils ne sont pas recouverts de végétation, sont encore visibles. Ces cabanes de taille restreinte (5 à 10 m² environ) servaient d´abris temporaires aux carriers lors des intempéries. De plan circulaire, elles sont couvertes d´une voûte en pierres sèches. L´intérieur se résume à une pièce rectangulaire ou circulaire aux murs creusés de niches murales. Une petite cheminée complète parfois l´ensemble. Situés à proximité des veines d´extraction du schiste, ces abris sont reliés aux carrières par des sentiers bordés de murets en pierre sèches.

Murs schiste
moellon
Décompte des œuvres repérés 12
étudiés 2

Références documentaires

Bibliographie
  • COLLECTIF. Les derniers ardoisiers de Commana. Dans : Ar Men, n° 39, 1991.

    p. 2-15
  • GALL, Thomas. Enquêtes et informations orales (2007).