Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Fiche

Dossiers de synthèse

Destinations hôtel, immeuble
Dénominations hôtel
Aire d'étude et canton Rennes ville - Rennes ville
Adresse Commune : Rennes
Adresse : 11 rue de Général-Maurice-Guillaudot
Cadastre : 1842 B 377 à 381 ; 1980 BE 327, 611

Selon Banéat, cet hôtel construit à l'emplacement d'un ancien corps de garde, fût vendu par le sieur Léauté à un sieur de l'Aage, qui le céda à sa fille en 1677. Il fut vendu en 1701 aux de la Bourdonnaye de Liré, puis à l'avocat Périneau qui le possédait en 1732, enfin aux Carmes Déchaussés, en 1750. Au 19e siècle, l'édifice appartient à la famille Richelot ; c'est sur une partie des jardins que sera construit l'hôtel Richelot.

Période(s) Principale : milieu 17e siècle
Auteur(s) Personnalité : Léauté, commanditaire, attribution par source

Hôtel de type hôtel immeuble à accès piéton. Edifice en pan de bois construit en parcelle d'angle, à 2 étages carrés et étage de comble.

Murs bois
torchis
enduit
pan de bois
Toit ardoise
Étages 2 étages carrés, étage de comble
Typologies hôtel sur rue

Données complémentaire architecture Rennes

HYPO hôtel immeuble
SCLE1 milieu 17e siècle
IMPA parcelle d'angle
CBATI mitoyen partiel
IMBATI sur rue
PASSAGE Non
ESPAL absence
ESPAP jardin en fond de parcelle
IAUT sans objet
ICHR typicum
IESP unicum aire d'étude
ICONTX structurant
ITOPO site de faubourg
PINTE Édifice tout à fait exceptionnel à Rennes, appartenant au corpus des maisons-immeubles ou des hôtels-immeubles de la première moitié du 17e siècle, dont on compte peu d'exemples dans cette partie de la ville. Il atteste du développement d'un secteur résidentiel, à l'est de la ville, dès cette époque, face à la prestigieuse abbaye Saint-Melaine. La division verticale de l'édifice est ici remarquable. Elle traduit un mode de partage de l'espace à l'intérieur d'un même bâtiment, particulièrement exemplaire du système des maisons partagées. Ce système fonctionne jusqu'à la fin du 19e siècle, comme le confirme la description donnée en annexe. Le dialogue établi avec la demeure voisine à l'angle opposé de la rue, illustre ici un autre aspect du souci de l'ordonnancement urbain, qui se développe au 17e siècle à Rennes et qu'on connaît aussi Place des Lices et place du Champ Jacquet.
POS 3
SEL sélection requise
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • Propriété Richelot. Projet de division de la propriété 1877-1879. A. C. Rennes. Série O. 51.

    La propriété Richelot, sise à l'angle sud de la rue Saint-Melaine se compose d'un hôtel au fond d'un jardin devant ; d'une grande maison en bois solide dont une partie du rez-de-chaussée et du premier étage est occupée par le propriétaire, d'une petite maison dans la rue Saint-Melaine et enfin d'une autre maison à l'ouest de la précédente.

    La grande maison se compose au rez-de-chaussée de trois pièces à feu, 2 cabinets, une galerie vitrée, au premier une chambre avec cabinets, 2 grands cabinets.

    Ces pièces occupées par le propriétaire et estimées en location : 700 F

    Au rez-de-chaussée (côté nord), 2 pièces et une mansarde : 220 F

    Au premier étage : 1 salle à manger, salon, 1 cabinet, un grand cabinet sans feu, 1 antichambre, 1 chambre à coucher, 1 cuisine, 1 chambre de bonne, 2 pièces basses (sur la petite maison rue Saint-Melaine), une mansarde, le tout loué : 750 F

    2e étage. 6 pièces à feu, 1 petite pièce, 1 mansarde : 600 F

    Petite maison rue Saint-Melaine. une salle au rez-de-chaussée : 80 F

    Maison à la suite vers ouest. Rez-de-chaussée, 2 grandes pièces. 1er étage, 3 grandes pièces, 1 mansarde. 1 cour et lieux : 350 F.

Références documentaires

Documents d'archives
  • A. C. Rennes, Série O ; 1 O 195. Voirie urbaine. Canton nord-est. Place Saint-Melaine (1874-1900) .

Documents figurés
  • [1842]. Plan cadastral parcellaire de la commune de Rennes. Section B, dite du Palais, 2e feuille, dessin, Jouchel du Ranquin, Roger, Viel, Ferré et Simon géomètres, 1842 (A. D. Ille-et-Vilaine).

Bibliographie
  • BANEAT, Paul. Le Vieux Rennes. Rennes : Plihon et Hommay, [1911].

    p. 191