Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Le décor des cheminées de Louvigné Communauté

Dossier IA35048620 réalisé en 2009

Fiche

Voir

Aires d'études Pays de Fougères
Dénominations édifice non identifié

Au cours des siècles, la cheminée va globalement évoluer d'une forme très élaborée, voire luxueuse, héritée des manoirs, à une forme beaucoup plus discrète. Le conduit adossé au pignon déborde largement dans le comble au 17e siècle. Dans les fermes du 19e siècle, le conduit est quasiment invisible à l'étage. La hotte de cheminée est aussi de moins en moins profonde. Elle servait autrefois de fumoir, ce qui nécessitait un grand volume de l'avaloir. Souvent surdimensionné, il provoquait un retour des fumées et un mauvais tirage. Une planche posée sur deux chevilles à l'intérieur du manteau renvoyait la fumée vers le foyer. Des niches, plus ou moins nombreuses, occupent la cheminée jusqu'au 18e siècle. Le cendrier au niveau de l'âtre, permet de conserver des braises durant la nuit, pour le feu du lendemain, le trou à sel le tient à l'abri de l'humidité, une niche peut servir à loger un pot à lait pour le faire cailler. Les niches situées à l'extérieur du manteau sont le plus souvent destinées à accueillir des lampes à huile ou des chandelles. L'apparition au 20e siècle de la cuisinière en fonte va faire évoluer le rôle et la forme des cheminées. On trouve alors des cheminées plus petites qui ne servent plus qu'au chauffage. Souvent conservée lors de remaniements du bâtiment, la cheminée a pu aussi être reconstruite ou réduite, sans que la maison ne soit modifiée. Elle peut donc être plus ancienne (exemple de la Grande Maison à Louvigné-du-Désert) ou plus récente que la maison. Enfin, elle peut provenir d'un autre édifice, comme c'est le cas d'une très belle cheminée se trouvant au Haut Montlouvier à Louvigné-du-Désert et provenant de la Sentelais sur la même commune. A la fin du 17e siècle, et surtout au 18e siècle, on trouve de petites cheminées recouvertes de boiseries, c'est le cas par exemple à la Haute Vairie à Mellé et du presbytère de Monthault.

Période(s) Principale : 17e siècle
Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle

A l'intérieur des logis, la cheminée constitue souvent le seul élément du décor. De dimensions parfois imposantes, chaque élément composant la cheminée peut faire l'objet d'un décor : linteau, piédroit, corbeaux, corniche. Le fond de l'âtre est réalisé en pierre de taille. Jusqu'au 17e siècle, les piédroits sont en général chanfreinés et amortis en tête humaine parfois sommairement sculptée. Il y a souvent une tête de chaque côté, ces têtes représentent le maître et la maîtresse de maison. Mais on rencontre assez souvent sur le territoire une seule tête et de l'autre côté une forme géométrique, c'est le cas par exemple aux Alleux, à Lozier ou à la Biheudais à Louvigné-du-Désert ou à la Frilouze à Poilley. La présence d'une seule tête humaine peut être liée à une maison de prêtre. Le bas du piédroit peut également être décoré. Il s'agit souvent d'un décor de simples formes géométriques, mais on peut également trouver des coquilles (cheminée de la Sentelais à Louvigné-du-Désert par exemple), des fleur de lys ou même un calice (à Lozier, Louvigné-du-Désert). Les piédroits sont composés de colonnes quant il s'agit de cheminées d'étage, mais dans quelques cas rares on en trouve au rez-de-chaussée. Le linteau est parfois orné d'une corniche, dans ce cas c'est le signe d'une cheminée datant probablement du 16e siècle. La plupart du temps, les linteaux sont monolithes et présentent quelquefois un décor : le plus souvent il s'agit d'un écu aux armes d'une famille (la Porte à Villamée, Lozier à Louvigné-du-Désert), d'un calice (maison de l'évêché à Poilley), d'une inscription avec date, mais il peut aussi y avoir une véritable scène. Par exemple, la cheminée provenant de la Sentelais à Louvigné-du-Désert représente saint Michel terrassant le dragon. Quant à la cheminée située au manoir de la Haussière à Louvigné-du-Désert, datant du 16e siècle, il s'agit d'un exemple assez unique sur le territoire. En effet, elle ressemble à une cheminée de château de la Rennaissance, son linteau présente notamment un décor en plis de serviette. Les corbelets ont également un décor variable, mais ils sont le plus souvent soient à multiples ressauts ou en forme de prisme parfois orné d'un cordon (exemple des Alleux à Louvigné-du-Désert ou de la Haute Meslerais à Villamée). Jusqu'au 18e siècle, les corbelets débordent parfois beaucoup du parement extérieur.

Toits ardoise
Murs granite
moellon
pierre de taille
Décompte des œuvres repérées 50
étudiées 10

Annexes

  • 20093505136Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 174_35_74_012.

    20093505137Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 174_35_74_012.

    20093501735Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 162_35_75_017.

    20093501737Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 162_35_75_018.

    20093501738Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 162_35_75_018.

    20093501857Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 162_35_75_048.

    20093501858Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 162_35_75_048.

    20093501886Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 162_35_75_054.

    20093501981Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 162_35_75_072.

Références documentaires

Bibliographie
  • DUCOURET, Jean-Pierre, LAISIS C., HAMON Françoise, TOSCER Catherine. L'habitat rural en Pays de Fougères.

  • BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • CHATENET Monique, MIGNOT, Claude (dir.). Le manoir en Bretagne. 1380-1600. Paris, Caisse nationale des monuments historiques et des sites/Editions du patrimoine/Imprimerie nationale Editions, 1999.

  • FROTIER DE LA MESSELIERE, Henri. Le guide de l'Ille-et-Vilaine. Plouagat : GP Impressions-Kervaux, 1994.

  • GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1884.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • OGÉE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Nlle éd. [1778-1780] rev. et augm. Rennes : Molliex, 1845.

  • MAUPILLE, M., L. Louvigné-du-Désert et ses environs. Reproduction en fac-similé de l'édition de Rennes : Imprimerie C. Catel, 1877, Paris : Res Universis, 1992.

  • ORAIN, Adolphe. Petite géographie pittoresque du département d'Ille-et-Vilaine pour servir de guide aux voyageurs dans Rennes et le Département. Rennes : P. Dubois Libraire-éditeur, 1884.

  • PEROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie. Architecture, méthode et vocabulaire. Paris : Inventaire Général des monuments et des richesses artistiques de la France, Centre des monuments nationaux/Editions du patrimoine, 2000.

  • Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic éditions 2000, 2 tomes, (Le patrimoine des communes de France).