Logo ={0} - Retour à l'accueil

Fortifications d'agglomération dite ville close (Concarneau)

Dossier IA29001871 réalisé en 2006

Fiche

Œuvres contenues

"Oubliée en toute façon", Vauban, 1695.

Doté d´une source, le site de Concarneau "naturellement défendu" est occupé très tôt par les hommes. Ville close par excellence, la cité maritime établie sur l´île de Conq : "la grande coquille" est très fréquentée au Moyen Age car elle se situe sur l´itinéraire le plus court entre Quimper et Pont-Aven. Occupée à maintes reprises par les Anglais, elle se soumet à Du Guesclin en 1373. Les fortifications sont remaniées au 15e puis au 16e siècle (Philibert de L'Orme : ?). Au 17e siècle, la cité dotée d'une centaine de foyers est en perte de vitesse... Intégrant Concarneau dans le système défensif de la province de Bretagne et du Royaume, Vauban fait moderniser les fortifications de la ville entre 1692 et 1699.

Face à la terre, les tours d´artillerie du Major (au nord) et du Gouverneur (au sud) encadrant le front d´entrée et le ravelin sont renforcés par un chemisage en granite de plusieurs mètres d'épaisseur au 16e siècle et des éperons au 17e siècle. Pour échelonner la défense en profondeur, Vauban adapte une nouvelle porte comprenant pont-levis et fossé en arrière de la demi-lune. Coté mer, l'ingénieur dote l'enceinte d'embrasures plongeantes aux endroits les mieux tournés face à la passe d'entrée : la tour du fer à Cheval et face à l'arrière-port : la tour Neuve.

Traverse, ingénieur en charge des côtes de Cornouaille, propose vainement en 1693, 1698 et 1699 des agrandissements avec notamment la surélévation de la tour du Gouverneur. Ces projets, pourtant validés par Vauban, sont rejetés par le Roi qui juge cette place comme "fortification ordinaire". En juillet 1695, Vauban lui-même (il est quand même commandant de Haute et Basse Bretagne !) faisait remettre à Concarneau et au château du Taureau des munitions pour les mettre en état de défense.

Contestée au 18e siècle, Concarneau voit son rôle militaire réaffirmé au 19e siècle du fait de sa position géographique à mi-chemin entre Brest et Lorient. Les parapets sont surélevés et percés de créneaux de fusillade tandis qu'une nouvelle caserne et un magasin à poudre sont construits (1837). L'île de Conq devient à la fin du 19e siècle un poste de ravitaillement pour les torpilleurs de la défense mobile Française.

Classé Monument Historique depuis 1899, la ville close de Concarneau est un site exceptionnel pour comprendre six siècles d'évolution de la fortification. Les fouilles archéologiques entreprises ces 30 dernières années ont permis de redécouvrir toute une typologie d'embrasures (archères, archères-canonnières, canonnières, embrasures plongeantes, créneaux de fusillade etc.), portes et poternes... qui permettent de mieux comprendre l'histoire de cette cité.

(Guillaume Lécuillier in La route des fortifications en Bretagne et Normandie, 2006).

AppellationsVille-Close (la)
Destinationsmusée, promenade
Parties constituantes non étudiéesouvrage fortifié, ouvrage d'entrée, caserne, enceinte, poudrière
Dénominationsfortification d'agglomération
Aire d'étude et cantonBretagne Sud
Hydrographiesestuaire Moros
AdresseCommune : Concarneau
Lieu-dit : la Ville-Close
Période(s)Principale : Fin du Moyen Age
Principale : 15e siècle
Principale : 16e siècle
Secondaire : 4e quart 17e siècle
Secondaire : 4e quart 18e siècle
Secondaire : 19e siècle
Dates1373, daté par source
1458, daté par source
1462, daté par source
1467, daté par source
1468, daté par source
1469, daté par source
1476, daté par source
1692, daté par source
1695, daté par source
1699, daté par source
1702, daté par source
1785, daté par source
1786, daté par source
1787, daté par source
1788, daté par source
1819, daté par source
1827, daté par source
1837, daté par source
1862, daté par source
1889, daté par source
Auteur(s)Auteur : Vauban ingénieur militaire attribution par source
Mursgranite
schiste
terre
rocaille
pierre de taille
moyen appareil
petit appareil
moellon
Toitgranite en couverture
Plansplan radioconcentrique
Étagesrez-de-chaussée
Couvrementsvoûte en berceau plein-cintre
Couverturestoit à deux pans
États conservationsétat moyen
Mesuresl : 320.0 cm
la : 120.0 cm

Site inscrit 27 08 1937 (arrêté). Zone de protection 18 03 1932 (décret).

Statut de la propriétépropriété de la commune
Intérêt de l'œuvrevestiges de guerre, à signaler, à étudier
Éléments remarquablesensemble fortifié
Sites de protectionsite inscrit, zone de protection
Protectionsclassé MH, 1899/02/27
classé MH, 1913/08/20
Précisions sur la protection

Remparts : classement par arrêté du 27 février 1899 ; Remparts de la ville close comprenant la tour 4 (ou du Gouverneur) et la tour 5 (ou du Major), quant à leur extérieur seulement ; courtines adjacentes et fermant les terrains et bâtiments affectés au Service de la Guerre, à savoir la partie du front 4-12 attenant à la tour 4, le front 4-5, la partie du front 5-6 attenant à la tour 5 ; poterne d' accès dans le front 4-5 : classement par arrêté du 20 août 1913.

Annexes

  • Iconographie

    20062907290NUCA : Archives Départementales, Finistère, 3P101_001.

    20062907291NUCA : Archives Départementales, Finistère, 3P101_001.

    20062907292NUCA : Archives Départementales, Finistère, 3P101_002.

    20062907293NUCA : Archives Départementales, Finistère, 3P101_002.

    20062907294NUCA : Archives Départementales, Finistère, 3P101_002.

    20062907295NUCA : Archives Départementales, Finistère, 3P101_002.

Références documentaires

Bibliographie
  • FAUCHERRE, Nicolas, PROST, Philippe, CHAZETTE, Alain (sous la dir. de), Les Fortifications du littoral, La Bretagne Sud, Chauray-Niort, 1998, 279 p., collection : les fortifications du littoral. ISBN 2-910137-24-4.

  • LÉCUILLIER, Guillaume. La route des fortifications en Bretagne et Normandie. Paris, éd. du Huitième Jour, coll. Les étoiles de Vauban (dir. N. Faucherre), 2006, 168 p.

Périodiques
  • LÉCUILLIER, Guillaume. "Quand l'ennemi venait de la mer. Les fortifications littorales en Bretagne de 1683 à 1783". Annales de Bretagne et des Pays de l'Ouest, 114-4, 2007.

Liens web

(c) Inventaire général (c) Inventaire général ; (c) Association Pour l'Inventaire de Bretagne - Lécuillier Guillaume