Logo ={0} - Retour à l'accueil

Front de mer de Lanneros (Pleubian)

Dossier IA22014782 inclus dans Fronts de mer : espaces littoraux remarquables de la commune de Pleubian réalisé en 2009

Fiche

AppellationsFront de mer de Lanneros
Dénominationsfront de mer
Aire d'étude et cantonCommunes littorales des Côtes-d'Armor - Lézardrieux
AdresseCommune : Pleubian
Lieu-dit : Lanneros
Cadastre : 1829 A

Le cadastre de 1829 montre l'étendue de l'écart de Lanneros, avec les parties continentales, les îlots cadastrés dont l'Îlot Hadren (parcelle bâtie n° 37, section A) et l'Île Ronde. Cet écart était très peu bâti au 19ème siècle et présentait un plan d'eau sur la partie Nord-Ouest (A 51). Aujourd'hui, le front de mer de Lanneros, côté Sud-Est, est très bâti (maisons individuelles), de façon continue, sur le linéaire côtier, avec cependant quelques terrains cultivés (maraîchage), des zones humides et des landes sur la partie Nord et Ouest. Un sentier littoral a été aménagé dans la dernière décennie du 20ème siècle de Pen Lan à Pen Vir, bordé de talus ou d'enrochements. Ces enrochements ont pris le relais des murets littoraux en pierres sèches sur le versant Nord de la baie. La baie de Lanneros est aujourd'hui occupée par les canots de pêche-plaisance (mouillages organisés sur corps-morts), qui ont remplacé les bateaux goémoniers, borneurs, sabliers et caboteurs, de ce port d'échouage. Jusqu'au milieu du 20ème siècle, ces bateaux étaient restaurés à même la grève, dans l'anse de l'Île Hadren, par l'ancien charpentier de marine Jean Kerleau de Lanmodez. Le 'Louis-Marie' fut restauré par Jean Kerleau en une marée (quille, étambot et bordés du fond) sur la grève devant l'Île Hadren. Au cours du 20ème siècle, la baie de Lanneros était cependant polluée par les rejets acides de l'usine d'algues (1ère moitié du 20ème siècle), par quelques rares dépôts sauvages d'ordures. Le site de Kerhervé (en limite de Lanmodez) était utilisé pour le dérouillage des charrues. Ce qui n'est plus le cas aujourd'hui. La pêche à pied, les activités de pacage dans les herbus, la coupe du jonc marin, utilisé comme litière, la culture de la pomme de terre, de l'orge et du seigle dans les petits îlots, ne sont plus pratiquées dans cette baie (partie Sud). Cependant, la chasse au gibier d'eau est ouverte sur le DPM (Domaine Public Maritime). La baie, en raison de son intérêt patrimonial culturel (murets littoraux) et naturel (riche biotope, frayère, intérêt floristique, phytocénotique, paysager, ornithologique), devrait être intégrée à la Réserve naturelle du Sillon du Talbert. Le site est inscrit comme Espace Naturel Remarquable (ZICO, ZNIEFF de type 1 et 2). La baie de Lanneros est classée au 2ème rang pour l'originalité de sa végétation et 4ème rang national pour sa valeur biocénotique, après le Bassin d'Arcachon, l'ensemble de rade de Brest et la Baie du Mont-St-Michel. Il s'agit du plus bel exemple de marais maritime local et de site pilote pour la Réserve naturelle, tant par la richesse que par la diversité et par la typicité de ses habitats naturels.

Période(s)Principale : 1er quart 19e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle
Principale : 1er quart 21e siècle

La baie de Lanneros est une anse plate protégée par le cordon littoral de Penn Lann et par le Sillon de Talbert. Le marais maritime dans sa totalité couvre 62 ha 91 dont 43 ha 39 sur le Domaine Public Maritime. Cette baie est adossée au bocage dans sa partie Sud et Est. L'Île Coalen (île privée sur la côte Sud de Lanmodez) délimite son influence littorale et maritime. Elle constitue un secteur de landes, proche du rivage, où la culture des primeurs en plein champ domine un paysage bocager. Soumis à l'influence des marées, le site n'est pas homogène. Tantôt parcouru de filières entre des levées de vases et des chicots rocheux, le marais présente un micro-relief atténué, développé surs des sédiments fins, interrompus d'îlots plats (entourés de fourrés d'Atriplex et de pruneliers). Ce marais maritime, sillonné de nombreux marigots, a été nommé 'la Petite Camargue' par ses habitants (incluant le front de mer et l'écart de Lanneros). Les animaux pouvaient y paître librement. Ceinturée de murets littoraux aux formes ondulatoires pour amortir l'effet de la houle de Nordet (Nord-Est) et retenir la terre, la baie forme un écosystème cohérent, dont les hommes ont su tirer partie, tout en préservant ses fonctions naturelles. Il montre sur sa courbure Nord-Est, une forme de plage avec des galets (tendance à l'envasement). L'anse de l'Île Hadren, sous forte influence maritime, présente sur les parties basses de la vasière, un environnement de slikke à spartines. La partie schorre ou partie haute des vasières, encore appelée 'prés-salés' y est très limitée. Elle a été comblée et remblayée par la création de la place de Lanneros et l'endiguement de la route menant à la zone d'activité de Penn Lann. Le haut de cette anse fut autrefois une zone de séchage pour les goémoniers (goémon noir et lichen). Les chemins côtiers sont aujourd'hui carrossables de l'Île Hadren, de Lanneros à l'Armor et au niveau de la station de pompage. Le schorre est bien développé et diversifié dans la partie Nord-Ouest du secteur avec une couverture d'obione, mais aussi de lavande de mer et de salicorne. Autour des deux petites îles du Sud-Ouest, dont l'Île Ronde et du secteur de Kerhervé, les arrivées d'eau douce ont favorisé les plantes d'eau saumâtres (joncs, phragmites, Cotula Coronopifolia), et une végétation mixte en mosaïque, dont plusieurs halophytes rares (spartine, salicorne). D'autres plantes indigènes se sont développées au niveau de la laisse de pleine mer, proche des talus, le chiendent (Agropyron), la bette maritime et l'Atriplex. L'intérêt floristique de ce biotope protègé par le cordon littoral est de premier ordre : 51 espèces végétales phanérogamiques ont été inventoriées dans le cadre de l'opération Natura 2000, au début des années 1990. Ce couvert végétal freine l'érosion marine et éolienne. D'autre part, le site bien abrité de la houle et sert de lieu d'hivernage et de nourrissage pour les oiseaux. C'est un ensemble exceptionnel et un site témoin de la biodiversité littorale par la richesse de ses associations végétales, sa fonction de frayère et de nourrisserie (bars, mulets, anguilles jaunes, crevettes viennent s'y reproduire).

Statut de la propriétépropriété publique
propriété privée

Annexes

  • 20092210474NUCB : Archives départementales des Côtes d'Armor, 4 num 1/41, Numplan 9.

    20092210363NUCB : , Collection particulière.

    20102209266NUCB : Collection particulière

    20092210404NUCB : , Collection particulière.

    20092210417NUCB : , Collection particulière.

    20092210461NUCB : Collection particulière

    20092210569NUCB : Conservatoire du Littoral

    20092210599NUCB : Conservatoire du Littoral

    20092210337NUCB : Collection particulière

    20092210336NUCB : Collection particulière

Références documentaires

Bibliographie
  • PINOT, Jean-Pierre. Rapport sur les risques liés à l'évolution du littoral entre Penvénan et Plouha, SMVM Trégor-Goëlo. Brest : UBO, 1997.

    p. 63