Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Installation aquicole : pêcherie, Pors Goret (Tréveneuc)

Dossier IA22003874 réalisé en 2004

Fiche

Appellations pêcherie du Havre Goret
Dénominations installation aquicole
Aire d'étude et canton Communes littorales des Côtes-d'Armor - Etables-sur-Mer
Adresse Commune : Tréveneuc
Lieu-dit : Pors Goret
Cadastre : Domaine public maritime

Cette pêcherie sur pieux, en pierre à l'origine (appelée parc), datée du 19ème siècle, située dans le Havre Goret (grève de Bénanin), servait à capturer le poisson. "Gored" signifie en breton "pêcherie avec barrage". Elle pouvait être détenue par l'ensemble de la communauté de pêcheurs ou par un pêcheur en particulier. Les seigneurs de Goëlo accordèrent aux moines de Beauport un droit "goretterie", c'est à dire l'autorisation d'édifier un barrage sur la grève, pour récupérer les poissons qui y restaient captifs à marée descendante.

Période(s) Principale : 19e siècle

Cette pêcherie à l'état de vestiges est constituée de pierres juxtaposées en demi-cercle, pour former un enclos. Les bras de ce par devaient mesurer environ 50 mètres de longueur à l'origine.

Murs pierre
Statut de la propriété propriété de l'Etat

Annexes

  • La législation des pêcheries du 19ème siècle au 20ème siècle

    La loi de 1852 st son décret d'application du 4 juillet 1853, supprimant les bas et hauts-parcs vont révolter les populations riveraines. Soutenus par les municipalités locales, les pêcheurs à pied vont essayer de sauvegarder leurs privilèges. Malgré cette opposition, l'administration maritime s'en tenu à l'application du décret. Malgré toutes les réglementations, les pêcheries survivent partiellement au cours 19ème siècle et seront quelquefois réutilisées dans les premières décennies du 20ème siècle, pour capturer la boette. Cependant, une décision de 1903, confirmée par la circulaire du 13 août 1912 prescrit leur suppression par voie d'extinction, ce qui provoque encore quelques soubresauts. En septembre 1920, une demande du Conseil général est adressée au Ministère de la Marine. Sa réponse rejette le maintien des hauts et bas-parcs, jugés trop néfastes. La suppression de ces derniers, même si celle-ci va à l'encontre de quelques intérêts particuliers (agriculteurs ou riverains y trouvant des compléments de ressources), frappe très peu de pêcheurs inscrits maritimes professionnels de la pêche, mais au contraire doit contribuer à la sauvegarde des ressources de la pêche et oeuvrer pour l'intérêt général en ce domaine.

Références documentaires

Bibliographie
  • CLEMENT, J. H. Les pêches d´estran au XIX° siècle . In Pêche à pied de usages de l´estran, sous la dir. De Guy Prigent. Catalogue de l´exposition présentée au Musée d´Art et d´Histoire de Saint-Brieuc, mai-octobre 1999. Rennes : Apogée, 1999.

    p. 41-45
  • LEVASSEUR, Olivier. Parcs et pêcheries, des enjeux de pouvoir. In Pêche à pied de usages de l´estran, sous la dir. De Guy Prigent. Catalogue de l´exposition présentée au Musée d´Art et d´Histoire de Saint-Brieuc, mai-octobre 1999. Rennes : Apogée, 1999.

    p. 30-32