Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Le patrimoine archéologique de la commune de Saint-Rivoal

Dossier IA29003348 réalisé en 2008

Fiche

Á rapprocher de

Les hauteurs des Monts d´Arrée n´ont certainement pas laissé indifférents les peuples de la préhistoire et parmi celles-ci le Menez Mikel n´est pas la moindre. Lieu d´observation par excellence, lieu de culte à toutes les époques, il se trouve entre les alignements de menhirs de « an Eured vein » en Brasparts et le menhir de Roquinarc´h. La présence néolithique est attestée par la découverte d´une hache polie en fibrolite au sud-sud-ouest du mont, sur le G.R. 380-37 (Le Goffic, 2005).

C´est à J.-M. Bachelot de la Pylaie que nous devons les premiers renseignements archéologiques sur le menhir de Roquinarc´h, haut de quinze pieds environ (soit 4, 95 m) et, en parlant de la montagne :

« ...entre son point culminant formé par le piton de rochers nommé le Cléguer, et un autre rocher à l´ouest nommé Roc´h ar vran, le rocher des corbeaux, je découvris deux espèces de cromlechs, un petit carnedd ou amas celtiques, et deux menhirs. Ces monuments sont au sud du mont Saint-Michel. » Si les derniers monuments cités par l'auteur ont disparu ou tout du moins n´ont pas été retrouvés depuis, le menhir de Roquinarc´h encore appelé Roc´h sonn (la roche debout) ou Men an diaoul (la pierre du diable) est toujours à sa place originelle, même s´il fut atteint par la foudre dans les années cinquante, ce qui ne l´empêcha pas d´être classé parmi les monuments historiques le 27 mars 1961. La partie sommitale resta au pied du menhir jusqu´en avril 2007, époque à laquelle l´agriculteur exploitant la parcelle déplaça le bloc en limite de parcelle, mais une restauration prochaine devrait rendre à ce menhir son aspect d´antan. Il a été érigé à une altitude de 280 m, non loin de la source du Roquinarc´h, ruisseau ainsi dénommé par Camille Vallaux, qui se répand dans un talweg orienté est-ouest et à 450 m de la limite de l´interfluve qui se trouve entre le Menez Mikel et le Tuchenn Kador. Ce petit col constitue une voie de passage ouest-est vers l´Ellez et une large dépression occupée par une vaste tourbière, le Yeun Ellez.

L´âge du bronze est seulement connu par un tumulus à Lost ar C´hoat qui semble avoir été fouillé au début du XXe siècle, car les notes de l´Institut Finistérien d´Etudes Préhistoriques nous apprennent qu´il comporte un caveau maçonné. Les prospections réalisées plus récemment ont montré l´existence d´une petite concentration de tombelles ou de petits tumulus entre Croaz-Oannec et Parc-ar-Zont (Briard et alii, 1994) qui fait partie de la vaste nécropole du Roc´h Caranoet qui se trouve sur ce versant sud de la crête des Monts d´Arrée et dont quelques éléments ont été fouillés au début du XXe siècle, révélant leur appartenance à l´âge du bronze.

Une enceinte a été signalée à Stumenven, que l´on ne peut rapporter à une période quelconque en l´absence de tout élément datant et qui pourrait tout aussi bien être de l´âge du fer, de l´Antiquité ou du Moyen Age. Ces périodes ont d´ailleurs laissé peu de traces bien qu´une voie antique menant de Quimper à Morlaix ait traversé le territoire de la commune passant près de Bodenna, puis par Kernevez et Linguez ; elle fut empruntée plus tardivement par les pèlerins du Tro Breiz. Une autre voie ancienne connue sous le nom de « chemin du comte » forme la limite septentrionale de la commune. Le seul vestige pouvant se rapporter à ces périodes est une meule à grain qui fut trouvée anciennement à Goarimic. Un toponyme est révélateur d´une présence gallo-romaine à l´est de Bodingar où deux parcelles portent de nom de Koz-moguerou (les vieux murs) traduisant très vraisemblablement un habitat antique.

Bibliographie

BACHELOT DE LA PYLAIE J.-M., 1848 - Etudes archéologiques et géographiques mêlées d´observations et de notices diverses, Bruxelles ; réédition Société Archéologique du Finistère, Quimper, 1970, 570 p, p.245 et 247-248.

BRIARD, J., LE GOFFIC, M., ONNEE, Y., 1994 - Les tumulus de l'Age du Bronze des Monts d'Arrée. Ed. Institut Culturel de Bretagne-Skol-Huel ar Vro - Laboratoire d'Anthropologie-Préhistoire (U.P.R. C.N.R.S. 403) Université de Rennes I C.N.R.S. , 96 p.

LE GOFFIC M., 2005 - An Eured Vein, la noce de pierres de Brasparts (Finistère). Bulletin de la Société archéologique du Finistère, CXXXIV, p. 37-47.

Dénominations menhir, tumulus, enceinte
Aire d'étude et canton Parc Naturel Régional d'Armorique - Pleyben
Adresse Commune : Saint-Rivoal
Période(s) Principale : Néolithique
Principale : Age du bronze
Principale : Gallo-romain

Site des Monts d'Arrée (site pluricommunal) : toute la commune est en site inscrit (arrêté du 10 janvier 1966).

Statut de la propriété propriété publique
propriété privée

Annexes

  • 20052904571NUCB : Archives départementales du Finistère, 2 Fi 16.