Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Le patrimoine archéologique de la commune de Brennilis

Dossier IA29003365 réalisé en 2008

Fiche

C´est à l´occasion d´un stage d´archéologie consacré au Mésolithique sous la direction de P. Gouletquer que le site de la Presqu´île, en bordure du lac de Brennilis, a été découvert et prospecté méthodiquement. Il s´agit d´un habitat du Mésolithique final (Ve-VIe millénaire avant J.C.) caractérisé par une grande variété de roches utilisées pour la confection de l´industrie : silex, ultramylonite, quartzite calcédonieux, phtanite, grès lustré, calcédoine, quartz. Ceci traduit des provenances diverses des matériaux, à plusieurs dizaines de kilomètres à la ronde, ce qui n´a rien d'étonnant pour ces groupes de nomades chasseurs, pêcheurs et cueilleurs. L´outillage est particulièrement marqué par la présence d´abondants trapèzes, réalisés par double troncature de lamelles, qui constituaient les armatures de flèches (Gouletquer et al., 1996).

Du Néolithique datent plusieurs mégalithes. Quelques menhirs ont disparu comme celui de Park ar men sao au sud-est de Kermorvan et celui non retrouvé signalé par P. Du Chatellier à 600 m au nord-est de Bellevue. Cependant, même s´il n´en reste plus qu´un seul debout, l´alignement de menhirs de Leintan comporte toujours six pierres disposées selon une direction NE-SO. Un petit menhir se trouve engagé dans un talus au nord-est de Kermorvan dans Parc liven (parcelles C 133-134), au départ d´un vallon où prend sa source un affluent du Goaz-Glaz. Cependant, le mégalithe le plus intéressant est sans conteste la sépulture de Ti ar Boudiged. Fouillée par son ancien propriétaire, le vicomte de Kerret, elle a été l´objet d´une campagne de fouille de restauration et de mise en valeur par le service départemental d´archéologie (Le Goffic, 1994). Selon la classification de J. L´Helgouac´h, il s´agit d´une sépulture en « V » encore incluse dans son tertre piriforme limité par un péristalithe formé d´orthostates verticaux et jointifs. La fouille de contrôle a livré un mobilier céramique du type Conguel supérieur et les tessons de plusieurs vases type SOM (Néolithique final), les charbons de bois datant la construction entre 3500 et 3050 avant J.C. La ruine du monument a dû intervenir précocément entre 2500 et 2000 avant J.-C. comme en témoignent les tessons de vases campaniformes trouvés sur les dalles du péristalithe abattues. De plus, quelques dalles de couverture ont sans doute été empruntées pour confectionner un caveau à l´Âge du bronze. Une datation du Bronze moyen (entre 1407 et 1080) a été réalisée sur des charbons de bois récoltés à l´extérieur du monument.

Tout comme dans les communes voisines l´Âge du bronze est bien représenté par des sépultures sous tumulus (Briard et al., 1994). Une première concentration se trouve au nord-est de Leintan et comprenait 7 tumulus et une enceinte aujourd´hui disparue. Les sépultures ont été fouillées par P. Du Chatellier. L´un d´eux a fourni un poignard en bronze à 6 rivets dans son fourreau de bois et un vase à quatre anses, deux autres ont livré au fouilleur des vases écrasés ; l´un deux contenait un oursin fossile. Un autre groupe de trois tumulus se trouve en limite de commune au sud de Kerberou (parcelles A 829 et 831). Une paire de tumulus a été inventoriée à l´est de Kermorvan (parcelles D 548 et 552). Enfin, à Plouenez (ou Ploénez), près de Karaes-Vihan, se trouve un tumulus et un coffre. Lors des fouilles du village médiéval déserté de Karaes-Vihan furent reconnues des traces d´un habitat de l´Âge du bronze.

L´Âge du fer est assez peu représenté puisque l´on ne connaît qu´un site d´habitat assuré à Nestavel révélé par la présence d´un souterrain laténien. Il est, en effet, difficile de dater certains enclos comme celui au nord-est de Leintan ou ceux de Kergaradec et de Keriou qui peuvent tout aussi bien être médiévaux (Kernevez, 1997).

La voie antique de Carhaix (Vorgium) à Landerneau-Brest forme la limite nord-est de la commune avec Huelgoat sur 2 km et il eut été étonnant qu´aucun site gallo-romain n´ait été répertorié sur le territoire de la commune. Lors des fouilles de Karaes Vihan, à 500 m de la voie, des tuiles romaines (tegulae) ont été mises au jour témoignant de l´existence d´un habitat antique. Sensiblement à la même distance de la voie, à Penhars furent aussi découvertes des tuiles ainsi qu´une urne cinéraire.

Le village médiéval déserté de Karaes Vihan a été l´objet de fouilles programmées durant huit années sous la conduite de M. Batt (Le Roux, 1990). Ce village comprend dix bâtiments construits en pierre sèche, chaque construction possédant une unique porte et celles à usage d´habitation étant des 'maisons mixtes', c´est-à-dire destinées à accueillir humains et animaux.. L´un des bâtiments avait été judicieusement établi entre deux énormes blocs de granite dégagés par l´érosion et qui constituaient les pignons. Le mobilier mis au jour est essentiellement constitué de poterie onctueuse datable du XIe au XIVe siècle. C´est donc une fréquentation épisodique qu´a connu ce site après une occupation à l´Âge du Bronze puis durant l´Antiquité.

C´est également du Moyen Âge que datent certaines ellipses de défrichement dont deux sont parfaitement conservées, l´une au nord de la tourbière du Venec, l´autre au nord-ouest de Kergaradec.

Bibliographie :

BRIARD, J., 1984 - Les tumulus d'Armorique. L'Âge du Bronze en France -3. Editions Picard, 304 p.

BRIARD, J., LE GOFFIC, M., ONNEE, Y., 1994 - Les tumulus de l'Âge du Bronze des Monts d'Arrée. Ed. Institut Culturel de Bretagne-Skol-Huel ar Vro - Laboratoire d'Anthropologie-Préhistoire (U.P.R. C.N.R.S. 403) Université de Rennes I C.N.R.S., 96 p.

DU CHATELLIER P., 1897. Exploration sur les montagnes d´Arrhées et leurs ramifications, années 1895-1896. Mém. Soc. Emulation Côtes-du-Nord, XXV, 51-112 et brochure, Guyon, Saint-Brieuc, 64 p.

DU CHATELLIER P., 1907 - Les époques préhistoriques et gauloises dans le Finistère, 2ème édition, Paris, Rennes, 347 p.

GOULETQUER, P., KAYSER, O., LE GOFFIC, M., LEOPOLD, P., MARCHAND, G., MOULLEC, J.-M., 1996 - Où sont passés les Mésolithiques côtiers bretons ? Bilan 1985-1995 des prospections de surface dans le Finistère. Revue Archéologique de l'Ouest, 13, p. 5-30.

KERNEVEZ P., 1997. Les fortifications médiévales du Finistère, mottes, enceintes et châteaux. Patrimoine archéologique de Bretagne, Institut Culturel de Bretagne, p. 49.

LE GOFFIC, M., 1994 - Le dolmen de Ti ar Boudiged en Brennilis. Bulletin de la Société Archéologique du Finistère, CXXIII, p.131-162.

LE ROUX, C.-T., 1990. Informations Gallia, Editions du CNRS, p. 19-20.

Dénominations site archéologique
Aire d'étude et canton Parc Naturel Régional d'Armorique - Pleyben
Adresse Commune : Brennilis
Période(s) Principale : Mésolithique
Principale : Néolithique
Principale : Age du bronze
Principale : Age du fer
Principale : Gallo-romain
Principale : Moyen Age
Sites de protection site inscrit, parc naturel régional