Logo ={0} - Retour à l'accueil

Front de mer : espaces littoraux remarquables (Lézardrieux)

Dossier IA22014287 réalisé en 2009

Fiche

Dossiers de synthèse

Dénominationsfront de mer
Aire d'étude et cantonCommunes littorales des Côtes-d'Armor - Lézardrieux
AdresseCommune : Lézardrieux

La DIREN (Direction Régionale de l'Environnement) Bretagne a établi en 1997-1998 un plan de gestion des espaces littoraux remarquables de la commune de Lézardrieux. En 1997, le Schéma de Mise en Valeur de la Mer (SMVM) a procédé à un diagnostic environnemental et à fait un certain nombre de propositions de gestion des sites fragiles.

Période(s)Principale : 4e quart 20e siècle
Principale : 20e siècle

La surface totale des espaces littoraux remarquables sur la commune de Lézardrieux est de 511 ha 92 : - 36/1 : anse du Lédano, 7 ha 65, tout en DPM (Domaine Public Maritime) La surface totale des espaces littoraux remarquables sur la commune de Lézardrieux est de 511 ha 92 : - 36/1 : anse du Lédano, 7 ha 65, tout en DPM. Intérêt paysager, géomorphologique (baie interne à un estuaire) et biologique (accueil d'oiseaux hivernants, flore halophile). Nature du site : vasières, estran et partie naturelle d'estuaire. Etat et usages du site : problèmes de marées vertes, mouillages légers et activités nautiques, activité ostréicole. Vocation et gestions proposées : protection et maîtrise de la qualité de l'eau. - 36/2 : coteaux agricoles de Lézardrieux, 18 ha 13. Site d'intérêt paysager. Parties naturelles d'estuaire et de site inscrit. Etat et usages du site : agriculture, urbanisation diffuse. Etat et usages du site : maintien en l'état. - 36/3 : partie encaissée de l'estuaire du Trieux. 265 ha 61 dont 86 ha 25 en DPM. Nature du site : estran, forêts et zones boisées proches du rivage, partie naturelle d'estuaire, vasière. Etat et usages du site : boisement, habitat dispersé, mouillages, activités nautiques, aquaculture. Vocation et gestion proposées : maintien de l'équilibre biologique, conservation des boisements, ouverture au public. - 36/4 : Île à Bois et îlots de l'estuaire du Trieux. 137 ha 52 dont 112 ha 15 en DPM. Grande valeur paysagère, intérêt botanique et ornithologique (nidification et hivernage d'oiseaux marins). Estrans, îlots inhabités, partie naturelle de l'estuaire et parties naturelles de sites inscrits et classés. Etat et usages du site : boisements artificiels, habitat dispersé, mouillages. Vocation et gestion proposées : protection et ouverture au public, acquisition souhaitable de certains îlots. - 36/5 : Baie de Pommelin. 82 ha 83, tout en DPM. Baie abritée à sédimentation vaseuse, de grande valeur biologique. Estran, îlots inhabités, parties naturelles d'estuaire (marais, vasière). Etat et usages du site : ostréiculture. Vocation et gestion proposées : maintien des qualités biologiques et maîtrise de la qualité de l'eau dans le bassin versant.

Statut de la propriétépropriété publique
propriété privée

Annexes

  • Extrait du rapport de Jean-Pierre Pinot, SMVM Trégor-Goëlo, 1997

    Les falaises sédimentaires de la rive gauche du Trieux, sont engorgées d'eaux excédentaires naturelles ou introduites dans le sous-sol par l'homme. Au Nord, la baie de Pommelin est l'estuaire externe du ruisseau du Bouillennou. Le littoral s'appuie sur un platier rocheux et il n'y a presque pas d'habitations dominant le rivage. Le recul peu actif, ne présente guère d'inconvénient, en respectant la limite de 100 m du trait de côte. Dans la partie interne de l'estuaire, en aval du pont de la D 20, le marais maritime est un peu pollué par les émissaires des habitations riveraines, et il serait souhaitable d'améliorer le traitement de ces eaux avant de les déverser sur le rivage.

    Aux abords de l'Île à Bois, la falaise de loess, sur la partie Ouest de la plage, recule de plus en plus vite et ce recul menace la route, à cause de l'écoulement des eaux usées dans les fossés. Les éléments d'hexaèdres anti-chars du Mur de l'Atlantique ont été regroupés le long de la falaise, dressés verticalement, ce qui provoque des turbulences très marquées. Le recul de la falaise peut être limité par la suppression de ces éléments et par un meilleur drainage.

    D'autre part, une meilleure gestion des eaux domestiques, en haut de la falaise de l'estuaire du Trieux, participerait à limiter leur érosion.

  • 20092206449NUCB : Archives départementales des Côtes d'Armor, 19Fi 159.

    20092206297NUCB : Collection particulière

    20092206299NUCB : Collection particulière

    20092206216NUCB : Collection particulière

    20092206298NUCB : Collection particulière

    20092206313NUCB : Direction régionale de l'Environnement

    20092206300NUCB : Direction régionale de l'Environnement

Références documentaires

Bibliographie
  • PINOT, Jean-Pierre. Rapport sur les risques liés à l'évolution du littoral entre Penvénan et Plouha, SMVM Trégor-Goëlo. Brest : UBO, 1997.

    p. 66-67
  • DIREN BRETAGNE, OUEST-AMENAGEMENT. Les espaces littoraux remarquables des Côtes d'Armor. Rennes, DIREN Bretagne, 1998.

    p. 137-139