Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

La ville (Combourg)

Dossier IA35043798 réalisé en 2001

Fiche

Dossiers de synthèse

Œuvres contenues

Parties constituantes non étudiées secteur urbain, quartier, faubourg
Dénominations ville
Aire d'étude et canton Ille-et-Vilaine - Combourg
Adresse Commune : Combourg
Adresse : en ville
Si la paroisse est mentionnée dès avant le XIe siècle, la seigneurie de Combourg est un démembrement de celle de Dol par son évêque Ginguené, qui l'offrit en 1025 à son frère Rivallon en échange de la protection du fief épiscopal. Relevant à l'origine de l'evêché avant de dépendre directement du duc de Bretagne, cette ancienne baronnie fut érigée en comté en 1575 et comprenait alors 15 paroisses. Elle appartint successivement à la famille de Dol, aux Châteaugiron-Malestroit, aux Coëtquen puis aux Durfort qui la vendirent en 1761 aux Chateaubriand. Les impressions laissées par Combourg aux voyageurs du 18e siècle sont contrastées. Tandis qu'Arthur Young (1788) déplore tant de misère et de saleté, Jean-Baptiste Ogée (1778) écrit : Quoique cette ville soit dans un fond, l'air n´y est pas malsain ; elle est dominée par des coteaux et des collines très pittoresques et très agréables. Les maisons sont construites à l'antique, et ont presque toutes les pignons sur les rues. [..] On y remarque [..] un entrepôt de tabac, une poste aux lettres et une très belle halle. Les décorations de la ville consistent dans un bel étang [..], un parc et un mail qui offrent de très belles promenades. Au Moyen Age, les seigneurs de Combourg prirent part à de nombreux conflits, ce qui valut à la ville et au château plusieurs sièges et incendies, notamment en 1234. Les constructions les plus anciennes conservées ne sont pas antérieures au 16e siècle et se concentrent autour des trois pôles que sont le château, le prieuré et l'église paroissiale. Le centre marchand et résidentiel se développe à l'est du château, en particulier autour d'une place-rue, ancienne place des Halles, prolongée au nord-est par la Grande-Rue (rue Notre-Dame) menant à l'église. Au nord de celle-ci, la place du Moûtier, dont les constructions anciennes ont totalement disparu, tire son nom de la présence de moines, bien que le prieuré soit situé de l'autre côté de la ville, à l'ouest du château. Cette importante fondation de bénédictins dépendant de l'abbaye de Marmoutier, installée dès le 11e siècle, connut un certain rayonnement au Moyen Age mais fut en grande partie détruite au 18e siècle ; autour de l'axe qui y conduit depuis le sud du château, où était installé l'hôpital, s'est développé un faubourg. La ville semble conserver sa morphologie ancienne jusqu'au milieu du 19e siècle avec des constructions progressives le long des axes existants. La période de rupture, qui voit la naissance de la ville moderne, est marquée comme bien souvent par la construction de la gare de chemin de fer en 1860. Son implantation à près de 1500 m à l'est de l'église, entraîne la formation d'un petit quartier à ses abords et le développement d'une zone périurbaine et industrielle le long de l'axe qui y conduit. Dans le même temps, le désir de modernisation et les préoccupations hygiénistes entraînent de nombreux travaux dans le centre ancien : construction d'écoles sur la rue Notre-Dame et la place Piquette, transformation de la place des Halles, élargissement et alignement des rues. En 1886, le percement du boulevard du Nord (boulevard du Mail) reliant directement la route de Dol à la rue de la Gare (avenue de la Libération) va générer une extension concertée du tissu urbain au nord du centre ancien. Ce nouveau quartier résidentiel attire la bourgeoisie de la ville tandis que la construction, au début du 20e siècle, d'une nouvelle mairie et l'aménagement du réseau lui assurent une liaison forte avec le centre historique. Au 20e siècle, la ville se développe au nord-est de l'église avec, à partir des années 1950, la construction d'un nouveau quartier conçu autour d'un ensemble d'établissements scolaires et d'un stade. L'accroissement de la ville vers l'est s'est encore accentué dans la seconde moitié du 20e siècle, et comble peu à peu l'espace qui s'étend vers la gare.
Période(s) Principale : Moyen Age
Principale : 16e siècle
Principale : 17e siècle
Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle

Données complémentaires architecture IP35

SCLE1 Moyen Age ; 16e siècle ; 17e siècle ; 18e siècle ; 19e siècle ; 20e siècle
IAUT sans objet
ICHR typicum
IESP typicum
ICONTX intégré
SEL sélection possible

Annexes

  • 20023507854NUC : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine

Références documentaires

Documents figurés
  • Château de Combourg, dessin par H. Lorette, lithographie par Landais et Oberthur. In : Album Breton. Paris : N. Coquebert, 1846.

  • Place du marché à Combourg, dessin par A. Robida. In : ROBIDA, A. La Vieille France, Bretagne. Paris, 1892..

    p. 37
  • [Vue du château de Combourg], dessin de Dusaulchey, lithographie de Villain et Courtin. In : Esquisses sur la Bretagne par un amateur. Rennes : Impr. de Marteville, [s.d.].

    p. 11
  • Château de Combourg, dessin par A. Robida, lithographie par Belfond & Co. In : ROBIDA, A. La Vieille France, Bretagne. Paris, 1892..

  • Château de Combourg, dessin par Taylor, lithographie par Cicéri, imprimé par Thierry frères. In : TAYLOR, Jean, NODIER, Charles, CAILLEUX, Alphonse de. Voyages pittoresques et romantiques dans l'ancienne France.. Paris : F. Didot, 18.

  • Château de Combourg, Ille-et-Vilaine, dessin par Félix Benoist, lithographie par Eug. Cicéri. In : BENOIST, Félix. La Bretagne contemporaine, sites pittoresques, monuments, costumes, scènes de moeurs, histoire, légendes, traditions et usages de.

    p. 62
  • Feuille cadastrale de la section D3 dite de la Ville, par Souchet du Ranquin géomètre, [s.d.], échelle 1/2500e (A. D. d'Ille-et-Vilaine).

  • Tableau d'assemblage des feuilles cadastrales de la commune de Combourg, par Naylies géomètre en chef, [s.d.], échelle 1/20000e (A. D. d'Ille-et-Vilaine).

Bibliographie
  • GUILLOTIN DE CORSON. Histoire de Combourg. Paris : Res Universis, 1990.

  • Le Patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic éditions 2000, 2 vol. (Le patrimoine des communes de France).

  • GASPARD, Joseph. Combourg. Rennes : Imprimeries Oberthur, 1929.

  • OGÉE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Nlle éd. [1778-1780] rev. et augm. Rennes : Molliex, 1845.

    t. 1, p. 193-195
  • LERAY, Monique. Mémoire de Combourg. Dinard : Editions Danclau, 1996.

  • BANÉAT, Paul. Le Département d'Ille-et-Vilaine... Rennes : Librairie Moderne J. Larcher, 1927-1929, 4 vol.

    tome I, p. 439-444
Périodiques
  • BERTHIER, François Xavier. Combourg au 18e siècle. In : Bulletins et mémoires de la société d'archéologie du département d'Ille-et-Vilaine, 1994.

    96, p. 173-231
  • GUILLOTEL, Robert. Combourg au Moyen Age et dans les Temps Modernes. In : Société d'Histoire et d'Archéologie de l'Arrondissement de Saint-Malo, 1972.

    p. 107-114