Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Halle, place du Général de Gaulle (Plouescat)

Dossier IA00006409 inclus dans La ville de Plouescat réalisé en 1985

Fiche

Dénominations halle
Aire d'étude et canton Plouescat - Plouescat
Adresse Commune : Plouescat
Adresse : place du Général de Gaulle
Cadastre : 1984 AN 170

L'existence des halles au 16e siècle est attestée par différents textes ; elles auraient été édifiées par un seigneur de Kerouzéré, Yves de Poulpry, sénéchal de Léon.

Au 18e siècle, elles abritaient les échanges, de lin notamment, témoin cette plaque de cuivre gravée, datant de 1758, énonçant les droits de foires et marchés de Plouescat (voir en annexe) ; en tête de cette pancarte, deux écussons accolés représentent les armes du seigneur de Trogoff et de sa femme.

Vendues à un particulier comme bien national à la Révolution, elles furent rachetées par la commune en 1822.

À partir de cette date et jusque vers 1851, on aménage dans la partie ouest de la halle une salle servant à la fois d’école et de local pour les réunions municipales. Cette pièce était éclairée par une lucarne, aujourd'hui disparue. On accédait à cet étage de comble par des escaliers de pierre. Une autre pièce existait également à l'est, éclairée d'une fenêtre dans le pignon et par une lucarne de chaque côté du toit à longs pans. Les traces des solives soutenant les planchers sont encore visibles dans les entraits.

(M. -D. Menant)

Période(s) Principale : 16e siècle
Auteur(s) Personnalité : Poulpry Jean,
Jean Poulpry

Jean de Poulpry, seigneur de Kérouzéré, sénéchal de Léon.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
commanditaire, attribution par travaux historiques

Bâtiment composé d’une charpente reposant sur 40 poteaux de bois posés sur des cubes de granite et disposés en 4 rangées.

Murs granite pierre de taille
bois
essentage d'ardoise
Toit ardoise
Plans plan régulier
Étages en rez-de-chaussée
Couvertures toit à longs pans pignon couvert
Mesures l : 27.0 m
la : 11.3 m
h : 10.0 m
Précision dimensions

Hauteur approximative.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre à signaler
Protections classé MH, 1915/06/18

Annexes

  • Texte gravé sur la pancarte en cuivre des halles.

    PANCARTE DRESSÉE CONFORMÉMENT À L'ARRÊTÉ DE 1738 DES DROITS QUI SE PERÇOIVENT AUX MARCHÉS ET FOIRES DE PLOUESCAT.

    Trois sols pour chaque douzaine de lin vendu payables par l'achepteur. Trois deniers par paquet ou autrement ce qu'on appelle dans le pays torchée de lin. Un sol par charge de cheval de toutes sortes de danrées comme légumes choux, poireaux, oignons, herbes, vesses, pannets, et autres légumes. Deux liards pour chaque manée ou mannequinée de mêmes danrées. Un sol aux dites foires et le samedy gras de chaque année pour chaque marchand de fil acheptant portant crocq. Un sol à la foire de Saint Luc et samedy gras pour chaque quart de poids de fèves. TOUS LES DITS DROITS PAYABLES PAR L'ACHEPTEUR.

  • Les Halles en charpente de Plouescat

    Construites par un baron de Kérouzéré à la fin du XVIème siècle, les Halles de notre commune sont les plus anciennes de Bretagne, antérieures à celles du Faouët et de Questembert. D’une architecture impressionnante, sa toiture en ardoises de Sizun repose sur une charpente et des poteaux en chêne provenant du bois du château de Kérouzéré, dont dépendaient les Halles. Elles possédaient deux chambres (aujourd’hui supprimées), qui recevaient le service administratif et l’auditoire de la justice seigneuriale. Les Halles accueillaient également foires et marchés et témoignaient de la vitalité économique de la commune.

    Devenues bien national à la Révolution, les Halles furent vendues à un particulier, Louis Jaouen de Plounéour-Trez. Le maire, François Rosec, et son conseil municipal décidèrent de les racheter en 1822 pour la somme de 4148,78 francs. Classées aux Monuments Historiques le 18 juin 1915 à l’initiative de Pierre Trémintin, les Halles firent l’objet d’une demande de déclassement en 1932, émanant d’une partie de la municipalité. La raison invoquée était l’extension du marché aux légumes qui se tenait tous les matins sur la place des Halles. Cela n’eut heureusement pas de suites, et le fait que les Halles soient classées permet à la commune de solliciter l’aide financière de l’État, du conseil Général et du conseil Régional pour l’entretien du monument.

    La surface au sol, d’environ 300 m² (27m X 11.30 m) était en terre battue et a été recouverte de pavés récemment (1975). Il y avait des étals et bancs de chêne dont quelques-uns subsistent encore. Les 40 poteaux de l’édifice proviennent du bois de chênes qui existait à l’époque à Kérouzéré. La charpente est aussi en chêne, et les ardoises sont fixées sur des voliges en châtaignier.

    Deux chambres indépendantes étaient aménagées à l’étage : elles se trouvaient aux extrémités, tandis que la partie centrale restait dégagée pour l’aération du marché. Ces chambres étaient destinées à l’origine, aux activités administratives et principalement judiciaires. Depuis, elles ont servi aux activités les plus diverses : bureaux municipaux, école, entrepôt pour les tribunes des courses hippiques…

    Les halles elles-mêmes ont abrité des célébrations du culte pendant la construction de l’église entre 1863 et 1870. Au siècle dernier s’y tenait le marché des primeurs et les attractions de la foire Saint-Luc. De nos jours, le marché hebdomadaire y a lieu le samedi comme autrefois, et les halles accueillent occasionnellement certaines manifestations telle que la foire à la Brocante, le Festival des Jeux et de l’illustration, Ludibreizh…

    Un chantier de restauration de la toiture en date de 1916 avait coûté 10760 francs de l’époque. Les trois quarts des ardoises avaient alors été changées. Puis en 1958 l’entreprise Yves Bosec effectue la réfection de la couverture des pignons est et ouest. La fenêtre de la chambre ouest avait alors été changée par Jean Azou menuisier de la rue de Saint-Pol. Treize piliers ont été réparés en 1997 et deux autres ont été remplacés en 2003.

    Le dernier chantier (2011-2012) de rénovation des Halles est donc le plus important depuis une centaine d’années

    Il a consisté en la dépose de la toiture, le contrôle de la volige afin de remplacer les pièces défectueuses, le changement de quelques pannes de la charpente, la repose de la toiture et le remplacement des ardoises des pignons par des essences en châtaignier.

    Il en a coûté 358.476€, dont 15% à la charge de la commune, pour le remplacement de cinq des quarante poteaux qui supportent l'édifice, la restauration de deux autres, le remplacement de 20% des chevrons, de 30% des pannes et de la quasi-totalité des sablières et de la totalité de la volige. De même, le pignon ouest a été démonté pour être refait à neuf.

    À l'issue, les ardoises de Sizun ont retrouvé leur place. Les travaux de couverture sont réalisés par l’entreprise UDOC de Morlaix et de la charpente par l’entreprise CCA de Runan (22). Le chantier se fait sous le contrôle de Marie-Suzanne De Ponthaud, architecte en chef des Monuments Historiques.

    A l’issue de ce chantier de 8 mois qui a su éveiller la curiosité des Plouescatais et des visiteurs de notre commune, les artisans nous ont révélé que sans cette intervention les Halles se seraient très certainement écroulées d’ici quelques années.

    Texte disponible sous : http://www.roscoff-tourisme.com/fr/pays-art-et-histoire/documents/Les-Halles-de-Plouescat.pdf

  • La réparation des halles

    Les grosses réparations incombent au propriétaire, seigneur des lieux, en l’occurrence ici au baron de Kérouzéré, titulaire des droits.

    Les petites réparations sont prises en charges par le "fermier des halles", qui perçoit les droits inhérents aux ventes faites sous la halle. En 1713, le couvreur Jean Lazou est rémunéré pour des travaux de couverture.

Références documentaires

Documents figurés
  • Plouescat. Cadastre napoléonien, section C3 de la Ville. Levée par M. Grillot, géomètre, 1837, échelle 1/1250 e.

    Archives départementales du Finistère : 3 P 185/7
Bibliographie
  • BROUSMICHE, Jean-François. Voyage dans le Finistère en 1829, 1830 et 1831. Quimper, 1978.

    p. 91
  • GUICHOUX, Hervé. Vivre en Léon au XVIIIe siècle. PLOUESCAT. De la paroisse à la commune. Bannalec : Imprimerie régionale, 1996.

    p. 185-190 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • LELOUP, Daniel. Halles de Bretagne. Cinq siècles d'histoire. Rennes : éditions Apogée, 1999.

    passim Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • GRIJOL, Paul, MERCIER, Bernard. Plouescat et son patrimoine. Morlaix : Imprimerie de Bretagne, 2001.

    p. 85-86, fig. Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
Périodiques
  • ABGRALL, Jean-Marie. Glanes archéologiques. Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 1917, 44

    p. 82-83
  • Montifault. Notice sur les seigneuries de Trogoff dans les évêchés de Tréguier et de Léon. Bulletin de la Société archéologique du Finistère. 1874-1875.

    t. 2, p. 79

Liens web