Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Front de mer de Pellinec (Penvénan)

Dossier IA22012585 réalisé en 2008

Fiche

Appellations Pélinec, Pellineg
Dénominations front de mer
Aire d'étude et canton Communes littorales des Côtes-d'Armor - Tréguier
Adresse Commune : Penvénan
Lieu-dit : Pellinec

Le front de mer de Pellinec (encore appelé 'Pélinec') se caractérise par un bâti ancien, dont la datation est comprise entre le 15ème siècle (manoir de Guernotier) et le 20 ème siècle, avec quelques habitations datées du 18ème et du 19ème siècle. Les coteaux de la partie Nord-Ouest de la baie ont été lotis au cours du 20ème siècle. La toponymie nautique a retenu le nom de 'An Tarrojou' pour nommer ces petites falaises. L'anse de Pellinec est appelé en breton 'Pellineg', que l'on peut traduire par 'lointain-champ-de-lin'. La toponylmie a encore conservé le nom de Enez Pellineg, peut-être pour désigner l'île Roverc'h au Sud-Est. Quelques maisons rurales, dont une ancienne ferme, une maison littorale et une ancien moulin bordent le front de mer Sud-Ouest, alors que la partie Est de la baie comporte un habitat plus ancien (Guernotier) et les maisons rurales regroupées autour du hameau de 'Placen Amic', qui a conservé une architecture rurale traditionnelle peu remaniée. L'Île Marquer (bâtie) et 'Île aux Moutons ouvrent la baie vers le Nord-est et inaugurent un archipel d'îles, reliées par des cordons de galets. L'îlot de Roverc'h fait face à l'ancienne ferme du même nom et se prolonge au Nord par le Paluden.

Période(s) Principale : 15e siècle
Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle

La baie de Pellinec est relativement profonde et forme un 'V', dont la pointe s'enfonce dans un schorre et un petit marais littoral, désservi par une retenue d'eau, qui alimentait autrefois un moulin. Cette baie, relevée à l'Ouest, bordée de coteaux et d'une micro-falaise abrupte (en allant vers Port-Blanc), s'élargit davantage vers la côte Est, avec un replat de zones humides. Le fond de la baie sablo-vaseux abrite des bateaux en hivernage et offre quelques mouillages en aval. La pression foncière a ménagé cette baie, qui offre encore des espaces naturels.

Statut de la propriété propriété publique
propriété privée

Annexes

  • Descriptif du havre de Buguéles et de l'anse de Pellinec au 18ème siècle

    Gisement : Nord-Nord-Ouest-Sud-Sud-Est, hauteur d'eau en pleine -mer : 3 brasses, en basse-mer : 0

    Ce port dans la Manche est à une lieue et demie de la rade de Perros et est formé par la nature et sans ouvrages d'art, mais tous les navires d'échouages peuvent y entrer et y être parfaitement en sûreté de tout vent. La direction de son entrée est Nors-Nord-Ouest-Sus-sud-est (AD 22, Etat indicatif des ports, 1809).

    L'anse de Buguélès

    On la trouve nommée 'anse de Bulgeulle', et peu de choses sont mentionnées, sinon qu'elle en est une annexe du Port-Blanc : Cette anse dépend du Port Blanc, et est renfermée dans son enceinte mêmes circonstances (Arch. nat. Mar. D222, f°132 et Arch. Art. 3a 19, f°157).

    L'anse de Pellinec

    L'intérêt de ce petit havre est qu'il est relativement protégé et permet l'accès de petits navires de pêche.

    De même qu'à Bulgeulle au devant de ces anses se trouvent plusieurs isles et rochers dits de St. Gildas, Toulacec, Lacrene, Chateauneuf, Gouade, la Brique et au Mouton.

    La mer ne quitte presque point la côte en cette partie, ne laisse qu'un galet difficile à marcher et rempli de goëmons. Plusieurs barques de pêcheurs sont habituées dans ce port, ils portent leur denrées à Tréguier, Lannion et ailleurs. Il y a dans les marées ordinaires sur cette partie de la côte 13 à 14 pieds d'eau, moitié plus dans les marées d'équinoxe (Arch. nat. Mar. D222, f°132-133 et Arch.Art. 3a 19, f°157).

  • Extrait du Pilote de Thomassin, 1875, p. 3297 et p.302

    On peut passer à 100 mètres à l'Ouest de l'Île Marquer et de l'Île aux Moutons qui est dans le Sud, pour aller à Pellinec. Le fond augmente un peu et est d'herbier au Nord de l'île Marquer et de sable au Sud. En sortant, quant on a dépassé Roc'h Guiliout Bras, deux rochers de droite, qui ne couvrent pas, on met le sémaphore sur la pointe de Saint-Gildas pour parer les Roc'h ar Vine et Roc'h Farau.

    Dans les grands mauvais temps de la partie de l'Ouest, les caboteurs vont s'échouer dans le fond de Pélinec, pour éviter la grosse mer d'Ouest qui entre par-dessus le Grau des Femmes. C'est là un des plus grands inconvénients du port et l'on y remédierait facilement au moyen de blocs jetés sur le grau de manière à ne laisser qu'un passage pour le goémon et les caboteurs.

  • A propos d'une gwerz du 17ème siècle, publiée dans 'L'annuaire des Côtes-du-Nord' en 1851 : 'Le navire du Port-Blanc'

    Cette complainte a été recueillie en 1836 auprès d'une vieille femme de la commune du Merzer, qui, elle-même l'avait apprise, dés son enfance, de sa grand-mère, déjà très âgée. D'après les témoignages oraux provenant du Port-Blanc, notamment au Pellinec, le naufrage dont il est question, a dû avoir lieu sous le règne de Louis XIV ou à la fin du règne de Louis XIII. La famille Le Bornic du Coquer est à l'origine de ce naufrage. En effet, Jouan Le Bornic fit construire pour le cabotage un navire à trois ponts à Penvénan. Lors de son premier voyage à la Rochelle, le navire fit naufrage, comme l'avait prédit la Vierge du Port-Blanc. 14 hommes de l'équipage furent noyés (Dont Yves, sylvestre et Jouan Le Bornic) et seulement trois marins furent sauvés : le fils Bertrand Goêran de Buguélès, Le petit et L'Olières.

    Cette gwerz a été interprétée à la fin du 20ème siècle par Jean-Do Robin et éditée par Dastum Bro Dreger.

  • L'anse du Pélinec

    Jean-Pierre Pinot, SMVM Trégor-Goëlo, 'Rapport sur les risques liés à l'évolution du littoral entre Penvénan et Plouha', UBO, mai 1997, p. 43.

    Depuis le Port-Blanc jusqu'à l'anse du Pélinec, il existe des falaises taillées dans les dépôts meubles du Quaternaire. La circulation des eaux pluviales dans le sol crée, lors des années pluvieuses, des effondrements brutaux de la falaise. On doit éviter dans ces conditions de bâtir le foncier dans ce secteur et de favoriser la pratique des labours parallèles aux courbes de niveau ; cependant le plan du parcellaire ne s'y prête guère (fig. 38 et 39). Les mêmes recommandations sont valables pour le secteur des falaises situé à l'Est de Buguéles, sur le flanc Ouest de l'anse de Gouermel.

  • 20082211292ZB : UBO, Brest

    20082211057ZB : UBO, Brest

Références documentaires

Bibliographie
  • PINOT, Jean-Pierre. Rapport sur les risques liés à l'évolution du littoral entre Penvénan et Plouha, SMVM Trégor-Goëlo. Brest : UBO, 1997.

    p. 43
  • THOMASSIN, Anastase. Le Pilote. Paris : 1875.

    p. 397