Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Le mobilier de l'église paroissiale Sainte-Croix

Dossier IM29003990 inclus dans Église paroissiale Sainte-Croix, rue de la Paix (Quimper) réalisé en 2001

Fiche

Œuvres contenues

Parties constituantes non étudiées verrière, confessionnal, autel, clôture de choeur, objet de dévotion sous globe, pupitre, lutrin, siège de célébrant, prie-Dieu, horloge, statue, groupe sculpté, bannière de procession, chandelier, chemin de croix, croix d'autel, croix de procession
Aire d'étude et canton Quimperlé - Quimperlé
Localisation Commune : Quimperlé
Adresse : Rue de la Paix

39 objets ou ensembles d'objets ont été traités dans un dossier individuel et 30, dont la liste figure ci-dessous, ont été repérés. Bien que d´un intérêt patrimonial majeur, trois objets seulement sont directement et avec certitude liés à l´édifice : le tombeau de l´abbé Gurloës, fondateur de l´abbaye, le grand retable en calcaire (16e et 18e siècle) et les lambris et le mobilier de la sacristie fabriqués en 1704 par le sculpteur et menuisier Pierre le Dieu. A la fin du 17e siècle, Placide Le Duc, religieux bénédictin et auteur d´une histoire de l´abbaye, mentionne l´existence d´oeuvres dont ne subsistent pas de traces. C´est sous l´abbatiat de Henry de Lespervez (1412-1453) que l´édifice est doté d´un grand nombre de meubles et d´objets parmi lesquels figurent, en 1441, des orgues, une « image » en albâtre, un grand autel et une statue de la Vierge de Pitié en bois. A la même époque, Henry de Lespervez commande des pièces d´orfèvrerie en argent doré, fait renouveler le mobilier liturgique (chaire, sièges) et mettre en place un grand autel "en forme de pyramide" ainsi que des autels secondaires et des tableaux. L´abbé Guillaume de Villeblanche (1457-1483) fait apposer ses armoiries sur des verrières, preuve de l´existence de vitraux anciens. Sous l´abbatiat de Daniel de Saint-Alouarn (1520-1553) sont renouvelées les boiseries de l´orgue et de la sacristie et acquises des pièces d´orfèvrerie dont un calice et un reliquaire en vermeil. Pour les 17e et 18e siècles, les archives mentionnent l´intervention de nombreux artistes et artisans qui renouvellent ou réparent le mobilier en place. Parmi eux figurent Avignon, auteur, en 1656, d´un tableau de Saint Joseph. Jacques Boyvaux du Mesnil, facteur, répare en 1666 les orgues de l´église, instrument qui sera refait par Jean Brocard en 1702. Le peintre Rome réalise vers 1660 des « peintures à la fresque ». Boullemer, orfèvre de Rennes, est rémunéré en 1732 pour la fabrication de burettes. Pierre Sebois, menuisier et sculpteur originaire de Saint-Malo, réalise entre 1732 et 1741, des lambris et des sculptures du choeur ainsi que les boiseries de la salle capitulaire. Le fondeur et dinandier parisien Jean-Baptiste Le Claire est vers 1740, l´auteur de six chandeliers et d´une croix. La chute de la tour en 1862 entraînant l´effondrement d´une grande partie de l´édifice est à l´origine de la disparition d´un certain nombre d´oeuvres parmi lesquelles figurent des retables, la chaire à prêcher ainsi que des statues et des tableaux. A la suite de ce sinistre, l´ensemble du mobilier monumental est renouvelé dans le style néo-roman en rappel au monument, notamment le maître-autel et les autels latéraux en marbre ainsi que l´orfèvrerie provenant, pour l´essentiel, de l´atelier parisien Poussielgue-Rusand. Une statue en plâtre de style saint-sulpicien a été fabriquée dans l´atelier Boner-Plénel à Rennes. Quant à l´orfèvrerie, le trésor de Sainte-Croix est constitué d´une dizaine de pièces de qualité parmi lesquelles trois ont été fabriquées par des orfèvres bretons, Christophe Cordé, Pierre Cordé et Benjamin Febvrier, tous actifs durant la seconde moitié du 18e siècle. Quant à la collection de statues actuellement en place, elle n´a que peu de rapport avec l´édifice mais est le résultat de mises en place tardives et circonstancielles. Ainsi, la « mise au tombeau » du 15e siècle, aujourd´hui une pièce majeure du mobilier de l´église, provient-elle de l´ancien couvent de dominicains de la ville. Un certain nombre d´oeuvres anciennes proviennent d´autres édifices de la commune, notamment de la chapelle Saint David, de l´ancienne église de Lothéa ou de l´église Notre-Dame.

Auteur(s) Auteur : Boner-Plénel, fabricant de statues
Auteur : Poussielgue-Rusand Placide, orfèvre

Annexes

  • Liste des oeuvres repérées (avec renvoi aux illustrations)

    ENSEMBLE DE TROIS VERRIERES (sainte Croix, Sacré-Coeur de Jésus, Sacré-Coeur de Marie), chevet du choeur, 2e moitié 19e siècle.

    Fig. 3, 4, 5.

    ENSEMBLE de deux AUTELS, marbre, 2e moitié 19e siècle.

    Fig. 10.

    CONFESSIONNAL, châtaignier, fin 19e siècle.

    ENSEMBLE de deux CONFESSIONNAUX, châtaignier, 2e moitié 19e siècle.

    CLOTURE DE CHOEUR, fer forgé peint, milieu 19e siècle.

    Fig. 11-12.

    PUPITRE (vestiges), châtaignier, inscription "AUDITE ET FACITE", 2e moitié 19e siècle (?).

    Fig. 16.

    LUTRIN, châtaignier, 2e moitié 19e siècle.

    SIEGE de CELEBRANT, châtaignier, 2e moitié 19e siècle.

    Fig. 13.

    ENSEMBLE de deux SIEGES, châtaignier, 2e moitié 19e siècle.

    Fig. 14.

    ENSEMBLE de deux PRIE-DIEU, châtaignier ciré, 2e moitié 19e siècle.

    Fig. 15.

    HORLOGE, bois noirci et clair, cadran émail : Lorient, Langrée, 19e siècle.

    HORLOGE, bois noirci, cadran en émail, Le Moal, Quimper, 19e siècle.

    STATUE de saint Antoine de Padoue, plâtre polychrome, 19e siècle.

    STATUE de saint Dominique, plâtre polychrome, 2e moitié 19e siècle.

    STATUE de saint François d´Assise, plâtre polychrome, 2e moitié 19e siècle.

    STATUE de saint Gurloës, kersantite, 19e siècle.

    Fig. 8.

    STATUE de saint Gurthiern, kersantite, 19e siècle.

    Fig. 9.

    STATUE de saint Jean-Baptiste, plâtre polychrome, 19e siècle.

    STATUE de saint Joseph, plâtre polychrome, 2e moitié 19e siècle.

    STATUE de saint Roch, plâtre polychrome, 2e moitié 19e siècle.

    STATUE de la Vierge dite N.D. de Lourdes, plâtre polychrome, signée BONER-PLENEL, Rennes, 2e moitié 19e siècle.

    Fig. 7.

    GROUPE de sainte Anne et la Vierge, plâtre polychrome, 2e moitié 19e siècle.

    BANNIERE (Vierge, Sacré-Coeur), tissu peint, fin 19e siècle.

    Fig. 6.

    CHEMIN DE CROIX, terre cuite (?) polychrome, déposé au sol (en 14 parties), 19e siècle.

    Fig. 18.

    ENSEMBLE de 12 CHANDELIERS, bronze doré et émaux, atelier Poussielgue-Rusand, Paris, fin 19e siècle.

    Fig. 19.

    ENSEMBLE de 12 CHANDELIERS, bronze ou bronze doré, fin 19e siècle.

    CROIX D´AUTEL, bronze doré, émaux, cristal de roche, Poussielgue-Rusand, Paris, fin 19e siècle.

    CROIX DE PROCESSION, bronze argenté, fin 19e siècle.

    CROIX DE PROCESSION, bronze argenté, fin 19e siècle.

    OBJET DE DEVOTION SOUS GLOBE (statuette de l´Enfant Jésus), fin 19e ou début 20e siècle.

    Fig. 17.

Références documentaires

Bibliographie
  • BOURDE DE LA ROGERIE, Henri. Artistes, artisans, ingénieurs en Bretagne. A.P.I.B. (Association pour l´Inventaire de Bretagne), Bruz, 1998.

  • CASTEL, Yves-Pascal. Le mobilier religieux de Sainte-Croix, la statuaire et l'orfèvrerie. Dans L´Abbaye de Sainte-Croix de Quimperlé, des origines à la Révolution. Actes du colloque de Quimperlé, 1998. Centre de recherches bretonnes et celtiques, université de Brest. Association des amis de l´abbaye de Sainte-Croix. Quimperlé, 1999.

    p. 233-254
  • LE DUC, dom Placide. Histoire de l´abbaye de Sainte-Croix de Quimperlé. Ed. R.-F. Le Men. Quimperlé, 1863.