Logo ={0} - Retour à l'accueil

Le patrimoine mobilier de l'église Sainte-Trinité, Saint-Augustin (Plerguer)

Dossier IM35021612 inclus dans Eglise paroissiale Sainte-Trinité, Saint-Augustin (Plerguer) réalisé en 2006

Fiche

Œuvres contenues

L'ancienne église de Plerguer était composée d'une nef à chevet droit et de deux chapelles. Devenue vétuste, sa destruction est décidée en 1855 et un an plus tard les travaux d'édification de la nouvelle commencent. Le chantier se termine en 1861.

Peu de traces subsistent de l'ancienne église de Plerguer. Dans le bras sud du transept on peut lire un bas relief qui mentionne l'existence de l'ancienne chapelle dédiée au Rosaire : "En l'an 1637, messire Pierre Boutvillain, sieur recteur a fait ses frais à la chapelle au saint Rosaire". En contrepartie, le dit recteur demande à être inhumé dans la chapelle. Il reste une seule dalle funéraire, datée de 1765, alors que Guillotin de Corson signale de nombreuses dalles dans l'ancienne église. Devant le maître-autel il y avait une tombe portant en relief un écusson écartelé de Chateaubriand et du Guesclin et d'autres tombes sont mentionnées (aux armes des seigneurs de Seven et de la chapelle-auclair en saint-Georges de Gréhaigne). Le fichier Bourde de la Rogerie mentionne l'intervention de deux brodeurs pour la confection de bannières de procession : Julien Delourmel et Julien Le Breton en 1675.

Ainsi, le mobilier est contemporain de la construction de l'église.

L'ensemble du mobilier de l'église est homogène, sans être d'une qualité exceptionnelle (les retables, le maître-autel), on peut cependant mettre en valeur les confessionnaux latéraux qui, par leurs structures, sont à la fois des confessionnaux et des lambris de demi-revêtement. Leur agencement est rare. Deux artistes du département ont participé au programme de sculpture de l'église : Valentin, auteur des autels et des statues qui les ornent, et Charles Goupil, auteur de la Trinité ornant le porche ouest de l'église, et de la Vierge conservée dans la niche du chevet.

Pour ce qui est des verrières, le projet de construction de 1856 ne les prévoyait pas. C'est le maire d'alors, Gustave de Gouyon de Beaufort, qui propose d'en faire don à la commmune en seule contrepartie, d'y insérer ses armoiries familliales, comme l'étaient celles de ses ascendants -fondateur de l'église- sous l'ancien régime, placées sur la maîtresse-vitre de l'ancienne église. C'est pourquoi, l'on retouve sur les baies des bras du transept les armoiries des familles Gouyon de Beaufort et Querhoënt.

L'église de Plerguer conserve de belles pièces d'orfèvrerie :

La plus ancienne est un ciboire réalisé par l'orfèvre parisien Séverin Parissy. Les poinçons permettent de le dater de 1783. Des médaillons en émail polychrome, semblables à ceux du calice de l'orfèvre Antoine Jolivet, conservé aussi à Plerguer, ont été visés cachant des motifs de blé préexistants. Le réemploi dont il a fait l'objet lui apporte un intérêt ethnologique en plus de l'intérêt historique et esthétique qu'il posséde, bien qu'étant de facture classique. D'autres pièces du début du 19e siècle sont à signaler. Plusieurs réalisations de Jean-Ange Loque, orfèvre prolifique, dont on trouve beaucoup de ses pièces en Ille-et-Vilaine, sont conservées à Plerguer dont une croix de procession, un calice et un ciboire. Nicolas-Chrysostome Cavet, orfèvre à la fin du 18e siècle et au début du 19e siècle, est l'auteur d'un calice. Ces pièces d'orfèvrerie du début du 19e siècle pourraient être inscrites à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques ainsi que le ciboire réalisé par Jean-Baptiste Famechon.

Parties constituantes non étudiéescroix de procession, voile huméral, voile huméral, voile huméral, chasuble, chasuble, manipule, chandelier d'église, statue, ciboire, boîte à hosties, conopée, ciboire, patène, patène, calice, boîte de calice, navette à encens, calice, boîte de calice, groupe sculpté, statue, statue, statue, statue, statue, statue, lambris de demi-revêtement, confessionnal, autel, retable, degré d'autel, tabernacle, autel, retable, degré d'autel, tabernacle, conopée, autel, retable, tabernacle, degré d'autel, gradin d'autel, conopée, statue, lambris de demi-revêtement, stalle, statue, plaque commémorative, statue, colonne, chaire à prêcher, statue, clôture de chapelle, verrière, chandelier d'église, conopée, conopée, pale, bénitier, patène, statue, dalle funéraire, relief, statue, statue, dalle funéraire, meuble de sacristie, chasublier, chandelier de choeur, conopée, banc, claquoir, calice, boîte de calice, harmonium, croix, croix, banc, fonts baptismaux, couvercle des fonts baptismaux, croix de procession, dalle funéraire, boîte, chandelier d'église, chandelier d'église, bannière de procession, bénitier, banc, autel, chapiteau, chemin de croix
Aire d'étude et cantonIlle-et-Vilaine - Châteauneuf d'Ille-et-Vilaine
LocalisationCommune : Plerguer

Références documentaires

Bibliographie
  • BANÉAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine. Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1927 ; reprint, Mayenne : Editions Régionales de l´Ouest, 1994.

    t. 3, p. 113 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1885.

    t. 5, p.477
  • POCQUET DU HAUT-JUSSÉ, Bertrand. Le mobilier religieux du XIXe siècle en Ille-et-Vilaine. Bannalec : imprimerie Régionale, 1985.

    p. 298 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • TREVINAL, Maurice. Histoire générale de Plerguer.

    t. 2, p. 69, 228
  • Fichier Bourde de la Rogerie. Artiste, artisans, ingénieurs… en Bretagne. Rennes : APIB, 1998.

    02244, 05010
  • Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic Editions, 2000. (Le patrimoine des communes de France).

    t. 1, p. 408 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)