Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Front de mer : les espaces littoraux remarquables (Kerbors)

Dossier IA22013824 réalisé en 2008

Fiche

Dénominations front de mer
Aire d'étude et canton Communes littorales des Côtes-d'Armor - Lézardrieux
Adresse Commune : Kerbors

Selon la loi littoral du 3 janvier 1986, les espaces littoraux remarquables du Département des Côtes-d'Armor, ont été repérés entre 1996-1997. Ils ont fait l'objet d'un document de travail, élaboré par l'Etat (Direction régionale de l'environnement, Direction départementale de l'équipement, Direction départementale de l'agriculture et de la forêt, Direction départementale des affaires maritimes) et du Bureau des espaces naturels du Conseil général. Ce document a été publié en 1998. Il présente un état des lieux des 57 communes littorales des Côtes-d'Armor, dont la commune de Kerbors, qui fait partie de l'une des cinq entités distinctes de ce territoire, le Trégor-Goëlo. Cet état des informations et des réflexions sur ces périmètres sensibles caractérise à un moment donné la qualité et la spécificié des sites, leurs usages, leur situation foncière, la vocation et la gestions proposées pour l'avenir.

Période(s) Principale : 20e siècle

La surface totale des sites remarquables sur la commune est de 390 hectares 48. Etat des informations et des réflexions : 39/1- Côte Nord de Kerbors et Île à Poule (Enez Yar) : 49 ha 76 dont 5 ha 95 en DPM. Coteau agricole d'intérêt paysager, îlots et marais maritimes associés. Présence de vestiges archéologiques, dont une allée couverte remarquable. Patrimoine culturel du littoral. Une partie naturelle du site d'estuaire est inscrit. Les usages du site : agriculture dominante, urbanisation diffuse sur le linéaire côtier, caravanage sauvage. Le tombolo de Enez Yar rétrécit et s'allonge avec le risque d'affaissement, contribuant au recul progressif de la micro falaise. Ce tombolo pourrait être renforcé avec des murs appareillés en pierres sèches. A l'Est de l'îlot, les falaises de loess reculent. Pour freiner cette érosion, des enrochements ont été entrepris, vite démantelées par les houles. les cultivateurs ont ensuite labouré leurs terres parallèlement au rivage et ont planté entre la falaise et la partie cultivée, des lignes de buissons pour pomper l'eau excédentaire et retenir le sol par les racines. Vocation et gestion proposées : la conservation paysagère et le maintien de l'activité agricole. 39/2 - Vallée du ruisseau de Pontigou : 30 ha 09. Vallée partiellement boisée, d'intérêt paysager. Nature et usages du site : espace boisé de feuillus, proche du rivage, agriculture. Vocation et gestion proposées : conservation paysagère, gestion des boisements et maintien de l'activité agricole. 39/3 - Zone agricole bordant l'estuaire du Jaudy : 68 ha 89. Ensemble formé par le Jaudy et ses coteaux, de grande valeur paysagère. Agriculture dominante et urbanisation diffuse, caractérise ce site. 39/4 - Estuaire du Jaudy : 231 ha 79, tout en DPM. Ria en contexte essentiellement agricole, largement ouverte vers le Nord. Vases salées accueillant d'importants effectifs d'oiseaux hivernants (ZICO). Nature du site : estrans vaseux et rocheux, îlots habités ou inhabités, partie naturelle d'estuaire, vasières, milieux abritant des concentrations naturelles d'espèces animales et végétales, frayères, herbiers, nourrisseries, espace délimité en ZPS. Etat et usages du site : ostréiculture, salmoniculture, élevage de turbots, mouillages localisés, navigation de commerce et de plaisance, pêche. Vocation et gestions proposées : maintien des équilibres biologiques et amélioration de la qualité de l'eau dans les bassins versants. 39/5 - Vallon et marais maritime du Bilvéro : 9 ha 96. Vallon boisé tributaire de l'estuaire. Petit marais maritime, tendance à l'envasement. Ensemble d'intérêt paysager et botanique. Boisements et habitat diffus. Le recul des falaises de loess, plus sensible au Nord qu'au Sud (en contrebas de la ferme de Bilvéro) où il n' y a pas de bâti sur ce versant, montre les effets secondaires des activités humaines autour des circulations souterraines d'eaux (envasement). Vocation et gestion proposées : conservation en l'état ; éviter tout élargissement des voies en fond de vallée.

Statut de la propriété propriété privée
propriété de la commune

Annexes

  • Les bacs et les passages entre Kerbors et Plouguiel

    La rivière de Tréguier était traversée par un bac qui, partant de la Roche-Jaune à Plouguiel, aboutissait à un autre point appelé aussi la Roche Jaune, à Kerbors entre le moulin Bilvero et le moulin du Merdy, là où se trouve encore une toute petite maison isolée. Les jours de pardon, ce service régulier se doublait de bateaux auxiliaires qui emmenaient les pèlerins de Plougrescant à Pleubian pour la Saint-Georges et de Plouguiel à Crec´h Silliet pour la foire de Saint-Nicolas à Kerhir.

    Le bac de la Roche-Jaune mesurait 8, 70 mètres de long sur 3, 51 m de large. Il pouvait contenir 22 personnes. Il était accompagné d'un batelet, long de 4, 50 mètres. Aucun pont ne venant concurrencer les services qu´il rendait, le bac de la Roche-Jaune continua à fonctionner jusqu´en 1909.

  • L'un des objectifs d'une recherche ethnologique menée sur les espaces naturels est de montrer et de comprendre le système de signes qui relie et traduit au mieux les relations entre les hommes et leur territoire. Ces signes faisant sens ensemble et montrant la cohérence des ces relations, entre fonction et fonctionnement, entre utilisation et vocation du territoire, avec les modes de gestions correspondantes.

  • 20082213543NUCB : Collection particulière

Références documentaires

Bibliographie
  • DIREN BRETAGNE, OUEST-AMENAGEMENT. Les espaces littoraux remarquables des Côtes d'Armor. Rennes, DIREN Bretagne, 1998.

    p. 149