Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Fort de La Conchée (Saint-Malo)

Dossier IA35032903 inclus dans Ville-port (Saint-Malo) réalisé en 2005

Fiche

Á rapprocher de

Dossiers de synthèse

"La Conchée sera cy après la meilleure forteresse du Royaume, la plus petite et la mieux entendue comme elle aura été la plus difficile à bâtir car jamais ouvrage ne le fut autant", Vauban à Le Pelletier, Correspondances, 10 mai 1694.

Reprenant les principes du fort à la mer développés au château du Taureau (2e moitié du 16e siècle), Vauban prévoit dès 1689 la construction d´une forteresse isolée en mer à quatre kilomètres au large de Saint-Malo. C´est à Garengeau que revient le soin de choisir le rocher : ce sera le rocher du Quince qui n´émerge que d´une quinzaine de mètres aux plus grandes marées basses... Le toponyme "La Conchée" a pour origine grecque "konkhê" qui signifie la "grande coquille". Dans le fort, le décor sculpté dans le calcaire de la fontaine représente une coquille. Les travaux du fort de La Conchée débutèrent à la fin de l´année 1692 par le déroctage du rocher afin de faciliter l´assise des fondations en pierres de taille de grand appareil. Si les moellons sont d´origine proximale (île de Cézembre), les pierres de taille proviennent des carrières de granite de l‘archipel de Chausey et des environs de Saint-Malo.

Protégé des fortes houles du large par l´île Cézembre à l´ouest et par "les haies de la Conchée" au nord, l´ouvrage devait par sa position éminemment stratégique protéger le chenal de la grande Conchée et la "passe ou fosse aux Normands" d´une éventuelle attaque navale sur la cité-corsaire... Le risque étant que les navires n´embossent la ville : c´est à dire, présentent leur travers et canonnent la cité… Comme l´écrit le célèbre ingénieur : "Ce poste est d´une conséquence infinie pour prévenir le bombardement de Saint-Malo, mais les difficultés de s´y établir sont immenses".

En 1734, Garengeau, toujours en poste à Saint-Malo écrivait : "Le fort de la Conchée a neuf beaux souterrains voûtés et une très belle plate-forme au dessus sans autre chose qu´un bâtiment commencé dont les murs s´élèvent à deux pieds à la réserve de ceux qui portent la couverture de l´escalier qui le sont de six. Il serait très nécessaire d´un grand magasin à chaque bout pour serrer les affûts que l´on a été contraint d´apporter en ville, l´on y en a seulement laissé deux qui sont entièrement pourris, tous les canons sur le ventre, ce bâtiment contiendrait de plus un corps de garde, une salle d´armes et deux chambres, et le comble donnerait de l´eau dans la citerne pour le détachement du château auquel on est obligé d´en porter toutes les semaines de la ville, la dépense de ce bâtiment serait de 36 000 livres. Le fort souffre du manque d´affûts et d´eau".

Durant la Seconde Guerre Mondiale, le fort est en partie ruiné par les entraînements des artilleurs allemands et les combats de la Libération... Classé très tardivement au titre des Monuments Historiques (1984 !), il est aujourd’hui la propriété de vingt et un passionnés réunis au sein de la Compagnie du Fort de La Conchée. L´édifice est en cours de restauration.

Appellations Fort de la Grande Conchée, Fort de la Conchée
Parties constituantes non étudiées batterie, caserne
Dénominations fort, corps de garde, batterie
Aire d'étude et canton Bretagne Nord
Adresse Commune : Saint-Malo
Lieu-dit : La Conchée
Période(s) Principale : 4e quart 17e siècle
Secondaire : 18e siècle
Dates 1692, daté par source
1694, daté par source
1699, daté par source
1695, daté par source
Auteur(s) Auteur : Vauban, ingénieur militaire, attribution par source
Auteur : Siméon Garengeau,
Garengeau Siméon , né(e) Simon Garengeau (1647 - 1741)
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
ingénieur militaire, attribution par source
Personnalité : Louis XIV, personnage célèbre, attribution par travaux historiques
Murs granite
terre
pierre de taille
moyen appareil
petit appareil
moellon
Toit granite en couverture, ardoise
Étages rez-de-chaussée
Couvrements voûte en berceau
Couvertures terrasse
toit à deux pans
Typologies fort à la mer (1900 mètres carrés de surface bâtie) suivant le principe de l'occupation totale du rocher
États conservations inégal suivant les parties, reconstruit à l'identique, restauré, vestiges
Techniques sculpture rupestre
Représentations coquille
Précision représentations

Le décor sculpté dans le calcaire de la fontaine représente une coquille.

Mesures l : 70.0 cm
la : 32.0 cm
h : 8.0 cm

Site en cours de restauration par la Compagnie du fort de la Conchée.

Statut de la propriété propriété d'une personne privée
Intérêt de l'œuvre vestiges de guerre, à signaler, à étudier
Protections classé MH, 1984/09/13
Précisions sur la protection

Fort de la Conchée (cad. AH 6) : classement par arrêté du 13 septembre 1984. Site classé par décret du 18 août 1935.

Annexes

  • Mai 1694, Instructions pour tenir garnison dans les forts...

    Le 9 mai 1694, Vauban achevait son plan de défense de Saint-Malo : "Comme ces petits forts sont autant de solitudes effroyables dont la demeure perpétuelle ne peut être qu´un des plus tristes séjours, il faut égayer ces commandements par des appointements un peu raisonnables, régulièrement payés, parce qu´ils seront en quelque façon obligés de nourrir les officiers de garde qu´on y enverra et leur faire entendre en les y mettant qu´ils n´y sont que pour un temps, au bout duquel on les en retirera pour les mettre mieux afin de les consoler par cet espoir". "Il faudra mettre de la poudre, de la mèche, et des boulets dans les forts pour pouvoir tirer 100 coups par pièce sur le pied de 12 livres de poudre par coup, l´un portant l´autre, à cause qu´il faut chasser loin et qu´il y aura du 36 livres de balle ; 3 ou 400 grenades, des balles, à chacun 50 fusils ou mousquets, 8 ou 10 gros fusils à chevalet s´il se peut, 50 bombes par mortiers, des vivres pour 80 hommes un mois durant chacun, composées de biscuit, vin, eau-de-vie, eau commune, pois, fèves, lentilles, aulx et oignons, lard, etc. ; des lignes pour pêcher et amuser les soldats.Tout cela sous la clé et entre les mains des commandants à qui on pourrait donner quelque chose à condition d´y entretenir toujours cette quantité bonne et bien conditionnée. Il y faudra encore pour bien faire, de la farine ou du bled, quelque petit moulin, du bois pour cuire et pour les corps de garde ; du charbon, de l´huile et de la chandelle. Ces précautions doivent s´entendre pour l´île d´Harbourg et la Conchée seulement où il faudra tenir toutes les pièces bien garnies de tout ce qui peut leur convenir et mettre deux mortiers dans chacun aussitôt qu´on en pourra avoir et deux autres dans le Petit Bé. Pour les autres, qui sont près de la ville ou à sa portée, il y faudra seulement tenir des munitions de guerre dedans, du bois et de la chandelle pour les corps de garde et toutes les pièces en bon état bien fournies de leurs armements, de même que pour les mortiers, afin qu´on ne soit pas obligé à tant d´allers et venues embarrassantes et toujours tardives quand il faut agir".

  • Garangeau (alias Garengeau) d'après BLANCHARD (A.), Dictionnaire des ingénieurs militaires 1691-1791, Montpellier, 1981, 2 tomes.

    "Famille de bourgeoisie parisienne.

    1678, Siméon Garangeau

    Né à Paris vers 1647.

    Père : Sieur François Garangeau, bourgeois de Paris, maître menuisier.

    Mère : Demoiselle Marie Dubois.

    Soeurs :

    - Françoise, aînée, épouse de Jacques gousse.

    - Marie, épouse de Jean Rémy et belle-mère d´un apothicaire.

    - Françoise, cadette, épouse de Charles Courtois, maréchal des logis de la dauphine (toutes trois habitant Paris ; mortes avant leur frère).

    Célibataire.

    Mort à Saint-Malo le 25 août 1741, âgé de 94 ans.

    Ingénieur ordinaire, département de la Marine, à 31 ans en 1678 ; affecté à Brest.

    Ingénieur en chef à Saint-Malo en 1691 ; ayant le soin de Saint-Malo, du fort en dépendant et du château du Taureau.

    Directeur des fortifications de Haute-Bretagne au début du 18e siècle.

    Capitaine réformé au régiment de Champagne à une date inconnue, chevalier de Saint-Louis en 1712. Mort en activité.

    Services de guerre inconnus.

    Très remarquable architecte auquel on doit de très nombreux travaux, en particulier les suivants :

    - Les forts de l'île d'Harbour, de la Latte en Plévenon, du Petit Bé, de la Conchée, de l'Ile aux Moines.

    - Les travaux au château du Taureau et à la tour de Solidor,

    - La canalisation du Couësnon, celle des marais de Dol,

    - Plusieurs batteries et tours à feux,

    - Les hôpitaux de Morlaix et de Cézembre,

    - Les églises de Saint-Louis de Brest, de Saint-Servan, de Cancale, la chapelle Saint-Sauveur de Saint-Malo,

    - Les répartitions des remparts de Brest et de Dinan,

    - Les accroissements de Saint-Malo,

    - Les projets de Saint-Servan,

    - Plusieurs malouinières (maisons de campagne de Saint-Malo)".

  • Iconographie

    19833500501PB : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes. Fonds de l'armée de Terre

    19833500496PB : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes. Fonds de l'armée de Terre

    19833500500PB : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes. Fonds de l'armée de Terre

    19833500090PB : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes. Fonds de l'armée de Terre

    19833500480PB : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes. Fonds de l'armée de Terre

    19833500492PB : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes. Fonds de l'armée de Terre

Références documentaires

Documents d'archives
  • Service Historique de l´Armée de Terre, Château de Vincennes. Archives du Génie. Article 4 : Frontières de France, Section 2 : Frontières maritimes. Paragraphe 3 : Côtes de Bretagne depuis la rivière de Couësnon jusqu´à la baie de Bourgneuf (4 cartons, 1683-1831). Carton 1 : Fortifications de Bretagne, 1683-1759. Pièce n° 23 : 13 janvier 1734. Mémoire sur les ouvrages provisionnels faits ou continués pendant les dernières guerres, non seulement aux environs de Saint-Malo aux dépens de la province de Bretagne, même dans l'étendue de la côte de ce département qui commence à la rivière de Morlaix et finit à celle du Couësnon par Garengeau.

    "Le fort de La Conchée a neuf beaux souterrains voûtés et une très belle plate-forme au dessus sans autre chose qu´un bâtiment commencé dont les murs s´élèvent à deux pieds à la réserve de ceux qui portent la couverture de l´escalier qui le sont de six. Il serait très nécessaire d´un grand magasin à chaque bout pour serrer les affûts que l´on a été contraint d´apporter en ville, l´on y en a seulement laissé deux qui sont entièrement pourris, tous les canons sur le ventre, ce bâtiment contiendrait de plus un corps de garde, une salle d´armes et deux chambres, et le comble donnerait de l´eau dans la citerne pour le détachement du château auquel on est obligé d´en porter toutes les semaines de la ville, la dépense de ce bâtiment serait de 36 000 livres". Le fort souffre du manque d´affûts et d´eau.

Bibliographie
  • PLAYOUST-LEQUETTE (V.), "Le Fort de la Conchée", mémoire de maîtrise d´Histoire de l'Art de l´Université Paris IV, Sorbonne, sous la dir. de Antoine Schnapper, Paris, 1986, 2 vol. (1 vol. texte ; 1 vol. de photocopies de planches). (Bibliothèque Michelet, Paris, cote M/M 1986-2 <1-2>).

  • CLOAREC (J.), "La Conchée", Annales de la Société d'histoire et d'archéologie de l'arrondissement de Saint-Malo, 1990, p. 145-176.

  • PLAYOUST-LEQUETTE (V.). La défense avancée de Saint-Malo au temps de Siméon Garengeau (1689-1741). Mémoire de doctorat d´Histoire de l'Art de l´Université Paris IV, Sorbonne, sous la dir. de Antoine Schnapper, Paris, 1997, 4 vol., 960 p. (Bibliothèque Serpente, Paris, cote BUT 4020).

  • RONDEAU (A.), Fort de la Conchée. Le chef-d'oeuvre le plus audacieux de Vauban. Saint-Malo 1689-2006, Le Vésinet, Praxys Marine, 2006, 208 p.

  • LÉCUILLIER, Guillaume. La route des fortifications en Bretagne et Normandie. Paris, éd. du Huitième Jour, coll. Les étoiles de Vauban (dir. N. Faucherre), 2006, 168 p.

  • LÉCUILLIER, Guillaume. Le château du Taureau. Baie de Morlaix. Spézet, éditions Coop Breizh, 2016, 224 p.

Périodiques
  • MONIER (M.-E.) (A.), "Instructions de Vauban pour assurer la défense de Saint-Malo et ses environs après l'attaque de 1693", Extrait des Annales de la Société d'Histoire et d'Archéologie de l'Arrondissement de Saint-Malo, année 1968, 1969.

  • LÉCUILLIER, Guillaume. "Quand l'ennemi venait de la mer. Les fortifications littorales en Bretagne de 1683 à 1783". Annales de Bretagne et des Pays de l'Ouest, 114-4, 2007.

Liens web

(c) Inventaire général (c) Inventaire général ; (c) Association Pour l'Inventaire de Bretagne - Lécuillier Guillaume