Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

La ville de Châteaulin (Châteaulin)

Dossier IA29005582 inclus dans Quartier de la plaine (Châteaulin) réalisé en 2013

Fiche

Œuvres contenues

Dénominations ville
Aire d'étude et canton Parc Naturel Régional d'Armorique - Châteaulin
Adresse Commune : Châteaulin

La création et le développement de la ville de Châteaulin n'échappe pas à un phénomène commun à plusieurs villes européennes : à partir d'un site défensif la ville s'adapte à la topographie et se développe en intégrant les contraintes du relief et des voies de communication souvent anciennes ; confirmant ainsi la corrélation entre ville et circulation.

Intégrée à un réseau de communication instauré depuis au moins l'époque romaine, entre Carhaix et la presqu'île de Crozon et entre le nord et le sud de la partie occidentale de la péninsule bretonne, la ville de Châteaulin a tiré son premier développement de sa fonction de surveillance et de contrôle, depuis un éperon rocheux, des gués permettant le passage de l'Aulne.

A la fin du 18e siècle et début du 19e siècle on passe d'un développement urbain plus ou moins spontané et irrégulier à un développement planifié et régulier mais toujours contraint par la topographie particulière d'un fond de vallée bordé par des falaises de schiste. La modification et l'adaptation des axes de communication à de nouveaux flux engendrent une transformation de la morphologie de la ville.

La traversée de ville (grand'rue) est financée en 1762 par les États de Bretagne. Son tracé est rectifié, élargit et la voie est pavée. Le pont habité, jugé dangereux, et détruit par une crue, est reconstruit en 1824 : cela entraîne une modification importante de ses abords. La route royale est modifiée dans les années 1840 afin de ne plus être tributaire de la déclivité importante de la rue Notre-Dame : son nouveau tracé bénéficie des chemins de halage nouvellement constitués suite à la canalisation de l'Aulne ; canalisation, projetée dès 1808, qui a eu une incidence majeure dans le développement urbain de Châteaulin (modification du lit de l'Aulne, création de chemin de halage, transformation de zone humide en prairie, création des quais, axes nouveaux de circulation, alignement des façades).

La fonction administrative de la ville de Châteaulin participe aussi à son développement au cours des siècles. Les travaux de la Constituante en 1790-1791 sur l'organisation administrative de la France intègrent les relations existantes dans le réseau urbain hérité ; que ces relations soient administratives, politiques ou judiciaires. Cependant, si l'appareil administratif consolide les hiérarchies héritées du passé, il n'est pas en lui-même un gage d'essor.

L'habitat longeant les quais est essentiellement bâti au cours du 19e siècle. Ces immeubles de rapport, composés d'un commerce en rez-de-chaussée, pouvaient héberger plusieurs familles. Selon Louis René Villermé, médecin, un logement de deux pièces est jugé convenable en 1840 lorsqu'une famille peut y loger. Soixante ans plus tard cela semble être la norme dans de nombreuses villes de France. On constate cependant une surpopulation dans des villes comme Brest ou Concarneau où 60% de la population vit dans une seule pièce. L'étude des documents de recensement au cours du 19e siècle démontre la forte densité de population dans la partie urbaine de Châteaulin.

Il y a corrélation entre la chronologie du bâti en ville et l'évolution démographique. Les nombreuses constructions des années 1950 et 1960, devant répondre à une pénurie de logements, permettent de répondre à une demande de logement en raison d'une augmentation de la population et ce dans un contexte économique favorable.

Période(s) Principale : 19e siècle, 18e siècle, 20e siècle
Statut de la propriété propriété privée
propriété publique

Références documentaires

Bibliographie
  • Georges Duby, Histoire de la France urbaine. Ed. Seuil, Paris, 1980-1985.

Périodiques
  • Bourillon Florence. Changer la ville : la question urbaine au milieu du 19e siècle. In: Vingtième Siècle. Revue d'histoire. N°64, octobre-décembre 1999.